BMW M550d XDrive: A trois, c'est mieux.

Genève 2012 BMW M550d triturbo

Nouveau modèle impliqué par l'émergence de M Performance par M GmbH, la M550d XDrive introduit la transmission intégrale et le diesel sur l'appellation M5.

Peut-on l'appeler M5 diesel ? Voilà la question qui se pose à l'annonce du nouveau programme diesel concocté par M GmbH. Cette M550d XDrive inaugure le mazout sous le blason M tricolore et exploite la transmission intégrale XDrive déjà utilisée sur le reste de la gamme Série 5 introduite fin 2009. Pensée pour répondre à deux attentes du marché (puissance immédiate et maniable, avec de l'efficience à la clef), cette M550d se défend d'être une M à part entière sans pour autant renier le savoir faire de l'atelier qui lui donne le jour en cette veille de salon de Genève. Si il est possible de voir en cette M diesel un opportunisme commercial qui entacherait un blason fait de glouglou atmosphérique rageur, il est aussi conseillé d'y entrevoir une avancée technologique de taille, ouvrant le champ des possibilités pour la concurrence. BMW est le premier. Et puis. Il y a 381 chevaux.

Ne m'appelez pas M

Esthétiquement, la M550d épate moins que la musclée M5. Sans ouverture béante et saillante, la grosse berline également pensée en version Touring préfère laisser parler ses performances en affichant, dans cette robe blanche de lancement, une sobriété presque glaciale. S'il n'y avait pas les disques de freins gigantesques dans les jantes 19", cette "M quand même" passerait pour une Série 5 assez classique. La note s'énerve un peu à l'arrière, où deux échappement intégrés dans un diffuseur anodin et une petit spoiler singent une sportivité presque non assumé. Au dessus, un blason M et ses trois bandes collent 550d. Cette fois-ci, c’est pour de vrai. M passe au diesel.

Un six en ligne chez BMW. Déjà vu ?

Cubant 3.0 L, ce six-cylindres ferait presque preuve de traditionalisme chez BMW. Mais où les choses se compliquent, c'est concernant sa suralimentation. BMW fait appel à trois turbos, associés dans une logique de suralimentation permanente. D'entrée de jeu, lors du démarrage du bloc, un "petit" turbo tourne, au ralenti, dès 500 tr/min (à vérifier). Soufflant au mieux que la petitesse du flux à bas régime lui permet, il sature vite et reçoit le soutien d'un "gros" turbo à 1.500 tr/min. Ce dernier pousse plus longtemps et permet, en adéquation avec le premier turbo, de fournir 740 Nm de couple à 3.000 tr/min.

Le troisième arrive

Peu avant (à 2.700 tr/min), le dernier turbo, préservé jusqu'alors par une soupape de dérivation dans le collecteur d'échappement, entre en action pour distribuer un maximum de pression. La puissance maximum s'obtient vers le "haut" du compte-tours, entre 4.000 et 4.400 tr/min, 381 ch déboulonnent alors la transmission à huit rapports. La fin de l'affaire arrive à 5.400 tr/min, la zone rouge du mazout.

80.800€, prix de départ

Afin de tolérer cette avalanche de couple, BMW a choisi d'équiper cette M550D d'une boite de vitesse ZF à huit rapports. Proposée en trois modes de conduite (D, M et S) elle permet au pilote (dans la logique M, "conducteur" est insuffisant) de distribuer la puissance à sa guise, sur les quatre roues de la transmission XDrive. Concernant les performances, la M550d annonce 6.3 l/100km ou un 0-100 km/h en 4.7 s (4.9 s version Touring). Les émissions, basses, sont contenues à 165 g/km de CO2 (Touring 169 g/km). Le bloc, installé sur les X5M et X6M répond aux normes Euro6. Présentée à Genève en mars 2011, la nouvelle gamme M Performance débute à 80.800€, pour cette M550d XDrive.

Photo de

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)5

mardi 31 janvier 2012 à 18:44 maxime dit : désolé messieurs,je peux vous dire que ce moteur est un vrai bijou.j'ai une une 535d avec seulement deux turbos.la fiabilité et la puissance de ce moteur a de quoi donner la chiasse a tous vos moteurs a essence!!!!alors la trois turbos,381cv,respect a bmw qui n'a pas attendu que le gasoil soit a 1,50euros pour s occuper des consommations!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

dimanche 29 janvier 2012 à 08:21 Ced5-8 dit : Je cherche encore l'interet d'un tel mazout surtout a ce prix ou l'on ne se soucis guere de la conso.quelle mode du mazout et de la suralimenration en tout genre nous vivons....

vendredi 27 janvier 2012 à 10:40 Julien dit : Triste, triste et encore triste d'assimiler Motorsport à un diesel :( Voiture performante sans aucun doute, mais voiture sportive surement pas ! Pour moi, cela va nuire à l'image du M.

jeudi 26 janvier 2012 à 22:56 Jpgaqua dit : Quel rendement moteur, une bombe au gasoil avec une consomation de C5 poussive! Chapeau bas! Dommage que l'accés soit si onéreux! Le prix de l'exclusivité certainement!!

jeudi 26 janvier 2012 à 21:49 GTR dit : 80 000€ le diesel ?? Oui bien sûr, à ce prix là on se soucie évidemment des consommations de son véhicule... Et puis, quelle chance de pouvoir profiter du bruit de tracteur du 6 en ligne et de sa masse gargantuesque sur le train avant : bonjour la parenté avec Motorsport ! Et dire que les 4 roues motrices risquent d'aider la bêtise humaine capable de s'offir cet engin à rester sur la route : triste Europe !