Jaguar XKR-S GT "conçu pour dominer"

New York 2013 Jaguar XKR-S GT

Trente exemplaires d’une XKR-S bien spéciale confirment que Jaguar a mangé les barreaux de sa cage.

L’année dernière, Jaguar Land Rover lançait en toute discrétion un petit département détaché de son bureau d’étude. Nommé ETO, pour "Engineered To Order" (conçu pour dominer), ce chapitre à part ne doit se consacrer qu’aux créations extravagantes et spéciales du groupe anglais. Premier produit? Un Range Rover Victoria Beckham. Bon.

Seulement, Jaguar dévoile au salon de New York une nouvelle idée de son bureau ETO. Loin d’être une icône de la mode, la Jaguar XKR-S GT ne sera pas éloignée des podiums pour autant. Conçu pour un usage sur piste avec tout ce que cela implique, le bestiau reste homologué et s’offre même un intérieur des plus classiques, voire confortable. Schizophrène.

Un sacré kit

Commençons par les mauvaises nouvelles. Seuls 30 exemplaires vont être fabriqués. Soucieux de rester confidentiel et alternatif, Jaguar limite la production de son "modèle ‘R’ le plus performant depuis 25 ans". Développé depuis le châssis aluminium/composite du grand coupé, cette GT revêt l’habit des dimanches de printemps, ceux de l’ouverture des pistes (les vraies, sans remontées mécaniques). Le large aileron riveté sur la malle et les déflecteurs de bouclier sont de la partie, et forcément, avec l’esthétique discutable qui va avec. Les pare-chocs sont modifiés pour intégrer un nouveau design augmentant l’appui (145 kg). La voie avant est élargie de 52 mm.

Ce bon vieux V8

Un capot, allégé de persiennes, camoufle le corpulent V8 5.0 L toujours en vigueur dans le groupe JLR. Ce bloc, à injection multipoint et variable, reçoit le compresseur Roots (twin vortex) assisté de deux échangeurs. Bloqué à 550 ch, il pousse en revanche le couple à 680 Nm. Une transmission automatique à six vitesses distribue la puissance à un différentiel à glissement limité (électronique). Bloqué à 300 km/h, il faudra 3.9 secondes aux 30 XKR-S GT pour atteindre 100 km/h.

Des pièces de F-Type

Le châssis est optimisé, reprenant plusieurs modifications propres à la F-Type. Les suspensions raffermies et la course de direction sont issues du roadster maison. Les ressorts des combinés filetés (deux ressorts par ensemble) modifient leur tarage pour plus de rigidité par rapport à la XK-R (+68% devant et + 25 derrière). Le freinage, carbone/céramique (398 mm/six pistons et 380 mm/quatre pistons, en jaune), bénéficie d’un système d’anticipation de pression, le tout caché dans des nouvelles jantes 20 pouces en alliage montées en Pirelli Corsa 255/35 et 305/30.

L'intérieur reste sérieux

A l’intérieur, cette version GT n’est pas usurpée au niveau de son appellation. Confortable, malgré l’installation de deux nouveaux sièges sport recouverts d’Alcantara, le monstre a le cœur tendre à l’intérieur. Même le volant, à jante épaisse et recouvert de peau retournée ne suffit pas à encanailler avec autant de conséquence que l’extérieur cette XKR-S mitonnée par ETO. Cette GT garde ses réglages de confort dans les contreportes et son épaisse console centrale. Bon point, mais déjà en place depuis la XK: la planche de bord n’accueille aucun bouton superflu.

Attention, fauve en liberté

Jaguar est en pleine reconstruction. Depuis la F-Type, voire même avant avec les concepts C-X75 et C-X16, le félin aiguise ses crocs pour une sportivité plus affirmée encore. Cette nouvelle GT, de même que la XFR-S et la récente XJR, n'est qu'un argument de plus à un catalogue offrant de bonnes raisons de se tourner vers l'Anglais à l'achat.

Photo de

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)1

mercredi 27 mars 2013 à 20:30 Pollo dit : Après il y aura quoi ? Une XKR-S RS ? lol Mais elle est encore plus belle dans son gros look feutré. 3.9 s de 0-100 c'est pas pour la gamme XK