McLaren Special Operations s’occupe de la 12C

Concept personnalisation McLaren MSO 12C

Le département McLaren Special Operations donne un aperçu de ses possibilités de personnalisation avec le concept MSO 12C.

Pour faire face à une demande toujours croissante de personnalisation de la part des clients, les grandes marques de luxe se doivent de proposer leurs propres alternatives aux préparateurs extérieurs. C’est ainsi que ces dernières années se sont développées les départements "Q by Aston Martin", "Bespoke" chez Rolls-Royce ou encore "Tailor Made" chez Ferrari.

Chez McLaren également on propose aux clients des possibilités de personnalisation via le "McLaren Special Operations", division qui permet à l’envie de rendre sa supercar unique. Déjà en place depuis plus de deux ans, il se rappelle à notre bon souvenir avec le nouveau MSO 12C Concept.

Carbone apparent

Au premier coup d’œil, difficile de ne pas penser à la préparation des suisses de Fab Design, la MP4 Terso, aux boucliers avant et arrière remodelés. Mais les modifications se font ici quand même un peu plus discrètes. Dans le détail, les modifications de la 12C présentée par McLaren Special Operations (MSO) consistent surtout en l’apparition de carbone apparent sur les ailes avant, le capot ou encore sur le pavillon avec une entrée d’air faisant référence à celle de la mythique McLaren F1. Les jantes en titanium permettent elles de perdre du poids et abaisser le centre de gravité.

Vitrine du savoir-faire

A l’intérieur la part belle est aussi faite au carbone, tandis que les placages peuvent être choisis de différentes couleurs. Enfin l’instrumentation intègre de nouvelles LED permettant d’afficher les montées en régime du moteur.

A travers ce concept MSO 12C, McLaren cherche en réalité simplement à nous montrer son savoir-faire et l’étendue des possibilités de personnalisation. Sans savoir s’il s’agit d’une commande spécifique, gageons que certaines demandes arrivant sur le bureau du département seront encore un peu moins discrètes.

Photo de

posté par :
Mael Pilven

Réagissez

Commentaire(s)2

lundi 09 décembre 2013 à 16:21 Chrisrosso dit : Ils feraient mieux d'intégrer enfin un différentiel actif vectoriel ou au moins a glissement limité classique .

lundi 09 décembre 2013 à 10:03 Laurent Collot dit : Je crois qu'on peut écrire jantes en titane. C'est comme ça que s'appelle ce métal en Français. Plus techniquement parlant, la masse des roues n'entre pas dans le calcul du centre de gravité car elle n'a pas d'impact sur les mouvements de caisse, et d'ailleurs, n'en fait pas partie. Ici, c'est vraiment l'agilité des roues qui est primordiale, d'où le magnesium et le titane pour les jantes, le carbone et la céramique pour les freins.