F1 - Les radios vont être limitées

F1 - Vers une limitation des radios

Les communications par radio en course vont être limitées dès Singapour. Les équipes ne pourront plus donner de conseils sur le pilotage.

Durant une course, les ingénieurs donnent de nombreuses informations aux pilotes par radio, notamment sur les modes à adapter, sur leur façon de piloter et sur le degré d'agressivité qu'ils doivent avoir.

Selon AUTOSPORT, plusieurs équipes ont demandé à la FIA de limiter les communications par radio lors d'une réunion du groupe stratégique à Monza. La fédération a approuvé ce choix, en s'appuyant sur un article existant.

« Le pilote doit piloter la voiture seul et sans aide, » précise l'article 20.1 du Règlement Sportif. L'interprétation de ce règlement sera désormais plus stricte.

Pas d'indications sur le pilotage

Le but de la FIA est d'empêcher les équipes de donner aux pilotes des indications sur ce qu'ils peuvent améliorer dans leur pilotage, en se basant sur ce que fait leur équipier.

« Afin d'assurer que tous les impératifs de l'article 20.1 du règlement sportif de la F1 sont respectés en permanence, la FIA a l'intention de renforcer rigoureusement ce règlement avec effet immédiat, » explique Charlie Whiting, le directeur de course, dans une note adressée aux équipes.

« Aucune conversation radio des stands vers le pilote ne peut donc inclure la moindre information liée à la performance de la voiture ou du pilote. »

Les communications autour de la stratégie et de la sécurité restent permises.

Les pilotes donnaient l'impression d'être contrôlés

Même si les équipes ne peuvent plus modifier seules les réglages d'une monoplace en piste depuis plusieurs années, les indications données aux pilotes laissaient parfois penser qu'ils n'avaient plus un contrôle total. Pour Alain Prost, les communications que l'on entendait en course étaient trompeuses.

« Ces messages sont très négatifs, parce que même si ce n'est pas complètement vrai, les gens pensent que la Formule 1 est devenue trop assistée, facile et contrôlée par quelqu'un d'autre que le pilote, » a expliqué le Français à AUTOSPORT.

« C'est le pire que l'on peut avoir. C'est toujours difficile parce que c'est toujours un compromis, mais on donne un signe négatif en termes d'image. »

Les demandes de sanction sont négatives

Alain Prost pense qu'il est également négatif d'entendre les pilotes se plaindre du comportement d'un rival, ce qui est devenu très fréquent.

« L'autre signal négatif est certains messages d'un pilote vers les stands : ‟Il m'a touché, qu'est ce que je dois faire ? Appelez Charlie (Whiting), demandez une pénalité à Charlie”, nous ne pouvons pas avoir ça, » estime le quadruple champion du monde.

« Tout d'abord, un pilote de devrait pas dire ça. S'il dit ça c'est parce que les choses ont changé. Normalement vous ne devez pas vous plaindre de ça, et s'ils veulent se plaindre nous ne devrions pas le savoir. »

Le cyclisme a tenté de limiter l'impact des oreillettes, sans succès.

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

dimanche 14 septembre 2014 à 01:06 porsche forever dit : Les commissaires écoutent déja toutes les conversations...... Tu repasseras.

jeudi 11 septembre 2014 à 16:40 walter dit : Pour moi juste un effet d'annonce cela n’empêchera pas les messages codées de plus les commissaires vont devoir écouter toutes les transmissions pour punir les fautifs. Une idée pour la prochaine saison vu que les volants dispose d'afficheur digitale, les ingénieurs dans les stands on cas leur envoyer des sms.