Vergne ou Ocon pour Renault ?

La question du pilote français chez Renault

Même si le retour de Renault est tout sauf acté, la question du pilote français se pose déjà. Car Grosjean file chez Haas. Alors, Vergne ou Ocon ? On en débat.

Pendant près de 10 ans, lors de son premier retour en tant qu'écurie complète en 2002, Renault nous a sorti la même soupe. "Nous sommes une société internationale et nous ne cherchons pas un pilote français, mais un pilote rapide." Sans la moindre once de chauvinisme, on veut bien reconnaître qu'il est stupide de prendre un pilote français moyen à la place d'un pilote étranger très bon. Personne, d'ailleurs, n'a jamais demandé de choisir un Français à la place de Fernando Alonso, par exemple. En revanche, il doit bien y avoir une petite place pour un Français, quand il est bon, dans le second baquet. Or pendant cette période, Renault a bâché les espoirs des Bourdais, Montagny, et n'a jamais ne serait-ce que tenter d'évaluer des pilotes qui cartonnent ailleurs maintenant (Duval, Pagenaud...). Or il est fort à parier qu'ils n'auraient pas fait plus mal que les Fisichella, Kovalainen, Piquet Jr ou Petrov. Passons, ceci est de l'histoire ancienne.

Les temps ont changé chez Renault

Maintenant que Renault envisage de revenir, et même si c'est encore loin d'être fait, la question se repose. Heureusement, à des gens plus ouverts sur la question que les dirigeants de Renault à l'époque qui ne faisaient alors que lire ce que Briatore leur dictait. Quelqu'un comme Cyril Abiteboul a très bien compris qu'une touche française est importante. Et comme elle ne peut avoir lieu ni dans la situation géographique de l'écurie, ni avec les ingénieurs, alors, le pilote reste le symbole le plus puissant. D'autant plus que sur le marché il n'y a aucune star disponible et que le deuxième pilote, Pastor Maldonado, est imposé par la situation contractuelle et le rush financier.

Ne pas prendre un Français en 2016 serait une erreur. Surtout qu'il y a de quoi faire. Deux noms sortent du lot et paraissent les seuls en lice : Jean-Eric Vergne et Esteban Ocon. Voici les chances et faiblesses de chacun.

Jean-Eric Vergne, 25 ans, 58 GP :

Même si Toro Rosso l'a fait passer pour un vieux en le remplaçant par un pilote de 17 ans (Verstappen), Jean-Eric Vergne reste jeune ! A 25 ans, il est encore en progression. Champion de France de Formule Campus, Champion de F3 Anglaise, vice-champion de Renault 3.5, le Parisien (natif de Pontoise) a disputé 58 GP chez Toro Rosso de 2011 à 2014. Pendant trois ans, il a été successivement déclaré perdant par Red Bull contre Daniel Ricciardo, promu en 2014, puis Daniil Kvyat. Alors que sur deux années sur trois, c'est lui qui a inscrit le plus de points chez Toro Rosso, et au total, il avait contribué à hauteur de 51 points aux 89 inscrits par Toro Rosso.

Mais JEV a payé, chaque année, sa relative baisse de forme au moment où la pression était maximale. En avance sur Ricciardo jusqu'au Canada en 2013, il a ensuite un peu plongé mentalement. Ricciardo, plus décontracté, l'a mieux vécu et a convaincu Red Bull qu'il serait le meilleur choix pour aller affronter Vettel. L'an passé aussi, le Français avait mieux démarré que Kvyat avant de perdre son duel en qualif par la suite : 12 à 7. En course en revanche, il reprit le dessus pour marquer 14 points de plus. Pas assez, selon Red Bull, face à un rookie.

Red Bull a eu des raisons de toujours préférer soit Ricciardo soit Kvyat à Vergne. La preuve, on ne peut pas dire qu'ils se soient trompés, Ricciardo ayant battu Vettel et Kvyat faisant jeu égal avec Ricciardo cette saison. Sans doute les deux hommes étaient plus forts dans leur tête. Mais la force de la filière Red Bull est justement d'avoir produit plusieurs excellents pilotes. Et JEV en est un. L'épreuve d'être évincé de Toro Rosso lui a servi et il est désormais un homme plus costaud.

51 des 89 points de Toro Rosso en trois ans

Les critiques souvent adressées à Vergne lui reprochent de ne pas avoir assez réalisé d'exploits en F1. C'est oublié un peu vite ses deux 6e places de Monaco 2013 et Singapour 2014. Surtout celle de Monaco. Ou ses qualifications en 6e et 7e position en Australie 2014 et Canada 2013. Vergne a plusieurs fois très bien performé dans une Toro Rosso moins réussie que celle de 2015. Il lui a manqué, c'est vrai, de la constance et de la chance. Il a connu 5 abandons lors des 8 premières courses de 2014.

La rapidité n'est pas un problème pour lui. Il l'a prouvé en Formule Electrique en débarquant à Punta Del Este et en signant la pole d'entrée, sans jamais avoir essayé la voiture. Il a signé deux autres pole positions ensuite.

Vergne a pour le moment un contrat avec Virgin-DS pour la saison 2015/2016 de Fe mais il donne la priorité à la F1. Il espérait revenir chez Haas, mais sa meilleur chance est maintenant de devenir pilote officiel Renault... Pas mal !

Esteban Ocon, 19 ans :

Champion de F3 FIA l'an passé, Ocon a été l'un des stars de la saison 2014. Il a ainsi battu Max Verstappen, aujourd'hui un pilote très en vue dans les grands prix. Le Hollandais avait remporté plus de courses (10 à 9) mais Ocon avait signé plus de pole position (15 à 7). Max n'a pas toujours été servi par son moteur Volkswagen, face au Mercedes du Français.

Esteban, donc, a du talent. Enormément de talent. La barrière de l'âge a également explosé, Verstappen ayant débutant à 17 ans. A 19 ans, Ocon peut légitiment espérer. Surtout qu'il a déjà conduit 4 fois une F1, dont une fois en essais libres à Abu Dhabi l'an passé. Il avait d'ailleurs été excellent.

Adaptation rapide chez Lotus

Cette saison, Ocon souffre plus que prévu en GP3. On l'imaginait déjà facile champion de la discipline mais il se casse les dents sur un italien, Luca Ghiotto. Ghiotto mène 3 victoires à 1, et surtout 5 pole positions à 0. Le Normand est encore dans la course au titre mais il a moins marqué la GP3, tout étant très bon, que la F3. La saison de son rival Ghiotto est assez étonnante. L'italien avait débarqué à Spa l'an passé en signant la pole position puis avait rétrogradé en fond de grille. En 2015, il semble intouchable, dans une écurie Trident abonnée aux bonnets d'âne depuis 2011.

Ocon a rejoint depuis quelques mois la Filière Mercedes, qui en fera peut-être un futur titulaire de DTM à défaut de F1, Pascal Werhlein ayant la priorité, voire un candidat au titre en GP2 chez ART. Mercedes ne serait sans doute pas contre de prêter Ocon à Renault, voire de le céder. Car l'ancien champion de F3 a énormément de potentiel, et surtout ses essais chez Lotus ont montré qu'il pourrait vite s'adapter. La France peut miser de gros espoirs sur lui.

Conclusion :

La France a la chance d'avoir deux bons pilotes disponibles. Renault doit en profiter. Ils sont jeunes, ont un palmarès et sont populaires auprès des amoureux de sport auto. Le plus logique serait de faire appel aujourd'hui à Vergne. Il a l'expérience de trois saisons de GP, d'une année de simulateur chez Ferrari et n'a été absent des circuits que depuis 1 an. Une année de plus et tout retour deviendrait trop compliqué pour lui.

Alors que Renault se voit imposer Maldonado pour des raisons financières, il ne faut pas se louper sur le leader de l'écurie. Il faut marquer des points, ce que Vergne a fait chez Toro Rosso. En plus, JEV a travaillé avec les ingénieurs moteur de Renault en 2014. Et contrairement à certains, il ne les a jamais critiqué outre mesure. Enfin, Jean-Eric est passé par les formules de promotion du constructeur français : 2.0 et 3.5. Son arrivée dans l'équipe d'usine Renault ferait sens. Et piquer Vergne à DS et Carlos Tavarès (ex-Renault parti chez PSA) ne serait pas pour déplaire à Carlos Ghosn !

Utiliser Ocon tout de suite est également possible. Et alléchant. On a hâte de voir s'il peut nous faire une Verstappen bis. A côté d'un Maldonado erratique, ce serait un choix un peu plus risqué. Quoique. Une année en GP2 serait une bonne idée mais Renault pourrait déjà le nommer troisième pilote et lui faire faire plusieurs vendredi de grand prix. Et qui sait, en 2017, vrai année 1 du retour de Renault (2016 étant une année de transition) un duo français capable de lutter avec les meilleurs. Aucune raison que ceux-ci ne puissent pas un jour gagner un grand prix, voire plus.

Un mot pour finir sur un autre Français, Pierre Gasly. Actuellement en GP2, le pilote de la filière Red Bull souffre plus que prévu, notamment face à son équipier Alex Lynn, mais a du potentiel. Surtout qu'il n'a que 19 ans comme Ocon. Il a signé sa première pole position à Monza. Il est monté à 3 reprises sur le podium sans encore l'avoir emporté. A surveiller si la filière Red Bull s'effondrait en cas de départ de la F1. Renault a sans doute un oeil sur Gasly.

Et vous qu'en pensez-vous ?

Photo de Thibault Larue

posté par :
Thibault Larue

Réagissez

Commentaire(s)13

mardi 29 septembre 2015 à 22:43 kamikaze dit : vergne titulaire en 2016 avec malheureusement maldonado, ocon en troisième pilote, et pour 2017 vergne avec ocon comme titulaire.

mardi 29 septembre 2015 à 16:45 JFC dit : Parce que Estéban Ocon.... c'est du typiquement Français ?. Peut-être Breton ?.

mardi 29 septembre 2015 à 12:19 titi dit : Et Pierre Gasly?

vendredi 25 septembre 2015 à 14:18 Mataf88 dit : S'il vous plait, messieurs les journalistes de sport auto. Ne recommencez à critiquer Renault comme vous le faites dans le premier paragraphe. Ils sont pas encore revenus à la F1 que déjà vous aiguisez vos stylos! Laissez les faire, s'ils reviennent, c'est super pour la France

vendredi 25 septembre 2015 à 10:33 Skylines dit : Et nicky Lauda pour la 2e renault

vendredi 25 septembre 2015 à 10:31 Skylines dit : Moi je verrais alain prost pour piloter la renaullt

jeudi 24 septembre 2015 à 23:16 samHF1 dit : Vergne ET Ocon le plus tot possible........! quitte a indemniser¨PDVSA, mais svp plus de Maldonado :(

jeudi 24 septembre 2015 à 20:34 Hülki27 dit : Grosjean est meilleur que vergnes torro Rosso et red bull jette les mauvais pilotes désolé de le dire mais c'est vrai

jeudi 24 septembre 2015 à 19:54 Christophe dit : Soyons sérieux et surtout lucide....JEV est très certainement meilleurs que GROSJEAN...et pourtant il n'a été retenu, la preuve c que FERRARI l'a conservé sur le simulateur. La F1 est comme ça, il te faut du soutien financier et surtout du "piston", si tu es moyen, ou être le meilleur des meilleurs. JEV est plus tôt bon mais il n'a ni soutien financier ni piston. GROSJEAN est mauvais, mais il a tous ce que JEV n'a pas,piston et soutien financier et donc JEV amuse toi en Formule-E.....malheureusement pour nous. Aucune différence entre GROSJEAN et MALDONADO ....ils roulent grâce à tous...mais absolument pour leur talent.

jeudi 24 septembre 2015 à 17:50 zarquos dit : Vergne 2ème pilote + Ocon 3ème pilote en 2016 et Vergne 1er pilote + Ocon 2ème pilote en 2017 à la place de "sert à rien" semble une bonne formule.

jeudi 24 septembre 2015 à 15:23 grand dit : Ce serait effectivement bien que JEV puisse enfin nous montrer ce qu il vaut .Avec une bonne voiture je pense quíl est capable de se battre avec les meilleurs

jeudi 24 septembre 2015 à 13:30 skandar dit : maldonado qui commet toujours des "pastorettes" lol:sans ses pétrodollars il ne serai pas en f1 c est sur!!!.après grosjean chez haas:ça paraît risqué pour lui car les écuries équipées du moteur Ferrari client comme les sauber sont vraiment à la traîne... sinon si grosjean va chez haas:(ce qui n est pas mentionné dans les lignes de cet article) renault devrait prendre Jean Éric vergne qui a une bonne expérience et prendre ocon ou gasly en tt que pilote d essais dans le but de succéder à maldonado.

jeudi 24 septembre 2015 à 11:59 avocado dit : Pour le second baquet (étant donné que Maldonado sera hélas encore là) je dirais Vergne pour son expérience et sa connaissance des réglages en F1 même si cela n'enlève rien au talent de Ocon.