Notes et bilan des pilotes au GP du Brésil

Le carnet de notes du GP F1 du Brésil 2015

Sport Auto.fr note tous les pilotes à l'issue de chaque GP. La meilleure, au Brésil, est de 19 pour le vainqueur Rosberg, et la pire de 8 pour Pérez.

Nico Rosberg – Mercedes – 19/20
Cinquième pole position de suite, et maintenant deuxième victoire de rang : l’Allemand finit fort sa saison. Bonne qualif, bon départ : tout ce qui lui a manqué en 2015 lui sourit d’un coup. Nico n'a jamais vraiment été sous la menace d'une attaque d'Hamilton mais n'a pas non plus réussi à creuser un écart le mettant vraiment à l'abri. Il aurait pu tout perdre lors d'un mauvais arrêt au 14e tour, mais a finalement conservé la tête. Il n'a commis aucune erreur par la suite. Par ce succès au Brésil (il avait déjà remporté la course l'an passé), Nico assure sa deuxième place au championnat du monde, face à Vettel. Mais il reste dans la bouche un petit goût d'inachevé. On aimerait bien que les deux pilotes Mercedes aient un peu plus de liberté côté stratégie (voir le moment clé en bas de cet article).

Lewis Hamilton - Mercedes - 18/20
Hamilton aurait presque, en ce moment, le rôle d’un numéro deux. Le triple champion du monde, battu à la régulière encore en qualif quoique de seulement 7 centièmes, n’a pas la liberté de pouvoir choisir la stratégie. La faute à un départ ne lui ayant pas permis de prendre l'avantage sur Rosberg. Il a tout de suite croisé la trajectoire pour se porter vers la droite mais Nico était encore devant. La suite du GP laisse planer un peu de confusion car Lewis a commencé à harceler son rival, du 17e au 25e tour, détruisant ainsi ses pneus. La stratégie à 3 arrêts s'imposait alors, et a été utilisée pour les deux hommes. Rosberg a laissé entendre à l'arrivée que si Lewis n'avait pas attaqué aussi fort, deux arrêts étaient possibles : pour les deux ! Hamilton a-t-il trop forcé ? En même temps, pour doubler, il faut attaquer ! Le seul reproche à faire à l'Anglais est d'avoir à la fois attaqué et voulu faire un arrêt de moins. Ou d'avoir cru possible qu'on lui laisse en faire trois contre deux pour le leader.

Sebastian Vettel – Ferrari - 18/20
Capable de battre Bottas et Williams en quaif, Vettel a réussi une course certes invisible à la télévision mais très véloce ou plutôt constante dans l'effort. Longtemps, il est resté non loin des Mercedes, revenant même à 3,9 secondes de Hamilton, grâce à ses pneus tendres au troisième relais. Sur le dernier relais, il a perdu du temps mais a brillé au final.

Kimi Räikkönen – Ferrari – 17/20
Räikkonen aime les stratégies décalées. Cela a souvent été l'une de ses spécialités. Alors que les leaders étaient sur 3 arrêts, Kimi n’en a lui fait que 2. Ce qui lui a permis un temps d’être devant Vettel mais il l’a sportivement et logiquement laissé passer au 40e tour. Kimi met fin à trois grand prix marqués par des erreurs ou incidents. Son meilleur grand prix depuis Suzuka. Il revient à 1 point de Bottas dans l'optique de la 4e place mondiale.

Romain Grosjean – Lotus – 16/20
Déçu en qualif d'être éliminé en Q2 (il a commis des fautes), le Français a sonné la charge en course. Il a mené la vie dure à son équipier et à la Toro Rosso de Verstappen. Il a pas mal dépassé en piste, dont Pérez à deux reprises. Avec 6 places de gagnées par rapport à sa position sur la grille, Romain a été très actif. Cela mérite d'être signalé et récompensé par un 16/20, dans un grand prix pas fou fou. Sa stratégie à 3 arrêts a été plus utile que celle à 2 de son équipier.

Nico Hülkenberg – Force India – 15/20
Grand prix propre et isolé pour un Allemand sixième à l’arrivée. Il a perdu une place par rapport à la grille, Bottas retrouvant en piste l’avantage perdu avec sa pénalité. C'est le deuxième grand prix de suite où il est le leader de Force India. Il finit 6e, comme au Japon. Cela lui permet de gagner 2 places au championnat, et de passer 10e, devant Verstappen et Grosjean.

Daniil Kvyat – Red Bull - 15/20
Week-end solide alors qu’il l’abordait sans l’évolution du moteur Renault. Cela ne l’a en rien gêné puisque que c’est lui qui a été le meilleur des Red Bull : en qualif et en course. Dans son duel 2015 en course face à Ricciardo, le Russe est assuré d'être devant. Il en est à 10 fois devant, contre 8. Et il ne reste qu'une course. Niveau comptable, il a encore 4 points d'avance. Quand il ne fait pas d'erreur, Daniil est un bon pilote de GP.

Max Verstappen – Toro Rosso – 15/20
Esseulé chez Toro Rosso après l’abandon très rapide de son équipier, il a été très occupé à se battre face aux Lotus. On lui doit les deux plus beaux dépassements de la course : les deux à l'extérieur dans les S de Senna face à Pérez (33e tour) puis Nasr (59e tour). Si la fiabilité semble être au rendez-vous en ce qui le concerne, Max est encore et toujours l'un des rares attaquants des courses. Ces deux points glanés à 3 tours de la fin sur Maldonado permet à Toro Rosso de demeurer dans le sillage de Lotus au championnat. Ce sera chaud à Abu Dhabi.

Valtteri Bottas – Williams – 15/20
Si sa Williams a fait illusion en qualif face à Ferrari, en course, il n’y a pas eu photo. Et si Valtteri a devancé Räikkönen en qualif, il n’a rien pu faire pendant le grand prix, une pénalité sur la grille ne l’aidant pas. Bottas a pourtant réussi un excellent départ. Il était également sur une stratégie à 2 arrêts qui ne lui a rien permis de bon. Car il n'a pas pu battre Kimi et en plus a pris une valise par Vettel. Allo Williams ?

Jenson Button – McLaren - 14/20
Toujours aussi difficile de noter les pilotes McLaren. Mais Button termine non loin d’une Sauber et d'une Force India. Il est à 10 secondes des points. Et surtout, il devance Alonso depuis maintenant 4 courses. Bref, pas mal du tout.

Pastor Maldonado - Lotus 13/20
Malgré un contact pénalisé avec Ericsson, malgré sa onzième place finale à la porte des points, Maldonado s’est bien battu, sur une stratégie compliquée à 2 arrêts. Il a autant dû se défendre qu’attaquer mais il l’a plutôt bien fait. Sans la pénalité de 5 secondes à son dernier pit stop, il marquait un point. Il y a finalement eu droit après l'exclusion, après course, de Massa.

Ricciardo sans grand espoir

Daniel Ricciardo – Red Bull - 13/20
Le pauvre Ricciardo a eu le droit à un nouveau moteur Renault qui lui a coûté 10 places sur la grille sans pourtant de gains enregistrés en performance. Il a donc souffert comme rarement. Il a certes remonté 7 places mais n’a jamais été capable de viser les points. Il n'est à aucun moment rentrer dans le top 10. Pas sûr que cela soit de son fait...

Fernando Alonso – McLaren – 13/20
Quatre places de gagnées par rapport à la grille. Alonso termine à 9 secondes de Button, sur la même stratégie. Encore une fois, on sent qu'Alonso ne fait pas tellement la différence face à Jenson. Il l'a admis lui-même. Vu le manque de fiabilité qui s’est acharné sur lui depuis vendredi et la perte de puissance sur la fin, c’est un miracle qu’il termine le grand prix.

Felipe Massa – Williams - 12/20
Mystérieux Brésilien, transparent pendant tout le week-end de son grand prix national. Il a été dominé largement par son équipier Bottas et s'est battu avec une Williams rétive. Pas de réaction d'orgueil. Et à l'arrivée, pire que tout pour lui, une exclusion pour non-respect des températures et pressions de pneus avant course.

Felipe Nasr - Sauber - 11/20
Petit regain de forme face à Ericsson, en qualif et en course, mais pas de points à l'arrivée. Sa stratégie à 2 arrêts n'a pas permis de jouer face aux Lotus et à la Toro Rosso. Mais sur 3 arrêts, sa Sauber n'aurait pas eu la vitesse pure non plus pour rivaliser.

Will Stevens – Manor – 11/20
Défense hasardeuse sur Ricciardo mais un grand prix enfin terminé devant son équipier, Rossi en l'occurrence. Il n'avait plus réussi à être le meilleur Manor en course depuis Monza, et le Canada avant encore.

Alexander Rossi – Manor - 10/20
Déception en course où il termine 10 secondes derrière Stevens. En qualif, il était un peu plus d'un dixième devant. Les Manor se trainaient en fond de classement, avec en plus 2 arrêts au stand. Une stratégie qui ne les a pas faites briller d'avantage.

Marcus Ericsson – Sauber – 9/20
Rien de bien convaincant. Battu en qualif et en course, il a été en dedans. Sans doute son plus mauvais GP de l'année. En tout cas, son plus mauvais classement : 17e.

Sergio Pérez – Force India - 8/20
Qualif décevante, course guère plus convaincante. Pérez, en forme depuis plusieurs mois, marque le pas. Hülkenberg était largement devant lui. Lui qui d'habitude a toujours droit à la stratégie consistant à faire un arrêt de moins a cette fois eu celle de faire un arrêt de plus. Il n'a jamais trouvé les bons réglages.

Carlos Sainz Jr – Toro Rosso – non noté
Septième abandon de la saison pour l’Espagnol, dès le départ en plus. Tout avait déjà mal commencé avec une panne en sortie des stands lors du tour de mise en grille. Qualifié dixième juste derrière son équipier (grâce à la pénalité infligée à Nasr), il a donc dû s’élancer des stands. Avant d’abandonner quelques secondes après. Les courses ne lui réussissent plus. Verstappen est maintenant clairement le leader.

Le GP : 12/20
GP bien calme, à l’image du départ. Pas de pluie, pas d’accrochage, pas de safety car et donc peu d’action. Mais on a quand même suivi de près la rivalité Rosberg/Hamilton, avec, comme au Mexique, deux pilotes séparés par entre quelques dixièmes et 2 secondes. Un Mastermind sur fond, comme toujours, de tentative de stratégies différentes, mais encore une fois Hamilton n’a pas pu sortir des clous et est resté calqué sur le plan du leader. Ce fut serré jusqu'à quelques tours de l'arrivée même si l'on sentait que rien ne se passerait vraiment entre eux.
Derrière, toutefois, l’enjeu était une belle lutte entre les Lotus et la seule Toro Rosso en piste. Grosjean et Verstappen ont attaqué, Maldonado a défendu. Le tout sur fond de bataille pour la 6e place chez les constructeurs.

Le point clé : la stratégie chez Mercedes

Comme toujours entre deux voitures de pointe si proches, la stratégie est l'une des seules clés. D’autant plus quand l'un des pilotes réclame de tenter quelque chose de différent. C’est ce qu’il s’est passé pour Hamilton, proposant très tôt à la radio de changer de plan. « Je ne peux pas le suivre. Que peut-on faire ? » S’en sont suivies des discussions visiblement vaines avec un ingénieur lui indiquant que la seule solution pour conserver la deuxième position face à Vettel (pas du tout l’objectif de Lewis) ou pour espérer gagner (le vrai objectif) était de faire un deuxième relais plus long. Or rien de tout cela ne s’est passé, Lewis, en plus, sortant la grosse attaque et donc dégradant les pneus. Logiquement, le leader Rosberg a été calé sur la nouvelle stratégie à 3 arrêts, et Lewis a toujours suivi le même plan, un tour après l’homme en tête.
Sur le podium, Hamilton, questionné par Martin Brundle, tentait de faire changer ses patrons d'avis : « on a gagné les 2 titres, alors c’est vrai que ce serait bien de pouvoir tenter quelque chose de différent en termes de stratégie. Sinon, il n'y a pas de show. » Mercedes tente de gérer au mieux ce duo explosif, mais en fait un peu trop. Il est vrai que tout pari stratégique improvisé peut désavantager d'un coup un leader qui n'y est pour rien, mais c'est aussi cela la course. Mercedes argumente que Vettel - finalement lui aussi sur 3 arrêts - pouvait devenir une menace pour la 2e place, en cas de prise de risque pour Lewis.
Alors, maintenant que Rosberg, en forme depuis Austin, a assuré la place de vice-champion, qu’on les laisse faire ce qu’ils veulent en piste, à Abu Dhabi.

Photo de Thibault Larue

posté par :
Thibault Larue

Réagissez

Commentaire(s)9

lundi 16 novembre 2015 à 10:29 zarquos dit : Alors on met combien à Thibault ? Pour moi ce sera 18/20 pour l'ensemble de son œuvre. Le seul reproche est effectivement son grand manque d'impartialité... je plaisante ^^ En même temps si c'était parfaitement impartial on pourrait donner le job à un robot, la petite touche personnelle c'est important ;)

lundi 16 novembre 2015 à 09:01 Thibault Larue (Sport Auto) dit : Et quand je vois que les reproches d'être pro lewis et pro nico se conjuguent, j ´ai la faiblesse de me dire que je ne suis peut être pas loin d'être impartial.

lundi 16 novembre 2015 à 08:47 Thibault Larue (Sport Auto) dit : @nando : je déclare sur l'honneur n'avoir aucune préférence. De même entre nico et lewis. Deux choses : c est vrai que cette section n'a pour but que de noter ce qu'il se passe en piste et aucunement une interprétation des comportements par ailleurs constatés. Ensuite, je pense que votre mémoire est sélective. Car de nombreuses fois, j'ai noté ce qu'il me semblait les comportements excessifs des deux hommes. Et si cela vous rassure, j'ai eu l'occasion plusieurs fois de dire et ecrire que lewis se comporte de façon déplacée depuis austin. C est manifeste et regrettable. Je demande aux lecteurs de sport auto de me croire : l'impartialité est mon obsession.

lundi 16 novembre 2015 à 00:12 zarquos dit : Les articles de Thibault sont intéressants, ce n'est pas forcément le reflet exact de la vérité mais il y a toujours des commentaires structurés et des arguments bien présentés. A chacun de prendre ce qu'il veut, personnellement j'attends toujours la note des pilotes et du grand prix avec impatience. Si en plus l'article est relevé d'une petite sauce sarcastique, c'est encore mieux :) Un grand prix qui se regarde mais sans plus, j'espère qu'il y aura plus de bagarre à Abu Dhabi, avec en toile de fond la 4ème place pour le meilleur Finlandais, la 10ème place à disputer entre Hülkenberg, Grosjean et Verstappen et la 6ème place constructeur entre Lotus et Toro Rosso (il est impératif que les 2 voitures restent en jeu cette fois).

dimanche 15 novembre 2015 à 23:15 Matthieu dit : J'ai un peu de mal à comprendre les notes On sent bien qu'Hamilton est votre pilote préféré, 18,5 au Mexique alors que dominé par Rosberg. Vetel était bien meilleur qu'Hamilton aujourd'hui. Au Mexique Vetel ne méritait pas la moyenne.

dimanche 15 novembre 2015 à 23:14 NandoCampeon dit : Mr Larue , ce n n est pas d aujourd'hui que vous êtes pro Hamilton et je ne base pas mon jugement sur ces notes qui sont une simple indication et pas forcément un étalonnage entres pilotes ! vous etes quand meme plus prompt à descendre Nico lorsque il réagit mal aux provocations de Lewis que l inverse ! Son attitude d enfant gate boudant en fin de course et dédaignent relever sa visière fumée alors qu'il est déjà titré apres avoir certes dominé en piste son coéquipier mais surtout après avoir été couve à outrance par Mr Wolf et Benz(ce depuis Spa 2014) , pourtant des que ca je va plus dans son sens , son caractère de diva ressort (sans doutes digère t il mal son erreur de pilotage au volant de sa Zonda LH (non pas mégalo :"LH ") bref son attitude aurait du lui valoir une moins bonne note à mon sens , lui qui se prétend suivre l exemple de Senna à vraiment encore du chemin à faire niveau comportement ! il oubli sans doute que ses succès et records sont certes réel et à jamais sur les tablettes de la F1 mais n ayant que peu de valeurs tant la domination des Benz est sans aucunes concurrence , l ère des V6 hybride PU, MGU - H, K DRS etc ... reste une eresie sans saveur pour de nombreux fans , hormis pour les fans d Hamilton meme si à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ! cdtl !

dimanche 15 novembre 2015 à 22:18 Thibault Larue (Sport Auto) dit : Après, les notes sont aussi là pour mettre un peu de piment au compte rendu de la course. Le plus important est le contenu ! Chacun est libre de mettre une autre note !

dimanche 15 novembre 2015 à 22:12 Thibault Larue (Sport Auto) dit : Je n'ai aucun piloté préféré. J'essaie de donner des notes le plus justement possible, en les affinant. On peut être battu et mérité une bonne note. D'ailleurs cela ne fait que renforcer la perf de rosberg. Quant à Vettel au mexique, j'ai déjà dit que oui, la note initiale n'était pas la bonne. On pensait tous qu'il y avait eu un souci sur la ferrari. Mais non, pas du tout. J'essaie de trouver le juste milieu entre publier ces notes le plus vite possible pour que vous soyez informés et attendre autant que possible pour avoir les infos les plus précises. Parfois l'équilibre parfait n'existe pas.

dimanche 15 novembre 2015 à 22:02 Matthieu dit : J'ai un peu de mal à comprendre les notes On sent bien qu'Hamilton est votre pilote préféré, 18,5 au Mexique alors que dominé par Rosberg. Vetel était bien meilleur qu'Hamilton aujourd'hui. Au Mexique Vetel ne méritait pas la moyenne.