F1 - Vidéo: Le top 10 des messages radio en 2015

Vidéo. La Formule 1 a compilé les 10 messages radios les plus marquants de la saison, avec les colères de Jenson Button, Lewis Hamilton et Fernando Alonso.

Les messages radios sont souvent critiqués mais ils permettent parfois de connaître les réactions instinctives des pilotes, en laissant transparaître leurs émotions, leurs sentiments et leur véritable pensée.

Durant la saison 2015, les pilotes ont souvent exprimé leur frustration et leur colère, ce qui donne une indication de ce qu'ils pensent de leurs rivaux.

La Formule 1 a réalisé une vidéo reprenant les 10 échanges radios les plus marquants de la saison 2015:

Les 10 meilleurs messages radios en 2015

N°10: Felipe Massa à Monza

Après avoir contenu Valtteri Bottas dans les derniers tours à Monza, Felipe Massa laisse éclater sa joie avec humour et il reçoit les félicitations de Williams.

Felipe Massa : « Yeah les mecs ! Oh mon Dieu! Je suis trop vieux pour ça, trop vieux ! »
Williams à Felipe Massa : « N'importe quoi, tu n'es pas trop vieux. Ca ne fait que commencer mon pote ! »

N°9: Lewis Hamilton à Budapest

Suite à un départ raté à Budapest, Lewis Hamilton tente de reprendre l'avantage sur Nico Rosberg à la chicane, mais l'Allemand ne lui laisse pas la place et il doit passer dans les graviers, ce qui le fait passer de la troisième à la 10ème place. Hamilton accuse son équipier.

Lewis Hamilton : « Nico a coupé ma trajectoire. Il m'a fait sortir de la piste. Nico est revenu sur... On est supposé ne se décaler qu'une fois. »

N°8: Kimi Räikkönen à Shanghaï

Le langage parfois fleuri de Kimi Räikkönen est devenu un trait de caractère attribué au Finlandais depuis son « Laissez moi tranquille ! Je sais ce que je fais » à Yas Marina en 2012. En prenant un tour à Fernando Alonso en Chine, il se plaint que le pilote McLaren ne s'écarte pas assez vite.

Kimi Räikkönen : « Allez, faites sortir cette McLaren de mon chemin ! Ce mec est une ****** de blague ! »

N°7: Romain Grosjean et Will Stevens à Montréal

Un bon résultat est possible pour Romain Grosjean à Montréal mais en prenant un tour à Will Stevens, il se rabat trop tôt, ce qui le fait crever et casse l'aileron avant de la Manor. Le Franco-Suisse critique immédiatement son rival. Il reconnaîtra finalement sa responsabilité après avoir vu les images.

Romain Grosjean : « Non ! ***** il m'a percuté ! Il m'a percuté ! Ce n'est pas possible. »
Will Stevens : « Il est vraiment stupide, il me coupe la route à chaque fois qu'il double. Où est-ce qu'il veut que j'aille, hors de la piste ? »

N°6: Fernando Alonso à Montréal

Egalement à Montréal, Fernando Alonso laisse sa frustration s'exprimer face au manque de performances de sa McLaren. Lorsque l'équipe lui demande de surveiller sa consommation, il refuse, les contraintes étant déjà très nombreuses au volant.

McLaren à Fernando Alonso : « Economise du carburant. »
Fernando Alonso : « Je ne veux pas. Je ne veux pas. J'ai déjà de gros problèmes en ce moment, à piloter avec ça, à passer pour des amateurs. »

N°5: Kimi Räikkönen et Valtteri Bottas à Sotchi

En fin de saison, Kimi Räikkönen a plusieurs accrochages avec Valtteri Bottas. Le premier, à Sotchi, lui vaut une pénalité. Ferrari l'avait encouragé à attaquer son rival.

Ferrari à Kimi Räikkönen : « Dernier tour Kimi. Dernier tour. C'est tout ou rien. »

Räikkönen tente d'attaquer Bottas mais il est trop loin et il percute le pilote Williams, très supris par la manœuvre.

Valtteri Bottas : « ****** qu'est-ce qu'il a fait ? »

Un nouvel accrochage aura lieu à Mexico, sans pénalité cette fois.

N°4: Nico Rosberg à Shanghaï

La course de Shanghaï marque la première polémique de l'année entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton. L'Allemand accuse son équipier de ralentir volontairement le rythme pour que Sebastian Vettel soit en mesure de l'attaquer.

Nico Rosberg « Lewis roule très lentement, donc faites le accélérer »

N°3: Jenson Button à Singapour

Pastor Maldonado, qui va probablement perdre sa place chez Renault, est la cible de très nombreuses critiques pour ses multiples accidents. A Singapour, il omet visiblement d'accélérer en sortant d'un virage et Jenson Button ne peut pas l'éviter.

Jenson Button : « J'aurais vraiment dû savoir qu'il est taré. »

N°2: Lewis Hamilton à Monaco

Suite à l'accident entre Max Verstappen et Romain Grosjean à Monaco, la voiture de sécurité est déployée. Mercedes pense que Lewis Hamilton a le temps de changer de pneus et de rester en tête, l'Anglais s'attendant à ce que d'autres pilotes passent aux stands. Un pari totalement raté qui le fait chuter au troisième rang et lui fait perdre la course.

Lewis Hamilton : « Qu'est ce qui s'est passé les mecs ? Les mecs, qu'est-ce qu'il s'est passé ? »
Mercedes à Lewis Hamilton : « Ok Lewis, nous revoyons les images. »
Lewis Hamilton : « J'ai perdu cette course, non ? »

N°1: Fernando Alonso à Suzuka

La frustration de Fernando Alonso se voit plus que jamais à Suzuka, quand il qualifie plusieurs fois le moteur Honda comme étant digne du GP2. Des propos déplairont à Ron Dennis, son grand patron. L'Espagnol les assumera.

Fernando Alonso : « C'est embarrassant. Très embarrassant. Moteur de GP2, GP2, argh ! »

Bonus: Sebastian Vettel à Budapest

Ce message radio ne fait pas partie de la sélection de la Formule 1 mais il est probablement le plus marquant et le plus émouvant de la saison. Après avoir gagné la course, Sebastian Vettel rend hommage à Jules Bianchi, en français, quelques jours après sa disparition.

Sebastian Vettel: « Jules, cette victoire est pour toi. » Le pilote Ferrari ajoute, en anglais cette fois, que Jules Bianchi aurait forcément roulé pour Ferrari un jour.

Plus d'échanges radios en 2015:
Sepang: L'agacement de Hamilton par radio
Silverstone: Les consignes de Williams de l'intérieur
Budapest: Les consignes de Williams de l'intérieur
Monza: Comment Mercedes a géré la fin de course

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

lundi 01 février 2016 à 10:42 avocado dit : En seconde position j'aurais mis Hamilton avec ce message pathétique en fin de course et la désillusion qui l'envahit après deux heures de course dans les rues de Monaco.

lundi 01 février 2016 à 10:37 avocado dit : Pour ma part c'est Vettel qui est au top des messages radio car son intervention nous a révélé un garçon sensible et d'une éducation exemplaire.