F1 - Newey n'aime pas l'attitude des motoristes

F1 - Les motoristes ne jouent pas le jeu

Adrian Newey, le responsable technique de Red Bull, reproche aux motoristes de ne pas donner les meilleurs logiciels à leurs équipes clientes.

Bernie Ecclestone se plaint régulièrement du pouvoir pris par les motoristes, qui peuvent imposer leurs décisions. Adrian Newey partage l'opinion du gestionnaire commercial de la F1 et il va même plus loin, en estimant que les motoristes ne donnent pas des groupes propulseurs aussi efficaces à leurs équipes clientes.

« Pour moi, c'est très curieux d'avoir ce règlement où le constructeur doit fournir le même matériel aux autres équipes, mais sans avoir la moindre obligation de fournir le même logiciel, et donc la même performance, » a expliqué le grand responsable technique de Red Bull à Reuters. « Personne ne se plaint de ça parce que les équipes clientes ne peuvent pas se plaindre, leur contrat leur interdit. »

Et même s'il a été très critique contre Renault, il salut l'approche du constructeur français à ce niveau : « Ils ont toujours donné le même groupe propulseurs à tous les sens du terme, y compris les logiciels, à leurs équipes clientes comme à leurs équipes principales, » souligne Newey.

Dans les années 1960, Lotus a eu un accord exclusif pour l'utilisation du moteur Cosworth DFV, le plus performant, mais Colin Chapman a accepté que ses rivaux en disposent également pour ne pas gagner face à des équipes affaiblies. Newey regrette que l'approche du fondateur de Lotus appartienne à l'histoire.: « Malheureusement, cette attitude ne semble plus prévaloir, » déplore l'Anglais.

Le matériel peut également varier d'une équipe à l'autre en raison de l'introduction de nouveautés en utilisant les jetons de développement. Les nouveautés peuvent arriver plus tard pour un client, ce que Sauber a connu en 2015, ou pas du tout, comme les clients Mercedes l'an dernier. Sauber a également renoncé à certaines nouveautés de Ferrari.

Les avantages sont figés

Le système des jetons de développement, qui limite énormément l'évolution des groupes propulseurs, fige l'avantage de Mercedes. Il va disparaître en 2017, ce qui est nécessaire pour réduire les écarts.

« Si on a un avantage, on peut le bloquer pour un certain temps, » estime Newey. L'écart ne peut se combler que si des ingénieurs avec les connaissances d'une technologie efficace changent d'équipe: « Ca s'est produit avec Ferrari l'an dernier avec quelques ingénieurs de Mercedes qui sont partis pour Ferrari et qui ont pu apporter leurs connaissances pour apporter un gain de performance très considérable au moteur Ferrari, » assure Newey.

L'ingénieur s'inquiète cependant des coûts engendrés par la fin des jetons de développement, ce qui pourrait augmenter les écarts.

Newey juge en tous cas l'importance des groupes propulseurs trop grande par rapport à celles du pilote ou du châssis pour gagner: « C'est une situation très déplaisante pour la Formule 1, » estime-t-il.

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)6

mardi 09 février 2016 à 13:22 MB1 dit : Vous avez lu l'article avant de critiquer Newey ? Parce que justement il dit du bien de Renault... Et sans lier ça aux succès ou aux défautes de Red Bull, vous trouvez pas le règlement actuel tres tres mal fait ? Il donne tous le pouvoir au motoriste, le châssis ne compte plus beaucoup. C'est pas pour rien qu'ils veulent tout changer en 2017 !

mardi 09 février 2016 à 12:26 Juju dit : On n'a jamais entendu Newley se plaindre autant depuis que Red Bull ne gagne plus. Ca devient grotesque. Et comme le dit Martin, il faut assumer ses abus de confiance. Quand on traite son partenaire (pourtant si glorieux de 2010 à 2013) avec un tel mépris, on peut difficilement pleurer ensuite. Je croyais que le fair play était l'apanage des britanniques.

mardi 09 février 2016 à 11:47 Martin tout court dit : Si ils avaient été moins cons, Renault ne serait pas revenu et ils auraient continué à avoir le moteur au top. Ils ont assez craché dans la soupe, le retour de manivelle va être méchant et çà ne sera que mérité.

mardi 09 février 2016 à 11:44 Kaizer Sauzée dit : Les plus cons sont les privés qui payent pour des moteurs sous-développés pour laisser le champ libre aux "usines"...! Car quand un constructeur vient en F1 il ne veut pas avoir l'air nul, alors il négocie avec la mafia des organisateurs pour être sûr de gagner, ou plutôt pour tricher.

mardi 09 février 2016 à 10:41 carambouillages dit : Depuis une bonne dizaine d'année, la F1 est devenue un microscopique groupuscule de carambouillages ; IL N'Y A PLUS DE SPORT F1, il n'y a que des tricheurs qui font tourner en rond des carrioles sans intérêt pour l'automobile.

mardi 09 février 2016 à 09:08 philou dit : la FIA veut maîtriser les coûts et avait fait peur à tous les motoristes avec un éventuel moteur alternatif, qui est finalement tombé à l'eau. mais dans 1 an en 2017 c'est la fin des jetons et ça sera la valse des dollars pour les motoristes en retard à la date -Ferrari et surtout Renault- . la F1 veut maîtriser ses coût coté moteurs et 6 mois plus tard annonce qu'on ouvre les vannes pour les motoristes en abandonnant les jetons dans 12 mois. des Guignols