F1 - Les stratégies vont-elles vraiment changer ?

F1 - L'impact du règlement sur les stratégies

Les pilotes pourront choisir parmi trois types de pneus cette année, avec plus de liberté qu'auparavant, mais l'impact sur les courses devrait rester limité.

L'une des principales nouveautés du règlement 2016 est une plus grande liberté donnée aux pilotes dans leurs choix de pneus. L'idée, lancée par Force India, a été validée par la FIA. Mais alors que l'équipe proposait de laisser les équipes choisir leurs deux types de pneus, Pirelli continuera à faire les choix, en proposant désormais trois types. Par crainte de voir les équipes faire des choix trop risqués, le manufacturier a énormément encadré le nouveau règlement.

Les pilotes ne seront pas totalement libres de leurs choix. Ils ne choisissaient aucun train de pneus en 2015, et ils pourront en choisir 10 sur les 13 cette année. Un train de pneus, a priori du type le plus tendre des trois, sera cependant réservé à la Q3, et deux autres, a priori un de chacun des deux types les plus durs, seront réservés à la course, avec l'obligation d'utiliser l'un des deux.

Ce manque de liberté devrait lisser les stratégies. Imposer l'utilisation d'un des deux trains réservés à la course aura peu d'impact puisque le règlement oblige toujours à utiliser deux types de pneus, et que si le pilote veut utiliser un train de pneu qui n'est pas imposé, il aurait de toute façon était contraint d'utiliser au moins l'un des deux trains de pneus imposés. Ces deux trains imposés limiteront cependant les choix sur l'ensemble du week-end, ce qui va pousser à une uniformisation des sélections. Pirelli espère quand même que le nouveau règlement permettra d'ouvrir les stratégies.

« En fait, ça permet aux équipes de faire un choix différent de ce qui existait auparavant, si elles estiment qu'avec leur châssis elles peuvent être un peu plus agressives et peut-être prendre le composé le plus tendre et faire un relais plus long que celui d'une autre équipe, » a expliqué Paul Hembery, le patron de Pirelli Motorsport, à Sky Sports F1.

Hembery veut des stratégies différentes, Button n'y croit pas

L'objectif du nouveau règlement est de permettre à des pilotes de créer la surprise. Pirelli souhaite voir des choix différents parmi les pilotes, y compris entre équipiers, même si Mercedes s'oppose à une telle philosophie.

« J'espère que ça mènera à des choses comme 2012 ou 2013, quand Force India, Lotus et Sauber ont pu prendre une approche différente, que ça différenciera peut-être les stratégies entre les voitures et que ça leur permettra de décrocher un meilleur résultat que ce que présageait leur place sur la grille, » a indiqué Hembery à BadgerGP. « Ca reste le véritable espoir, et ça serait assez bien que les équipes séparent les stratégies entre leurs pilotes. »

Jenson Button ne partage pas cet optimisme. Il estime que les limites imposées dans les choix vont empêcher toute décision audacieuse: « Tout le monde utilisera les mêmes pneus, » a assuré le champion du monde 2009 à Autosport. « A moins d'avoir un gros problème avec un type de pneus, tout le monde utilisera les mêmes. »

Même si la dégradation des pneus reste l'un des éléments les plus difficiles à intégrer dans les simulations, les équipes ont souvent des stratégies très proches. Un pari ne survient que dans une situation particulière et il reste une option secondaire, par nature jugée moins bonne que la stratégie de base. Que la meilleure stratégie soit en utilisant deux ou trois types de pneus en course, les équipes devraient donc faire des choix assez similaires, ce que reconnaît Hembery.

« Si on prend une équipe comme Haas, qui arrive dans le championnat, ils on moins de données que tout le monde, donc pour eux je suis certain que les décisions seront assez difficiles en début de saison, » a précisé l'Anglais à Sky Sports F1. « Mais durant l'année, les choses vont probablement beaucoup se normaliser entre les équipes, avec des choix de plus en plus similaires. »

Les équipes trouveront vite les bonnes solutions

Quand un nouveau règlement a des conséquences sur les stratégies, les équipes en prennent rapidement la mesure. L'ouverture sur les choix de pneus devraient donc créer de l'incertitude en début de saison.

« Je ne pense pas qu'au début de la saison les choses seront normales, » estime Hembery. « Je suis assez certain (...) que certaines décisions (...) seront intéressantes en début de saison. »

Hembery évoque le début de saison puisque les équipes devraient rapidement les meilleurs stratégies possibles: « Nous sommes assez intelligents en Formule 1 et s'il y a une bonne solution, nous la trouverons assez vite, » a expliqué Pat Symonds, le directeur technique de Williams, à Autosport. « Et ensuite on aura tout perdu. »

Pat Symonds prend l'exemple de la saison 2003, la première année où les pilotes ont dû se qualifier avec le carburant pour le premier relais. Ce règlement est resté présent jusqu'en 2009 mais dès la deuxième course, Renault a placé Jarno Trulli et Fernando Alonso en première ligne, en roulant avec peu de carburant, et cette stratégie s'est avérée efficace. Elle a été copiée par la concurrence.

« Après des analyses, nous avons décidé que ce que nous devions faire, c'était considérer les qualifications comme le premier tour de la course, » explique Symonds. « En Australie, nous n'avons pas eu de très bonnes qualifications, nous n'avons pas vraiment démontré notre approche et personne n'a vraiment remarqué ce que faisions. »

« Mais en Malaisie, nous avons eu les deux voitures en première ligne. Je me souviens de tous ces gens intelligents, comme Ron Dennis, qui disaient "oh, c'est juste pour se montrer". A la course suivante, la plupart des gens faisaient la même chose. Les gens n'ont pas besoin de beaucoup de temps pour comprendre ce qu'il faut faire. »

Cette fois, ces choix pourraient mettre quelques courses de plus à se mettre en place puisque les sélections de pneus des pilotes se feront plusieurs semaines à l'avance. Les équipes devraient cependant faire des choix souples en début d'année, couvrant plusieurs possibilités.

Le règlement aurait pu être mieux fait

Avec une liberté plus grande mais encore très encadrée, Pat Symonds doute que les courses soient réellement chamboulées par le nouveau règlement. Il regrette les limites imposées par Pirelli.

« Je ne peux pas dire que je suis vraiment excité par les changements sur les règlements autour des pneus, » reconnaît Symonds. « J'aime les choses qui ajoutent un peu de chaos. »

« A la base, quand les propositions sur les pneus ont été faites par les équipes, je pense qu'il y avait une vraie chance d'apporter un peu de chaos, parce qu'il avait plusieurs façons d'aborder le problème. Pirelli ne voulait pas que les équipes choisissent les pneus partout, ce qui est un peu étrange. »

Pour lui, l'argument de la sécurité ne tient pas puisque les équipes n'auraient aucun intérêt à faire des choix trop risqués : « Nous sommes des adultes assez responsables et en fait j'aime bien marquer des points dans les courses, et tenter de les gagner, » ironise Symonds.

« Nous pourrions mettre les moteurs à fond et les faire exploser à la première course mais nous ne le faisons pas. Nous pourrions concevoir des voitures qui ne sont pas assez solides, mais nous ne le faisons pas. Nous sommes assez bons dans ce que nous faisons. Je trouve assez malhonnête de suggérer (que les équipes feraient des choix dangereux). Je pense que ça avait le potentiel pour être un peu mieux. »

Jenson Button pense que cette mesure ne changera rien au spectacle: « Si c'était totalement ouvert et qu'on pouvait utiliser tous les types de pneus disponibles, on pourrait voir quelqu'un tenter une chose un peu différente, un peu folle. Mais on est limité à trois types de pneus et tout le monde fera exactement la même chose. Après la première course, plus personne n'en parlera. »

Une certaine confusion pourrait également apparaître, avec plus de choix stratégiques possibles et des pilotes qui n'auront pas forcément les mêmes pneus à disposition. Pour éviter que les courses deviennent plus difficiles à suivre, Pirelli veut communiquer toutes les informations en temps réel.

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)9

dimanche 14 février 2016 à 22:03 Alex35 dit : Et vous les bou...zeux, c quoi vos objectifs 2016... fer...mer vos gueu...les

dimanche 14 février 2016 à 09:15 Pfff dit : Remarque avec aucun objectif fixé renault ne change pas de stratégie. continuer à faire de la figuration. pour rappel zéro victoire en 2015.

dimanche 14 février 2016 à 00:57 Jean dit : Pas étonnant que ce soit Force India qui ait proposé l'idée. Avec Perez ils ont le pilote qui économise le mieux les pneus. Il prendra un train des plus durs avec lequel il fera 70% de la course et un train des plus tendres pour le 1er relai.

samedi 13 février 2016 à 23:24 Pfff dit : Ma femme va t elle continuer à regarder mon levier d'en bas? Je ne sais pas

samedi 13 février 2016 à 21:34 fifi51 dit : Pourquoi dire "les Renault vont continuer à regarder ld podium d'en bas"??? Quelle réflexion débile !

samedi 13 février 2016 à 21:34 fifi51 dit : Pourquoi dire "les Renault vont continuer à regarder ld podium d'en bas"??? Quelle réflexion débile !

samedi 13 février 2016 à 21:04 @leon dit : tout à fait. les stratégies vont changer. mais Mercedes va gagner à la fin. et les Renault vont continuer à regarder les podiums, d'en bas.

samedi 13 février 2016 à 20:46 leon dit : MERCO seront 1 et 2 fin 2016 . Le reste est du bla bla pour combler le vide .

samedi 13 février 2016 à 19:29 JBL dit : moi je pense qu'un changement de règlement début mars, suivit d'une nouvelle modification en mai, avant un bouleversement complet du règlement en juillet pour une dernière modif en octobre, pourrait éventuellement améliorer les stratégies. on est impatient.