Les rookies de la saison 2016 de F1

Les trois rookies de la saison 2016 de F1

Les rookies, toujours une attraction en F1, seront au nombre de trois cette année. Avec des profils très différents et des attentes diverses.

Se faire une place en F1 est tout sauf aisé. Pourtant, depuis 2010, il y a tout de même eu 30 débutants à tenter l'aventure. Preuve que ce sport n’est pas aussi fermé qu’on pourrait le penser.

2010 Hülkenberg, Senna, Petrov, Di Grassi, Chandhok
2011 Ricciardo, Di Resta, Maldonado, Pérez, D’Ambrosio
2012 Pic, Vergne
2013 Gutierrez, Van der Garde, Bianchi, Chilton, Bottas
2014 Ericsson, Stevens, Magnussen, Kvyat, Lotterer
2015 Verstappen, Sainz, Nasr, Mehri, Rossi

En 2016, donc, ils seront trois à s'attaquer à la F1 pour la première fois, lors du grand prix inaugural à Melbourne. Ils ont entre 21 et 25 ans et totalisent ensemble 4 titres dans les disciplines inférieures.

Le premier Indonésien en GP

Il y a tout d’abord Rio Haryanto, le pilote payant par excellence, mais surtout le premier Indonésien à intégrer les grands prix. C’est inédit, l'Indonésie devenant le 43e pays représenté en F1. Haryanto n’a jamais vraiment brillé jusque-là, mais son palmarès n'est pas totalement vierge pour autant : champion d'Asie de Formule BMW, 3 victoires en GP3 et 3 succès également en GP2. C'est d'ailleurs en GP2, l'an passé, qu'il a été le plus méritant, terminant 4e du championnat. Dès 2010, il a eu le droit à un essai dans une F1, c'était une Virgin/Manor (déjà), à Abu Dhabi. Beaucoup s’attendent à ce qu’il ne se qualifie pas à Melbourne, le considérant comme le plus faible rookie depuis bien longtemps : du style Ide ou Yamamoto en 2006...

Un autre fils de

Jolyon Palmer est lui-aussi une attraction, pour des raisons ''génétiques'' cette fois. Puisque c’est encore un fils de. Certes Jonathan Palmer, son père, n’était pas, dans les années 80, un calibre façon Nigel Mansell mais Jolyon, le fils, agrandit le cercle des fistons à suivre les traces paternelles. L’arrivée en F1 de Palmer ne déclenche ni enthousiasme ni vague de critique. On attend de voir ce que vaut le champion 2014 de GP2 – après des années de redoublement (4 années). Il est en tout cas plutôt verni. Ses débuts ont lieu l’année où Renault revient à Enstone. Le voici donc déjà pilote d’usine. Pas sûr qu’il pouvait l’imaginer il y a quelques années.

L'espoir Mercedes

Pascal Wehrlein conclut la liste des rookies. Il est le plus jeune des trois, et le plus attendu. De loin ! Car l’Allemand est le champion de DTM en titre – le plus jeune de l’histoire – et il fait partie de la filière des jeunes espoirs Mercedes. Champion d'ADAC et de DTM, il n'y a qu'en F3 qu'il a marqué le pas (2 succès toutefois). Sans parler d'être un futur Lewis Hamilton, Wehrlein (21 ans) a la pression du constructeur allemand sur les épaules, malgré des débuts dans la plus petite écurie. Des Alonso ou Webber ayant commencé un jour ainsi, on aura donc de quoi le juger, avec pour référence directe les petits exploits que Jules Bianchi avait réussi ici ou là dans la Virgin/Manor en 2014.

Retrouver en kiosques tous les pilotes de la saison dans notre Guide Sport Auto F1 2016

Photo de

posté par :
Thibault Larue

Réagissez

Commentaire(s)2

mercredi 16 mars 2016 à 20:43 nsm dit : haryanto le peintre

mercredi 16 mars 2016 à 12:54 Nanbawan dit : On peut espérer pour Haryanto que les essais libres se passent bien pour lui sinon ça sera effectivement très galère. À mon avis il est quand même bien meilleur qu'Ide, faut pas exagérer ! Par contre il a une expérience famélique de la F1 et le règlement n'aide pas avec si peu d'essais. Il lui faudra être solide en début de saison et ça devrait mieux se passer en Europe avec une monoplace apprivoisée et des circuits qu'il connaît mieux. Ça ne sert à rien de juger trop tôt un pilote avec si peu d'expérience dans des conditions qui n'ont rien à voir avec ce qui se passait il y a vingt ans où les recrues pouvaient limer la piste entre les grand prix.