F1 - Mercedes et Ferrari ont-ils trop de pouvoir ?

F1 - Dietrich Mateshitz pense que Mercedes et Ferrari ont trop de pouvoir

Dietrich Mateschitz, le propriétaire de Red Bull, estime que Mercedes et Ferrari ont trop de pouvoir. L'avenir de l'équipe n'et pas assuré.

Bernie Ecclestone a reproché à Mercedes et Ferrari de contrôler les règlements, en imposant des décisions à leurs équipes clientes. Dietrich Mateshitz, le propriétaire de Red Bull, est du même avis.

« L'opinion de Bernie est totalement bonne, » a déclaré Mateshitz selon Autorsport. « En ce moment, nous avons une situation où certains contrôlent tout. Le pouvoir de Mercedes et Ferrari n'est pas bon pour la F1. »

Mercedes nie avoir tant de pouvoir sur la Formule 1. Pour Toto Wolff, le patron de Mercedes Motorsport, ce sont les succès qui ont fait naître les critiques.

« C'est ce qui arrive quand on gagne trop, » a-t-il indiqué au Guardian. « Mais plus nous gagnons, plus nous devons être ouverts. La Formule 1 est très difficile. La réponse n'est pas de simplement changer les règlements. Il faut trouver le plus petit dénominateur commun. »

L'avenir de Red Bull reste incertain

Red Bull a longtemps menacé de quitter le championnat la saison dernière. L'équipe voulait trouer un meilleur moteur que le V6 Renault mais le contrat a finalement été prolongé, même si le moteur est renommé TAG Heuer. L'avenir de Red Bull dépend cependant toujours d'un bon moteur et un départ reste possible.

« Pour le moment, tout est plutôt ouvert, » assure Mateshitz. « Nous ne nous battrons clairement pas pour la cinquième place dans les cinq prochaines années. Ni nous n'avons pas un bon moteur après 2016, nous devrons penser à notre avenir. »

« La F1 n'est pas Le Tour De France, et nous ne jouerons pas un rôle de second couteau. »

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)6

jeudi 17 mars 2016 à 13:53 Nanbawan dit : Avec un peu plus d'humilité et de diplomatie ils n'en seraient peut être pas là... Après c'est certain que le règlement a mis les constructeurs en position de force puisque d'une certaine manière on essaye de les choyer pour qu'ils continuent d'apporter leur budget et leur crédibilité à la F1. On pourrait retourner au V10 low cost mais là plus de Mercedes, Renault ou Honda... Seulement Ferrari et des préparateurs comme Cosworth, AER ou Judd probablement rebadgés avec des marques asiatiques en mal de reconnaissance. C'est un choix... Pour ceux qui ont oublié 2009 a signé la mort de l'ancien modèle avec le désintérêt de BMW, Toyota et Honda ; une réalité qui va au-delà de seule crise financière. Le problème maintenant est de retrouver un équilibre et il faut espérer que les coûts ainsi que les performances se stabilisent. Cela dit, il est effectivement difficile d'imaginer Red Bull être en mesure de gagner le titre sans avoir un partenariat privilégié avec un constructeur - ce qui fut le cas même avec les V8 finalement...

mercredi 16 mars 2016 à 22:51 MB1 dit : C'est pas tout à fait vrai, les reglements ont changé dans tous les sens (bareme, qualifs, pneus...) pour stopper la domination de Ferrari

mercredi 16 mars 2016 à 21:35 chris31 dit : ... Vous oubliez quand McLaren-Tag puis McLaren Honda menaient plusieurs années, plus que Mercedes,... ou Ferrari-Schumacher : on n'a rien dit à SA, ni sur ce site (qui n'existait pas, il est vrai) !... ;)

mercredi 16 mars 2016 à 21:31 chris31 dit : C'est bien compliqué !... - "Comment en est-on arrivé là ? Bonne Question, ou pas ?... Le fric a pris une place si grande... depuis + 50 "balais" que je regarde ou lis ça dans Sport-Auto... C'est un sac de noeuds... d'échappements spaghettis ! Mieux vaut en sourire en priant (!) pour que la sagesse touche (Dieu !) ces "sommités...

mercredi 16 mars 2016 à 17:35 MB1 dit : @chris31: Le problème n'est pas là. Il parle de POUVOIR gagner, pas de gagner. Quand Red Bull dominait, absolument rien n'empêchait Ferrari et Mercedes de faire aussi bien. Mais ils n'y arrivaient pas. Là Red Bull ne peut pas avoir un aussi bon moteur et cette situation est gelée par le règlement avec les énormes limites sur le développement (qui heureusement vont dégager l'an prochain). Et en plus Ferrari et Mercedes contrôlent les votes de leurs clients dans les décisions...

mercredi 16 mars 2016 à 16:18 chris31 dit : « La F1 n'est pas Le Tour De France, et nous ne jouerons pas un rôle de second couteau. » : c'est anti-sportif, même si les sommes engagées, bla bla... ! Williams voudrait aussi gagner ; et force India ; et Torro Rosso, et tcétérrââ ! ! ! (et MacLaren ?!)...