F1 - Force India veut débattre des qualifications

F1 - Force India ne voulait pas abandonner les nouvelles qualifications

Force India ne voulait pas abandonner les nouvelles qualifications avant de voir l'impact sur la course. L'équipe ne bloquera pas le retour à l'ancien format.

Le système de qualifications introduit à Melbourne, avec les pilotes éliminés un par un, a beaucoup déçu et les équipes ont décidé de l'abandonner dès le Grand Prix de Bahreïn, en revenant à l'ancien format. Le changement doit encore être officiellement validé.

Force India s'est étonnée de cette précipitation. Le but assumé du nouveau système était de sacrifier le spectacle en qualifications pour l'améliorer en course, et l'équipe ne jugeait pas bénéfique de l'abandonner avant même le départ à Melbourne.

« Une partie des raisons des (changements sur les) qualifications était la course, » a rappelé Bob Fernley, le team manager adjoint de Force India, à Autosport. « Comment peut-on prendre une décision si la course n'a même pas eu lieu ? »

« Nous n'avons pas voté en faveur (du changement). J'ai demandé qu'on note une nous étions contre le principe et qu'il fallait lui donner du temps. J'espère que d'autres personnes suivront notre opinion avec un peu de temps pour y réfléchir. »

Il y a-t-il eu des bénéfices sur la course ? Valtteri Bottas et Daniil Kvyat se sont qualifiés assez loin. Bottas est remonté dans le classement mais cela n'a pas réellement animé la course, alors que Kvyat a abandonné avant le départ.

Paul Hembery, le patron de Pirelli Motorsport, pense cependant que le nouveau système peut être bon en dynamisant les courses. Les pilotes de la Q3 doivent toujours prendre le départ avec les pneus qu'ils avaient pour leur meilleur tour en Q2. Dans de très rares cas auparavant, ils parvenaient à le faire sans utiliser les pneus les plus tendres, qui étaient les super-tendres à Melbourne. Avec les qualifications à élimination, c'est presque impossible.

« Il y a eu des choses comme la fin de équipes qui se tentent de se qualifier avec les pneus tendres en Q2, ce qui ensuite leur aurait permis de prendre le départ de la course en pneus tendres, » a précisé Hembery à Motorsport.com.

« Sans (le système à) élimination, elles auraient probablement pris les pneus tendres, fait un chrono et vu si c'était suffisant pour passer. Donc il faut être prudent. »

L'élément auquel Hembery fait référence influence peu sur le spectacle, et de toute façon, les pilotes choisissent désormais leur nombre de trains de pneus de chaque type pour le week-end. Ils devraient donc prendre suffisamment de trains des pneus les plus tendres pour couvrir toute la séance de qualifications, quel que soit le format de la séance.

Force India ne bloquera pas des changements

Malgré son opinion, Force India ne s'opposera pas à un retour à l'ancien format. L'équipe aimerait seulement que les décisions soient moins prises dans le feu de l'action.

« Force India ne fera rien au détriment de la Formule 1, » souligne Fernley. « Nous ne sommes pas nécessairement opposés (au retour à l'ancien système), mais il ne faut pas faire de changements sans prendre le temps de réfléchir à ce qui s'est passé. »

C'est surtout la Q3, avec le poleman connu quatre minutes avant la fin, qui a énormément déçu. Paul Hembery pense qu'il aurait peut-être été bon de ne corriger que cette partie, en conservant le nouveau système pour la Q1 et la Q2. Cette idée a été envisagée mais elle n'a pas été retenue.

« Il y a de nombreux points positifs et négatifs après les qualifications, » explique Hembery. « Je pense que la Q3 doit être améliorée, ne pas voir les voitures en piste a été vu par tous les supporters et les téléspectateurs comme une mauvaise chose. Mais ça peut être facilement résolu en revenant à la Q3 de l'an dernier. »

Bob Fernley estime aussi que le nouveau système de qualifications n'est pas à jeter totalement à la poubelle. Le spectacle a été très mauvais en Q3 mais il l'a jugé bon en Q1 et en Q2, même si les pilotes ne roulaient pas dans les dernières minutes de ces parties.

« Quand a-t-on vu autant de choses en Q1 et en Q2 pour la dernière fois ? » questionne Fernley. « Pourquoi ne se concentrer que sur la Q3, pourquoi abandonner la Q1 ? La Q2 était presque meilleure donc pourquoi ne pas faire quelques ajustements ? »

« Je n'avais jamais vu des qualifications en pneus super-tendres absolument à fond et beaucoup d'erreurs, et c'était une situation qui créait une grosse pression. »

L'utilisation des pneus super-tendres reste surtout due au nouveau règlement sur les pneus. A Melbourne, la pluie durant la première journée a également permis d'en économiser beaucoup.

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

jeudi 24 mars 2016 à 17:55 Nanbawan dit : Je continue mon lobbying :-p *** Ça peut fonctionner si à la mi-temps de Q1 on élimine les trois plus lents et les autres trois plus lents sont éliminés au drapeau à damier. Pareil en Q2 et en Q3 où il reste 10 pilotes, les quatre ou cinq plus lents sont éliminés à la mi-temps et les autres continuent pour la lutte pour la pôle. Ce système permet d'avoir du stress en début de séance, du stress en milieu de séance qui est généralement le moment un peu mou des qualifs et de l'enjeu au drapeau à damier tout en permettant les surprises. De plus ça évite le laborieux moment des chaises musicales toutes les 90 secondes où on est plus focalisé sur le chrono que sur les monoplaces. Le seul inconvénient inhérent au système des éliminations qui subsiste est le fait que les petites écuries ont moins de roulage en Q1 sauf si un «gros» se fait surprendre.

jeudi 24 mars 2016 à 11:58 F1 manager 2.0 dit : je pense qu il devrait laisser le dernier tour chronométré au pilote et si il passe rlancer les 90 sec cela laisera le temps au derniere a sin tour d esseyer de passer et ainsi de suite

mercredi 23 mars 2016 à 18:08 Vincent Lalanne-Sicaud dit : @Htleu: Le bon spectacle vu en course est-il obligatoirement la conséquence des qualifications ? Le but du nouveau système était que des leaders soient piégés et qu'ils doivent remonter. Le seul cas à été Valtteri Bottas, puisque Daniil Kvyat n'a pas pris le départ. C'est difficile de faire un lien entre le nouveau système de qualifications et le spectacle en course. Comme le dit Bob Fernley, il faudrait plusieurs courses pour le savoir. Toto Wolff a eu cette formule samedi à propos de la Q3: « C'était les points négatifs que nous nous attendions à voir, et ils dépassent les points positifs, ce qui est plus clair maintenant. ». C'était une réaction à chaud mais c'est le sentiment qui a poussé à abandonner le nouveau système.

mercredi 23 mars 2016 à 16:24 Htleu dit : Dommage que l'auteur de l'article soit de parti pris contre le nouveau système de qualifications. En effet, la Q3 était morose mais le resultat en course est éloquent. La course a été animée et plaisante à regarder. C'était le but. En effet, un ajustement de la Q3 pourrait améliorer un peu le spectacle à ce moment là. Les pilotes de plaignent qu'on ne les écoute pas assez, mais ils en donnent la raison sur ce weekend, ils ne réfléchissent pas et prennent des décisions avant même d'en connaître les conséquences. Le but poursuivi, avoir plus de spectacle en course, a été atteint. Si les pilotes ne voient pas ça, c'est qu'effectivement il vaut mieux se passer de les écouter.