F1 - Les qualifications ne changeront pas à Sakhir

F1 - Le nouveau système de qualifications maintenu pour Bahreïn

Le groupe stratégique a finalement décidé de conserver le nouveau système de qualifications pour Bahreïn. Ils veulent l'évaluer à nouveau.

Un nouveau système de qualifications, avec les pilotes éliminés un par un, a été introduit à Melbourne. Le manque de spectacle en Q3, avec le poleman connu à quatre minutes de la fin, a été très critiqué et dimanche, les patrons d'équipe ont décidé d'abandonner le système dès Bahreïn, en revenant à celui utilisé l'an dernier.

La décision devait être validée par le groupe stratégique et la Commission F1. Un changement unanime est nécessaire mais plusieurs acteurs de la F1 ont souhaité donner plus de temps au nouveau système, comme le demandaient Force India et Pirelli. Il va donc rester en place pour Bahreïn selon Bernie Ecclestone.

« Le résultat (du vote) est que, à mon avis, ça va reste comme ça, » a déclaré le gestionnaire commercial de la F1 à Reuters. « Après Bahreïn, nous analyserons ça. »

L'idée de maintenir le nouveau système mais de revenir à la Q3 de l'an dernier, en allongeant la Q2 pour retrouver la longueur de la Q3 en 2015, a aussi été étudiée.

Après Bahreïn, trois solutions semblent donc possibles: conserver le système actuel, revenir à celui de 2015 ou créer un compromis entre les deux.

Ecclestone veut surtout apporter des surprises

Le nouveau système de qualifications a été proposé par la FIA, en réponse à la volonté de Bernie Ecclestone d'apporter plus de surprise en course. Son idée était de maintenir le système utilisé de 2006 à l'an dernier, mais en appliquant des pénalités en temps pour les leaders de la course précédente, afin de les obliger à remonter en course. La solution de la FIA a été préférée et Ecclestone pense qu'il faut vérifier si elle est bonne ou pas.

« Je suis un homme prudent, et il faut tester les nouveautés, » a expliqué Ecclestone à la Gazzetta dello Sport. « Les nouvelles qualifications ont un peu choqué, mais nous pouvons peut-être sauver les bons côtés du format. »

Sa priorité est d'avoir une séance qui peut produire des surprises, puisqu'une séance animée : « Je voulais m'assurer que le résultat final n'est pas assuré, » précise-t-il. « Je suis un entrepreneur et je dois vendre la course aux organisateurs de course. »

« Si les supporters ne regardent plus, j'aurai moins d'argent à donner aux équipes. C'est pour cela que je dois trouver la meilleure solution et qu'avoir les pilotes éliminés toutes les 90 secondes pourrait être excitant. »

Après les qualifications à Melbourne, Ecclestone s'était pourtant montré très critique sur le nouveau format.

Photo de

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

vendredi 25 mars 2016 à 09:54 F1 manager 2.0 dit : @leon t un imbecile c que quand ca les arrange le maroc c magnifique la cuisine, les jolie fille c pas grave que ca soit une monarchie absolue tant que je m amuse.....

vendredi 25 mars 2016 à 02:09 @leon dit : C'est vrai, c'est de la faute à BERNIE, TODT n'y est pour rien. Mais bon c'est un français donc on ne critique pas...blaireau va!

jeudi 24 mars 2016 à 19:41 nicco dit : lors du prochain GP de F1 faites comme moi, restez au lit, ou aller prendre l'air. vous ne vous en porterez que mieux

jeudi 24 mars 2016 à 18:17 Nanbawan dit : Donc la qualif se terminera une fois de plus 4 minutes avant le drapeau à damier en Q3 et on verra encore le triste spectacle de pilotes dépités renonçant à tenter leur chance... Sacrifier à ce point l'intérêt des qualifications dans le mince espoir de redonner un éventuel intérêt artificiel à la course ne me semble toujours pas être la meilleure solution... /// "Ça peut fonctionner si à la mi-temps de Q1 on élimine les trois plus lents et les autres trois plus lents sont éliminés au drapeau à damier. Pareil en Q2 et en Q3 où il reste 10 pilotes, les quatre ou cinq plus lents sont éliminés à la mi-temps et les autres continuent pour la lutte pour la pôle. Ce système permet d'avoir du stress en début de séance, du stress en milieu de séance qui est généralement le moment un peu mou des qualifs et de l'enjeu au drapeau à damier tout en permettant les surprises. De plus ça évite le laborieux moment des chaises musicales toutes les 90 secondes où on est plus focalisé sur le chrono que sur les monoplaces. Le seul inconvénient inhérent au système des éliminations qui subsiste est le fait que les petites écuries ont moins de roulage en Q1 sauf si un «gros» se fait surprendre."

jeudi 24 mars 2016 à 17:47 leon dit : MAIS à part faire des thunes pour BERNIE que va donc faire la F1 dans ce trou paumé soutenu par son voisin salafiste , alors que Manolo nous a expliqué que le salafisme était le démon absolu ?