F1 - Comment Rosberg a trouvé la bonne approche

F1 - Rosberg décrit ses sacrifices en 2016

Nico Rosberg a trouvé une nouvelle approche pour mieux gérer ses émotions l'an dernier. Des sacrifices été payants, mais qu'il n'était plus prêts à faire.

Nico Rosberg a vécu une année 2016 très intense. Il s'est pleinement consacré à la lutte pour le titre et il a enfin réussi à battre Lewis Hamilton, son rival de toujours. Cinq jours à peine après être devenu champion du monde, il a suscité une immense surprise en annonçant sa retraite. Il n'était plus prêt à faire les sacrifices nécessaires pour être au sommet en F1.

« Quand j’étais pilote, j’étais dans une roue de hamster, c’était bien, évidemment, et je suis reconnaissant pour tout ce que ça m’a offert, » a expliqué Rosberg au Daily Mail. « Je ne changerais rien. Mais pour être à son meilleur niveau dans ce championnat, il faut faire beaucoup de compromis. »

Les sacrifices de Nico Rosberg ont surtout touché sa vie familiale. Vivian, son épouse, s'est totalement occupée d'Alaia, leur fille, pour qu'il puisse se concentrer totalement sur le titre.

« Vivian faisait absolument tout, » explique Rosberg. « Si notre fille avait besoin de quelque chose, Vivian était là. Je n’ai jamais, vraiment jamais, vécu de moment difficile avec ma fille. Je faisais tout pour lutter contre le jetlag en m’adaptant au fuseau horaire. Ca voulait dire que je pouvais dormir l’après-midi et vivre la nuit. C’était horrible. Et Alaia savait que papa ne pouvait pas être déconcentré. Elle était tellement imprégnée par cette idée que quand elle venait dans notre chambre, elle avait le doigt sur la bouche et elle disait "chut". »

« Maintenant je vis ces moments difficiles. Ca créé un lien. Elle rend cet amour. C’est incroyable qu’elle sache qu’on souffre avec elle. »

Rosberg a appris à gérer ses émotions

Nico Rosberg a beaucoup travaillé sur ses émotions. Après l'échec de 2015, et surtout son erreur à Austin qui a donné le titre à Lewis Hamilton plus tôt que prévu, il a tout fait pour changer d'approche.

« J’ai lu des livres sur la philosophie, » précise Rosberg. « Si vous vous sentez mal en vous levant le matin, un génie, il y a peut-être 2000 ans, a vécu ça et il a écrit sur ça. On peut apprendre pourquoi on est jaloux, en colère ou stressé. Et si on le comprend, on peut résoudre ça et faire avec. »

« Je passais 20 minutes à méditer tous les matins et tous les soirs. En fait je n’aime pas ce mot, c’est de la concentration et de la pleine conscience. Je m’asseyais et je rassemblais mes pensées, j’apprenais à me libérer l'esprit. La 20ème fois, l’esprit se calme. Quand j’ai eu peur de perdre le championnat, je me suis connecté à cette pensée et j’ai eu une discussion avec elle. La pensée négative perd de sa force. »

Ce travail était d'autant plus important face à un rival comme Hamilton, redoutable en piste mais également très proche de Rosberg puisqu'ils se connaissent depuis l'adolescence : « La colère est plus forte si la personne qu’on connaît si bien dépasse la limite, » explique-t-il. « Lewis est très bon pour être à la limite sans entrer dans cette zone grise, grâce à son talent au volant. Il est intelligent, très, très intelligent. J'avais plus de mal dans le combat en piste. Pour lui, ça vient naturellement. »

« Pour moi, c’est plus rationnel. J’ai travaillé pour tenir bon. Je suis devenu plus agressif parce qu’il a trop souvent eu l’avantage sur moi. J’ai dû regarder les vidéos et progresser. »

Nico Rosberg ne s'est concentré que sur le titre. Il ne s'est plus connecté sur Facebook pendant cinq mois. Son entraînement a été totalement tourné sur ses performances au volant. « J’ai arrêté le cyclisme durant l’été pour perdre un kilo, » précise-t-il. « A Suzuka, j’ai signé la pole pour un centième. Un kilo fait gagner trois centièmes au tour. Donc j’ai signé la pole parce que j’ai perdu du muscle dans les jambes. Ca m’a donné la victoire. Je suis allé dans ce genre de détails. »

Rosberg a aussi travaillé sur la diététique, en réduisant énormément sa consommation de sucre. Le Daily Mail précise que ses mains ont tremblé pendant 10 jours !

Une nouvelle liberté

Nico Rosberg entame sa nouvelle vie. Il explore à peine la nouvelle liberté dont il bénéficie et il veut la mettre à profit pour se consacrer à l'essentiel.

« Le livre de ma carrière en Formule 1 est clôt, avec la fin la plus incroyable que je pouvais imaginer, » estime-t-il. « Et j’aime les livres qui se finissent bien. »

« Je suis ravi de la liberté que j’ai. Maintenant si je vois mon calendrier pour mars, il est totalement vide, du début à la fin. Je peux décider de faire tout ce que je veux. Passer plus de temps avec ma famille, qui a été vraiment mise de côté l’an dernier. Apprendre la guitare. Il faut être quelque part avec son professeur et prendre un rythme. C’est un petit exemple. Il y a des choses plus importantes aussi : j’ai beaucoup reçu dans ma vie, le championnat du monde, ma famille. »

« J’explore je peux faire. Peut-être quelque chose pour les enfants, d’environ 10 ans, un âge où je peux apporter quelque chose. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)9

vendredi 17 février 2017 à 21:29 Cosworth dit : @Manor Mais champion du monde quand même. Des fils à papa qui sont bons à rien, cela existe aussi.

jeudi 16 février 2017 à 16:43 ManorMarussia dit : haha il a pas de problème lui petit monégasque fils a papa bourge

mercredi 15 février 2017 à 13:03 Chmareck dit : Bravo Nico, titre mérité. Et ta décision d'arrêter est respectable. C'est toi que ça regarde. Et oui une vie de famille ça n'a pas de prix.

mardi 14 février 2017 à 22:49 nsm dit : lalanne sicaud tu supprimes les commentaires disant que tu es la plus grosse trompette de l'univers maintenant ? assume et démissionne tu fais honte à sport auto !

mardi 14 février 2017 à 08:17 jk dit : Les casse moteur les erreurs de pilotage les mauvais arrêt au stand toutes ces choses font partie d'un championnat du monde de f1. et ça vaut pour tous les sports. Rappelez-vous de Monaco et l'erreur de Redbull Hamilton n'aurait pas dû gagner ce jour là.si Mercedes est aussi compétitifs aujourd'hui c'est certainement grâce a rosberg lui et Michael Schumacher qui ont fait évoluer cette monoplaces quand elle en avait bien besoin Hamilton est arrivé au bon moment car il a bot être l'un des meilleurs pilotes du monde il a besoin d'une bonne voiture pour gagner sinon ils seraient restés chez McLaren alors oui Rosberg est bien le champion du monde 2016 et ils le mérité amplement

mardi 14 février 2017 à 08:04 avocado dit : Les fans et le public en général auraient apprécié que le CDM 2016 remette son titre en jeu l'année suivante plutôt que de cancaner sur les réseaux médias (y m'a fait ceci, y ma dit cela,bla,bla...).

lundi 13 février 2017 à 19:51 vache à lait dit : Super champion du monde, titre pleinement mérité, un modèle pour tous d'abnégation et réussite ! A Sepang Lewis a cassé son monteur : faute à Mercedes ou à Lewis qui touche tous les boutons ou conduit trop violemment..

lundi 13 février 2017 à 19:35 jm"barchetta" dit : Il a surtout beaucoup profité de la casse du moteur neuf de Lewis à Sepang, mais ça, il ne s'en vante pas....

lundi 13 février 2017 à 16:04 avocado dit : En résumé Nico nous avoue qu'il a beaucoup bossé pour battre Hamilton mais c'est comme ça dans tous les domaines il y a toujours un gars dominateur et d'autres plus laborieux qui essaient d'y arriver.