McLaren 720S (2017) : un poids plume de 720 ch !

McLaren 720S (2017) : infos, photos, performances

L’une des grandes stars du salon de Genève 2017 se nomme 720 S. McLaren surprend la concurrence en plaçant la barre à 720 ch !

La puissance n’a jamais manqué à bord des McLaren, y compris sous le capot de la petite 540C (540 ch). La remplaçante de la 650S, dont le développement a démarré en 2013, place le curseur à un niveau rare de la part d’une propulsion.

La concurrence reste sans voix : Ferrari 488 GTB de 670 ch, Lamborghini Huracan Performante de 640 ch, Porsche 911 Turbo S de 580 ch... Pour atteindre cette puissance, McLaren glisse toujours un V8 biturbo en position centrale arrière.

Un V8 réalésé

Mais le 3,8 litres est réalésé et grimpe à 4 litres. Plus de 40 % des pièces est inédit : turbos, culasses, vilebrequin, échappement... Le constructeur propose d’ailleurs un échappement Sport prometteur d’après les premières vidéos. Vous aurez remarqué au passage que la puissance maxi équivaut quasiment à celle - thermique - de la P1 : 737 ch obtenus avec un 3,8 litres à l’époque + 286 ch électriques. Le surcroit de puissance réclame un refroidissement renforcé. Sauf qu’en parallèle, le constructeur s’est fixé pour objectif de baisser le Cx et le poids. Gros dilemme et grosse prise de tête pour les ingénieurs, qui ont réussi à relever ce challenge.

Aéro hyper active

Une aérodynamique qui évolue en fonction du mode ou de la conduite, cela n’a rien de nouveau. On retrouve l’aileron qui fait office d’aérofrein. Mais il s’étend désormais sur toute la largeur et il s’incline davantage. McLaren dit avoir multiplié par deux l’appui par rapport à la 650S, qui savait déjà se tenir à haute vitesse. En l’observant de près, vous aurez remarqué que le travail aéro débute dès les optiques avant, se prolonge par les écopes de freins, puis les flancs scindés en deux. Question look, la liste des options inclut un toit noir ou en verre.

Habitacle épuré

A bord, on retrouve l’ambiance épurée typique et sympathique. La nouveauté réside en un bloc d’instrumentation digital amovible. Fermé, il propose le minimum syndical : rapport engagé, compte-tours sous forme de barrette, vitesse. Ouvert, le compte-tours retrouve une forme classique et les infos du tableau de bord apparaissent. Le constructeur a soigné l’ergonomie dans le but d’élargir le champ de vision et d’orienter les infos vers le conducteur. Il a aussi facilité l’accès à bord, en réduisant la largeur des pontons et l’envergure des portes en élytre, une fois déployées.

Chasse au poids

L’ennemi juré est combattu sans pitié : le poids. La firme anglaise se distingue de la concurrence en proposant des autos beaucoup plus légère. Cette fois, il va jusqu’à revoir la cellule centrale en carbone, qu’il fabrique désormais en interne, dans le but de gagner 18 kg. Au final, il annonce une masse sidérante pour une supersportive : 1 283 kg à sec. Avec les fluides et les options, la 720S devrait avoisiner les 1 400 kg dans la vraie vie. A titre de comparaison, la 650 S était annoncée à 1 330 kg, puis pesée à 1 446 kg sur notre balance du CERAM.

Dessous fringants

En dehors de la cellule centrale en carbone, la supersportive cache une suspension « prédictive », dont le nombre de capteurs grimpe en flèche pour affiner le filtrage. A l’image de son aînée, la 720S se passe de barres antiroulis conventionnelles grâce au pilotage de sa suspension. L’architecture de cette dernière est évidemment inédite : nouveaux triangles, géométrie. La transmission, elle, inclut toujours une boîte à double embrayage à 7 rapports, à la gestion spécifique. En série, la dotation inclut des freins carbone/céramique et des pneus Pirelli dédiés. En option, de nouveaux slicks retaillés (PZero Corsa) sont disponibles. Outre les modes de conduites classiques, on note la présence d’un « Variable Drift Mode », facilitant les figures. Pourquoi pas, sachant qu’elles réclamaient du doigté auparavant, sur les 650S et 675LT.

Perfs ahurissantes

Avec une telle armada et un tel poids, la 720S va faire mal... A la concurrence et au chrono. Au-delà du 0 à 100 km/h anecdotique (2’’9), elle se contente de 7’’8 de 0 à 200 km/h (6’’8 pour la P1) et de 21’’4 de 0 à 300 km/h (25’’4 pour la 650 S). Les chiffres renversants se poursuivent jusqu’au freinage, annoncé en 4’’6 et 117 m depuis 200 km/h. Rappelons que cette mesure est réalisée en tapant les freins au-delà de 200 km/h. Il s’agit donc d’une donnée intermédiaire contrairement à celle réalisée par le magazine, au CERAM. Woking n’évoque pas encore de temps au tour sur la Nordschleife. Il précise toutefois que sur différents circuits écumés, le chrono équivaut à celui de la 675 LT. Une sacrée référence !

Production globale limitée

Imaginez la suite du programme... La version LT devrait tutoyer les 800 ch. Au secours ! La marque, dont la renaissance remonte seulement à 2010, est devenue rentable dès 2013. Elle réinvestit jusqu’à 30 % de ses profits dans le développement. En 2016, les ventes ont fortement progressé 3 286 exemplaires écoulés. L’objectif est de grimper à 4 000 exemplaires, puis de limiter la production globale à ce niveau. Soit la moitié de Ferrari ! Etonnant. McLaren annonce que le futur sera composé de sportives hybrides et d’une supercar lancée en 2019 (nom de code BP23), limitée à 106 exemplaires comme la fantasmagorique F1.

Quelques chiffres

Voici un résumé du C.V. fort sympathique et ahurissant de la nouvelle supersportive McLaren :

> Moteur : V8 biturbo, 4 litres, 720 ch, 78,5 mkg
> Transmission : aux roues arrière, 7 rapports robotisés
> Poids : 1 283 kg à sec
> Accélérations : 0 à 100 km/h en 2’’9, 0 à 200 km/h en 7’’8, 0 à 300 km/h en 21’’4
> Estimation : environ 275 000 €

Photo : D.R. / McLaren

Photo de Julien Diez

posté par :
Julien Diez

Réagissez

Commentaire(s)11

mercredi 08 mars 2017 à 12:32 bibishoot dit : Bon.. outre le fait que la cellule carbone ne soit pas faite en interne, le chiffre de production max est de 5000 car ca correspond à la capacité de l'usine. Les 4000 annoncées le sont pour 2017... Sport auto, faites un effort....

mercredi 08 mars 2017 à 11:05 bimbamboum dit : Mike Tyson : "un poids lourd de 1.8m". C'est bon, c'est plus clair là?

mercredi 08 mars 2017 à 11:02 bimbamboum dit : c'est lamentable, les gens lisent mais ne comprennent rien... Il n'est pas écrit un "poids de 720 ch " bande de blaireaux. C'est "un poids plume de 720ch" ... C'est comme si tu disais "une pomme verte de 300 g" ... un poids plume (la voiture) qui fait 720 ch quoi. (ou une pomme qui est verte pesant 300 g). Ca y est, t'as compris? Toi bien savoir parler la France maintenant?

mercredi 08 mars 2017 à 09:08 kesako dit : un poids de 720 chx ??? c'est quoi c'te blague ?

mercredi 08 mars 2017 à 08:35 bimbamboum dit : Je ne la trouve pas très belle sur photo mais ça doit ^^etre une tuerie à piloter!

mercredi 08 mars 2017 à 07:24 Arnaud dit : À quand le duel avec l'Huracan Superleggera ?

mercredi 08 mars 2017 à 04:59 lgjui dit : Enfin un "nouveau modèle" Moteur réalésé, look qui évolue pas mal. Je suis pro Ferrariste mais faut bien avouer que les anglais sont des oufs. Downsizing? Connais pas ! On augmente la cylindrée les gars ! Mais surtout tu m'enlèves ces poignés d'amour qui reste !

mardi 07 mars 2017 à 22:08 Lolo dit : Un bide😅😆😆😆😆

mardi 07 mars 2017 à 22:07 Lolo dit : Elle est magnifique 😍

mardi 07 mars 2017 à 15:42 bibishoot dit : Et la cellule carbone n'est pas encore fabriquée en interne.... L'usine de Sheffield n'est pas encore sortie de terre et la 720s ne sera pas concernée....

mardi 07 mars 2017 à 15:36 ManorMarussia dit : Un poids de 720 chevaux ?