Peugeot : Une sportive autonome ? C'est possible !

A Genève, Peugeot montre sa vision de la voiture autonome avec l'Instinct. Nous en avons profité pour rencontrer la responsable de la stratégie de la marque. 

La Peugeot Instinct en met plein la vue au Salon de Genève 2017. Le break de chasse à la gueule béante, au toit fuyant, aux optiques acérées et à l’intérieur minimaliste aimante les regards sur son promontoire. La couleur bleu criard en ajoute une louche. Même les dessous donnent l’eau à la bouche, avec une motorisation hybride rechargeable dont la puissance cumulée atteint 300 ch : un bloc thermique et deux électriques.

L’étude de style préfigure certains éléments de la future 508. Parfait. Sauf qu’en fait, le but est de livrer la vision du véhicule autonome selon Peugeot. Alors comme ça, "l’Instinct" du futur, ce serait de se faire conduire ? Nous avons rencontré Aude Brille, la responsable de la Stratégie de la marque pendant le salon pour y voir plus clair.

Expérience connectée

Sport Auto : Quel est l’objectif de ce concept ?
Aude Brille : "Ce n’est pas une simple étude de style. Il s’agit d’une expérience connectée exposant notre vision du véhicule autonome de demain. Comment se différencier des autres marques ? Nous travaillons sur la stratégie, le style et en partenariat avec Samsung pour disposer d’une plateforme connectée d’ores et déjà fonctionnelle."

Drôle d'instinct

Sport Auto : L’Instinct, chez Peugeot, ce serait donc de se faire conduire ?
Aude Brille : "Pas forcément. On souhaite garder le contrôle quand on veut, mais aussi libérer du temps pour s’occuper comme on le souhaite. En fait ici, l’instinct vient de la capacité de l’auto à anticiper les besoins du conducteur, en regroupant et recoupant les données connectées. Un signe de fatigue ? L’auto propose de basculer en 'Autonome', soit avec une conduite douce « Soft », soit en relevant le rythme 'Sharp'. Si la météo est clémente et qu’une portion de route sympa se profile, la plateforme propose de prendre le volant, de manière calme 'Relax' ou sportive 'Boost'. A l’heure actuelle, nos autos offrent déjà quelques avant-goûts de l’autonomie. Peugeot va progressivement la déployer sur ses véhicules d’ici 2030".

Remplaçant du RCZ

Sport Auto : D’ici à qu’on se fasse conduire, envisagez-vous un remplaçant du RCZ ?
Aude Brille : "Ce coupé s’est bien vendu et un remplacement n’est pas exclu. Mais ce n’est pas une priorité. Il faut explorer d’autres segments, comme celui des berlines qui représentent encore 43 % des ventes. Nous avons plein de solutions pour les rendre plus typées, plus attrayantes..."

Alliance sportive avec Opel

Sport Auto : Le rachat d’Opel présente-t-il des opportunités pour Peugeot en termes de sportives ?
Aude Brille : "Il est beaucoup trop tôt pour en parler ! Il faut étudier toutes les corrélations possibles. Le sport est une vitrine technologique et nous avons tout à y gagner en mettant en commun nos savoir-faire."

Quelques chiffres

Voici quelques données sur le concept Peugeot Instinct, dont quelques éléments de style devraient se retrouver sur la remplaçante de la 508.
> Moteur : 1 thermique et 2 électriques, 300 ch
> Longueur : 4,55 m
> Empattement : 2,79 m
> Modes de conduite : Autonome Soft, Autonome Sharp, Drive Relax et Drive Boost.
> Véhicule autonome : déploiement d’ici 2030

Photos : A.Saunier / EMAS

Photo de Julien Diez

posté par :
Julien Diez

Réagissez

Commentaire(s)2

samedi 01 avril 2017 à 15:21 OLIVE dit : Le concept car est jolie ; après la conduite autonome ça me fait peur!!!! pour la sportivité posa doit investir plutôt a developpedes version'4 roue motrice ça serait pas mal et bien sur des aides a la conduite pour la sécurité mais certainement pas dans la pure conduite autonome!Naturellement sur les version de plus de '"320ch elle serait livre d'office . Enfin des moteur plus puissant et surtout cubant plus de 1,6cc TURBO 270CH/330NM en essence et de plus de 2 litre 180CH/400NM en turbo diésel bluehdi ça manque . La présence si possible d'un 5cylindre et/ou d'un V(R)6 ça serait bien (surtout avec pour les deux le chois de avec ou sans turbo voir plusieurs turbo) pour pouvoir monter en gamme rapidement à condition que a fiabilité suive..

lundi 13 mars 2017 à 14:48 asx dit : Primo faudra les informer qu'Audi fait ça depuis déjà 4 ans et ça tourne sur piste et BM avec la I8 Secundo Bm et Audi ont quasi tout ces systèmes depuis 4 ans sur leurs modèles haut de gamme Et enfin, faudrait qu'il fasse d'abord des vrais sportives pas des trucs de 1,6L 4 cylindres pour minet ou blaireaux ou vieux quinquagénaires. Même remarque pour Renault.