F1 - Grosjean s'attendait à des F1 plus physiques

F1- Grosjean et Magnussen sentent la différence physiquement

Les monoplaces sont plus physiques pour les pilotes cette année, mais Romain Grosjean s'attendait à pire. Le corps entier est plus sollicité.

Le nouveau règlement est synonyme d'une plus grande exigence physique pour les pilotes. Les appuis sont plus élevés, ce qui a pour effet d'augmenter les vitesses courbe, et donc les forces encaissées. Romain Grosjean, qui se réjouissait de ce changement, a suivi une préparation physique intensive. Il était prêt pour les nouvelles monoplaces, peut-être même un peu trop.

« Je ne me suis pas senti trop mal (après les essais), » explique le Franco-Suisse. « Disons le comme ça, si j’avais été dans la condition que j’avais il y a un an, j’aurais été détruit. On tout donné dans notre entraînement. On en a peut-être trop fait. Ce n’est pas aussi dur que ce qu'on imaginait. »

« Les voitures seront difficiles et certaines courses seront compliquées cette année, en particulier quand il fait chaud et que c'est une piste rapide, ça sera très dur pour le corps. J’aime ce défi et j’aime me dire qu’on peut toujours être mieux préparé et mieux entraîné. J’ai de bonnes sensations parce que nous avons eu le bon entraînement. Les voitures sont bien plus dures à piloter que l’an dernier. »

Tout l'organisme est plus sollicité qu'auparavant : « Je pense que tout le corps, dans la première semaine d’essais, s’habituait, » explique Grosjean. « Le cou est douloureux, le dos aussi, on s’habitue au positionnement des jambes. »

« Dans la deuxième semaine, tout semblait bien plus normal. Nous avons eu un gros entraînement et ça sera encore le cas avant l’Australie, avant la Chine et la première partie de la saison. Nous augmentons la masse musculaire et nous faisons le nécessaire pour que tous les domaines soient couverts. »

Kevin Magnussen a également eu besoin d'un temps d'adaptation : « Après le premier jour, c’était un peu dur, » reconnaît le Danois. « Je pouvais vraiment sentir mon cou. Après la deuxième journée, et pour le reste des essais, j’allais bien. C’est bien de voir que le travail payait et que j'avais une condition assez bonne pour la course. Je vais continuer à travailler, et je suis encore plus motivé pour m’entraîner maintenant que je peux sentir la différence. C’est vraiment bon. »

Il a senti des douleurs dans le cou mais aussi dans les jambes : « Le pire, c’était le cou, » concède Magnussen. « Je pouvais même le sentir dans les jambes, (...) juste en soulevant les jambes. Je n’avais jamais senti ça en courbe. Mes muscles fessiers étaient sollicités en courbe, une chose totalement nouvelle. C’est bien de sentir ça. C’est ce que nous voulons. Nous voulons aller vite et nous voulons attaquer dans les voitures. Ces voitures le permettent. »

Les vitesses sont plus élevées en courbe

Les monoplaces sont plus rapides en courbe, grâce aux appuis supplémentaires. La différence ne se fait pas particulièrement en entrée ou en sortie de courbe.

« Les deux, et je dirais en milieu de virage aussi, » analyse Grosjean. « Dans les virages rapides, c’est beaucoup plus rapide, et dans les virages lents, on freine plus tard et on entre avec plus de vitesse. C’est presque partout sauf en ligne droite, où nous perdons du temps. »

Magnussen dresse exactement le même constat. Les monoplaces sont plus rapides dans chaque partie des virages : « C’est du moment où on freine à celui où on passe à la pleine accélération, » précise-t-il. « C’est là qu’on gagne du temps. On pourrait dire qu’on gagne plus de cinq secondes dans ces courbes, parce qu’on perd du temps en ligne droite par rapport à l’an dernier. Il faut gagner plus que cinq secondes en courbe. C’est assez impressionnant. »

Ces changements pourraient également rendre les monoplaces plus fragiles : « La fiabilité est toujours délicate en début de saison, » estime Grosjean. « Toutes les voitures ont plus de contraintes, plus de forces G, etc. Tous les designers ont énormément travaillé pour essayer de comprendre quelles sont les besoins et c’est aussi pour ça que nous faisons des essais hivernaux. Nous essayons de voir quels sont les domaines que nous pouvons améliorer. En début de saison, il y a vraiment toujours la possibilité que la fiabilité ne soit pas parfaite, mais on peut améliorer ça. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)6

mercredi 22 mars 2017 à 12:48 ManorMarussia dit : Super pilote Romain, c'est juste que la F1 c'est UNIQUEMENT une question de materiel !!!

mardi 21 mars 2017 à 20:36 lechat dit : @lglui il n'a rien prouver face à kimi pas la peine d'avoir une bonne f1 pour dominé un adversaire à la hauteur facile face à des pilotes de seconde zone mais face à un top pilote il est loin le gars on va voir déjà face à mag ce qu'il va faire!!!! Mdr

mardi 21 mars 2017 à 13:49 lgjui dit : Grosjean est excellent pilote. Il n'a juste jamais pu le prouver avec les autos qu'il a eu a sa disposition. Il a le niveau pour faire des podium avec une voiture compétitive

mardi 21 mars 2017 à 10:27 @neo dit : pck tu crois que seul le moteur fait que la voiture est physique ou non ?

mardi 21 mars 2017 à 09:32 néo dit : peut-être le moteur qui ne serais pas au niveau de la concurrence, on verra ça dimanche avec impatience

mardi 21 mars 2017 à 07:54 'Marie.Chantal dit : Il est tellement fort ce garçon.. à moins que sa voiture n'ai pas évoluée où que lui n'avance pas