F1 - Pourquoi Bottas a tant souffert en tête

F1 - Bottas n'avait pas les bonnes pressions en début de course à Sakhir

Un problème de générateur a fait partir Valtteri Bottas avec des pressions de pneus trop élevées à Sakhir. Mercedes a eu d'autres problèmes.

Valtteri Bottas n'a pas pu convertir sa première pole en victoire à Sakhir. Il a conservé la tête en début de course, mais Sebastian Vettel, Lewis Hamilton, Max Verstappen et Daniel Ricciardo sont restés au contact.

Si le Finlandais n'a pas pu s'échapper, c'est à cause d'un problème de pression de pneus, surtout à l'arrière. Mercedes a eu un problème de générateur sur la grille, qui a empêché d'ajuster comme prévu la pression de ses pneus.

« Notre premier souci a été sur la grille, quand un problème de générateur a donné des pressions trop élevées à Valtteri : ça a limité son rythme dans le premier relais, ce qui l’empêchait de creuser l’écart, » explique Toto Wolff, le patron de Mercedes Motorsport.

Mercedes a eu d'autres soucis

Ce problème de pression n'a pas été le seul coup dur pour Mercedes. Sebastian Vettel a fait son premier arrêt avant les pilotes Mercedes, et les arrêts de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton n'ont pas été bons.

« Avec Lewis derrière Vettel, nos choix stratégiques étaient assez limités, » estime Wolff. « Nous étions en difficulté et Ferrari a fait l’undercut à la perfection pour repartir devant. »

« L’intervention de la voiture de sécurité nous a donné la possibilité de reprendre l’avantage mais un problème avec les pistolets dans les arrêts nous a fait perdre du temps et des places avec les deux voitures. »

Valtteri Bottas a été doublé par Sebastian Vettel et il n’a jamais pu reprendre l’avantage. Lewis Hamilton a perdu une place au profit de Daniel Ricciardo, qu’il a vite doublé. Mercedes a ensuite demandé à Bottas de laisser passer son équipier.

« Avec les voitures sur des composés différents, nous avons dû donner la consigne impopulaire à Valtteri, laisser Lewis passer, ce n’est pas une chose que nous aimons faire, mais à un moment, quand la victoire est en danger, on fait toujours le nécessaire pour la décrocher, » explique Wolff.

Mais Hamilton a été pénalisé de cinq secondes pour avoir ralenti Ricciardo à l’entrée des stands à son premier arrêt, pour éviter de devoir patienter derrière Bottas pendant l’arrêt de l’Australien, une manoeuvre interdite qui lui a valu une pénalité de cinq secondes. Quand elle a été appliquée, à l’arrêt suivant, Hamilton s’est à nouveau retrouvé derrière Bottas. Il a l’a doublé mais il n’a pas pu revenir sur Vettel.

« Après ça, nous avons modifié la stratégie de Lewis autant que possible pour lui permettre de revenir sur Sebastian dans les derniers tours, mais il avait trop de retard après la pénalité de cinq secondes, » déplore Wolff.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

mardi 18 avril 2017 à 13:01 chevalier dit : même sans là pénalités ils aurai pas gagné