Publié le 03/08/2010 à 12:41

Pluie de critiques sur Schumacher

Pluie de critiques sur Schumacher

Michael Schumacher sera pénalisé de dix places sur la grille de départ pour sa manœuvre face à Rubens Barrichello. Derek Warwick, qui était commissaire de course à Budapest, souhaitait que le drapeau noir soit présenté au pilote Mercedes.

"Je crois que nous avions trois tours pour le disqualifier de Budapest et lui mettre un drapeau noir aurait permis de montrer aux jeunes pilotes ce qui est interdit" a déclaré l'Anglais à BBC Radio Five. "Mais le temps d'avoir la vidéo, c'était trop tard."

Pour Jackie Stewart, déjà sévère sur les performances de Michael Schumacher, l'Allemand a mis en danger la vie de Rubens Barrichello.

"Cela fait 16 ans et quatre mois qu'il n'y a plus eu de pilote tué" a déclaré le triple champion du monde au Daily Express. "On n'est jamais à plus d'un millimètre de quelque chose de terrible, et ce que Schumacher a fait avec Barrichello est un appel au désastre."

"Voir un pilote qui fait ça, en sachant que les roues peuvent se toucher et qu'il a nulle part où aller, c'est choquant. C'est l'une des choses les plus graves que j'ai vu d'un pilote. C'est un exemple épouvantable d'un homme qui a gagné sept titre, une manœuvre d'intimidation."

Niki Lauda, également triple champion du monde, est du même avis: "Mettre un concurrent en danger de cette façon est totalement inutile" a déclaré l'Autrichien à la chaîne de télévision allemande RTL. "Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il fait ce genre de choses."

Eddie Irvine, équipier de Schumacher durant quatre saisons chez Ferrari, estime selon The Times que c'était une "manœuvre idiote" qui relève d'"une pure arrogance". "Il a été pénalisé mais je ne pense pas que c'est suffisant" a ajouté le vice-champion du monde 1999. "Il aurait dû être exclu une course parce que c'était l'une des pires manœuvres que j'ai jamais vu."

Même opinion pour Mike Gascoyne, le directeur technique de Lotus: "Il dit qu'il a laissé assez de place à Barrichello mais si les deux voitures se touchent, quelqu'un meurt. Il n'aurait pas dû être pénalisé de dix places sur la grille, il aurait fallu l'exclure."

Un seul homme est venu défendre Michael Schumacher: Ross Brawn, son patron. "Je ne pense pas que Michael a tenté d'envoyer Rubens dans le mur" a-t-il déclaré selon The Times.

"Il voulait l'empêcher de passer à l'intérieur parce qu'il pensait que c'était là qu'il était vulnérable. Au final, il lui a laissé assez de place. On peut dire que c'était infime, mais c'était une bagarre dure."

Réagissez