Publié le 04/03/2011 à 18:53

F1 - Vettel: « Le simulateur est irremplaçable »

X
Prochaine vidéo dans 5Annuler Essai Ferrari SF90 Stradale (2020)
Revoir la vidéo Vidéo suivante

Les simulateurs sont devenus des outils indispensables pour les équipes de Formule 1. Sebastian Vettel explique leur fonctionnement et leur apport.

Les simulateurs ont pris une place très importante en F1 ces dernières années, surtout avec la limitation des essais privés.

Avec une monocoque montée sur des vérins hydrauliques et devant un écran géant, les pilotes peuvent mener de véritables essais et travailler sur les réglages de leur voiture. Il est même possible de tester virtuellement un nouvel élément aérodynamique.

« On l'utilise beaucoup avant le début de la saison, parce que les vrais essais sont très limités, » explique Sebastian Vettel dans le Red Bulletin. « Pour nous, c'est la seule opportunité de se mettre dans le rythme parce qu'on voit tout défiler. On a aussi quelques nouveaux boutons sur le volant. »

Un outil indispensable

Le simulateur reproduit toutes les réactions d'une monoplace: « On a un grand écran devant nous et c'est comme s'assoir dans la vraie voiture, » explique Vettel. « Toute la voiture reprend les mouvements, mais ce n'est pas à 100% comme dans la réalité parce qu'il y a un petit décalage. »

Le simulateur est devenu indispensable pour les pilotes: « Je pense vraiment qu'on peut apprendre avec ça. Le déroulement est très similaire à ce qui se passe en piste. Le simulateur est irremplaçable aujourd'hui, surtout pour se familiariser avec un nouveau circuit. Ça veut dire que quand on arrive sur le vrai circuit, on sait exactement ce qu'il faut faire. Il ne faut plus que deux ou trois tours. »

Le simulateur permet de régler la vraie voiture

McLaren utilise énormément son simulateur pour peaufiner les réglages. Dans d'autres équipes, il sert surtout à préparer les pilotes. « Tout dépend du simulateur, » précise Vettel. « Ça dépend de nombreux facteurs, si toutes les bosses sont correctes, le dénivelé, etc.... si la voiture réagit comme dans la vraie vie. »

« Quand on change des choses comme la barre anti-roulis, qu'on la durcit ou l'assouplit un peu, qu'on change les réglages d'aileron, ça marche assez bien. On peut trouver les bons réglages dans certains domaines. »

Le mal du simulateur

On a appris il y a quelques semaines que Michael Schumacher supporte mal le simulateur, ce qui a pu l'handicaper en 2010. Ce genre de difficulté est assez fréquente pour les pilotes.

« Si ça bouge un peu trop ou que ça s'incline mal, on commence à être écœuré, » confirme Vettel. « Mais je suis plus habitué maintenant. »

Découvrez le fonctionnement du simulateur en vidéo, avec les explications de Sébastien Buemi:

- Toutes les infos sur Sebastian Vettel et Red Bull

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

mercredi 09 mars 2011 à 17:41 Vincent Lalanne-Sicaud dit : Ils n'utilisent pas un jeu mais un système conçu un interne. C'est bien plus poussé qu'un simple jeu vidéo !

samedi 05 mars 2011 à 19:57 RBRvoleur dit : Je pense que sa leur ferais pas de mal au fion de metre des credits en donnant au moin le nom du jeux qu'il utilissent ainsi que le nom du createur du circuit utilisée -_-