Aston Martin et l'avenir

Aston Martin Ulrich Bez Projet

La quasi-totalité de la gamme Aston Martin est bâtie sur une seule et unique plateforme, vieille de huit ans. Il est temps de changer. Mais comment ?

Possédée par Prodrive, le fournisseur/préparateur de véhicules de compétition, Aston Martin jouit d'une réputation d''outsider' sur le marché de la sportivité luxueuse. Seule, et contre tous dans un sens, Aston offre une gamme large, élargie -la Rapide et la Cygnet- compétitive et appréciée du public, en témoigne l'aura impressionnante des deux Zagato engagées aux 24h du Nürburgring. Mais, où Aston Martin brille d'ingéniosité, c'est que la marque, vendue par Ford, arrive a présenter des nouveautés (la Virage par exemple) sans investir de façon colossale dans le développement technique et moteur. Explication.

C'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures confitures

Ian McCallum, ex-Aston, père de la DB9 et actuellement directeur du design chez Tata/Jaguar, expliquait récemment: "c'est toujours la même vielle plateforme de base (...) si elle n'est pas cassée, ne la réparez pas, Mais il arrive un moment où il faut évoluer". A part la One-77 et la Cygnet, tous les modèles (13) sont issus de la DB9 et son châssis "vertical-horizontal" codé V/H. Aston Martin ne bénéficie pas du support technique, financier et de la banque d'organes comme Lamborghini, Porsche ou Ferrari (Fiat et Volkswagen). Chaque modèle devant être très rentable, " nous ne pouvons pas nous permettre un projet simplement conçu comme un outil marketing" affirmait Ulrich Bez, PDG d'Aston.

Demain

Aston Martin, stratégique, a fait augmenter le prix moyen de ses voitures, en neuf, pour permettre de dégager une marge bénéficiaire de 20%, soit presque le double que n'importe lequel des constructeurs de grande série propriétaires d'une marque de niche. En exploitant au maximum ses châssis, mais aussi les éléments Ford encore à jour, Aston Martin a réuni une masse financière qui va permettre à la petite usine de Gaydon de financer des projets technologiques pour rester dans le coup, mais aussi d'assurer un minimum de réseau économique (en Chine notamment), pour rester à flot.

Source: Automotive News

En savoir plus sur le sujet

Sur le même thème:

Le directeur de Fisker reçoit la première Karma de série
Zagato/PCC, l'union des carrossiers
Aston Martin vend Virage et Vantage S en Chine
Premiers détails sur la prochaine Aston Martin DB9
Aston Martin V12 Zagato: confirmée

Photo de Quentin Charnole

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)1

jeudi 04 août 2011 à 14:08 MecaTrouve dit : sympa cette analyse sur le constructeur Aston Martin.