Lotus, bling-bling, Swizz Beats et "street credibility"

Lotus est en train de s'acheter une réputation en organisant des supers soirées à New-York.

Qui connaît Lotus ? Il s'agit probablement de la question qui hante le plus son directeur, Dany Bahar. Pour les initiés et érudits de l'automobile, Lotus est une marque sans reproche. Formule 1, Colin Chapman, les Seven et Esprit… que d'association de termes qui fleure bon le paddock et surtout, une certaine idée de la voiture de course sur route. La marque britannique est devenue tellement confidentielle que sa seule clientèle se reconnaît d'un coup d'œil : discrète, passionnée voire amoureuse, et surtout… spécialisée. Les choses changent et Lotus veut s'orienter vers un nouveau futur, aux antipodes de son passé empestant la gomme et l'huile chaude.

Swizz Beats. Le trait d'union

En juillet 2011, le producteur de rap américain Swizz Beats rejoint Hethel en tant que conseiller en communication. L'homme, d'abord chez Aston Martin, se met au travail immédiatement et signe les clips sur le thème de la boxe pendant le salon de Francfort. La métaphore récurrente du sportif terrassé est surprenante, mais c'est bien filmé et puis le rendu final est assez joli. En décembre 2011, Lotus et Swizz Beats présentent une édition limitée de l'Evora GTE, nommée "Special Edition Chrome Lotus Evora GTE". Cette version, à peine modifiée mais joliment repeinte a été présentée lors d'une super soirée. Vu la vidéo (à voir sur ce lien ou ci-dessous), en effet, les temps changent.

Lotus' Block Party

C'est devant un parterre d'invités aussi prestigieux que choisis que Lotus intronise son nouveau responsable de la communication. L'homme, époux de la chanteuse Alicia Keys, a tout organisé. Plusieurs "peoples" se pressent autour du coupé rouge, on reconnaît Stephen Baldwin, VIP notoire aux USA et surtout "l'un" des frères Baldwin. Les invités, triés, incarnent des commandes potentielles pour Lotus et un client, bien que "futur", est toujours roi : on le soigne, donc champagne et jolie robes. Au hasard d'une casquette par-dessus un costume Armani, on croise Russel Simons fondateur du prestigieux label de rap, DefJam ainsi que l'ailier des Knicks, le basketteurs Carmelo Anthony. Trop cool.

Yo !

La soirée se déroule bien, Dany Bahar se prend en photo avec Alicia Keys et cherche Jay-Z (un autre rappeur millionnaire) des yeux. La soirée bien entamée, Swizz Beats garde ses lunettes à la mode et revient à son premier métier, faire le show. Le producteur de l'album G.H.E.T.T.O. Stories en 2002 se lance dans un véritable prêche aux sonorités gospel sur l'avenir de Lotus. Dany Bahar exulte, Lotus entre dans le monde (riche) du hip-hop. Le futur de la marque d'Hethel est en marche, et si possible, chaussera des baskets propres et parlera en argot du Bronx. La vidéo se termine par un "live" du rappeur T.I. avec Swizz Beats devant un chapelet d'invités perdus, médusés et très coincés.

People, Buzz et Name-Dropping

Lotus est dans l'effet d'annonce à plein tube. Rien que dans sa politique de recrutement, les ambitions sont là (Wolf Zimmerman, débauché d'AMG pour le prochain V8, l'ex-designer de Ferrari, Donato Coco, à l'origine des 5 concepts de 2010, sans Karl-Heinz Kalbfell de BMW…). Mais, entre une soirée showbizz et un 0-100km/h sous la pluie s'étend un monde. Le virage hip-hop, bling-bling et people de Lotus semble bien parti, mais… la clientèle, presque historique, de Lotus va-t-elle suivre les promesses du Mondial 2010 ?

Photo de Quentin Charnole

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)2

jeudi 08 décembre 2011 à 04:16 PierreG dit : Je trouve que tout cet étalage de richesses, tout ce tape à l'oeuil et tout ce bling bling, detruit complètement l'image de la marque. C'est tout le contraire du concept Lotus. Nous n'avons pas besoin d'un concurent de plus aux Ferrari et autres Lamborginhi et Aston-Martin. Lotus était jusqu'a présent le meilleur embassadeur du plaisir automobile à l'état pur. C'est en train de changer et c'est bien dommage... Tout cela mis à part, il faut aussi que la marque fasse du chiffre, et si il faut passer par un embourgeoisement de La marque pour qu'elle subsiste ; ainsi soit il.

mardi 06 décembre 2011 à 22:52 Brume dit : C'est sur que c'est le bon plan pour vendre des voitures a des gens qui s'en foute de ce qu'elle valent.. mais du coup c'est loin de lotus...