Audi A1 quattro: 333 unités seulement

Audi A1 Quattro Groupe 4

Audi se lâche. Surfant sur la popularité de sa nouvelle citadine, les anneaux décident de modifier quelques châssis pour y adapter une transmission intégrale.

Audi est, avec d'autres marques comme Jeep ou Mitsubishi, l'une des plus crédibles dans le segment de la transmission intégrale. Après un parcours en championnat du monde des rallyes avec les premières quattro en 1981, devenues A1 et A2 en 1983, puis S1 en 1986, Audi s'est forgé une réputation de tenue de route à toutes épreuves. A travers des publicités flatteuses vantant des produits de route inspirés des technologies développées en compétition, Audi a imposé partout son "torsen" à travers un système de répartition de couple sur les quatre roues nommé quattro. C'est, de loin, son argument de vente le plus crédible, il manquait à l'A1.

Collector

Ce n'est pas vraiment une surprise, mais plutôt un cadeau de noël. L'année passée une version intégrale de la citadine n'avait pas dépassé le stade de la rumeur, mais au meeting du Wörthersee, Ingolstadt fait comme reste du groupe Volkswagen et apporte un concept nommé A1 Clubsport Quattro. Ce dernier, base esthétique de cette A1 quattro, exploitait le bloc de la RS3, à savoir le 2.5 litres 5 cylindres poussé à 503 chevaux. Comme son nom l'indique, Audi assurait déjà la transmission intégrale. L'A1 de cette fin 2011 ne retient pas le même moteur.

Pas de cinq-en-ligne

Sans doute pour des raisons de place et de logique, Audi privilégie l'installation du quatre cylindres 2.0 litres TFSI exploité sur la quasi-totalité de la gamme Audi-Volkswagen. Poussé ici à 256 chevaux, il culmine sur le catalogue A1 puisque la meilleure configuration suivante est à 185 chevaux en simple traction. Plusieurs mode de conduite repartissent le couple entre les roues arrière et avant, privilégiant l'avant sur route. La liaison au sol passe par des suspensions sport associées aux jantes 18 pouces directement extirpées d'une bombe du groupe 4.

Dites 333 !

Le reste de l'esthétique est une extrapolation de l'A1 équipée du pack S-Line. Les ouvertures du bouclier sont plus importantes, un petit aileron coiffe la lunette arrière, Audi reste classique et applique le traitement RS sur son A1, c'est tout... L'équipement installé à bord est du même genre. Aluminium sur le volant, le pommeau et les pédales. Comptez sur des semi-baquets à l'avant. 333 exemplaires sont prévues en production, elle commencera en milieu d'année prochaine pour un tarif encore inconnu (plus de 30.000€).

Photo de Quentin Charnole

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)5

jeudi 22 décembre 2011 à 13:20 Kone3 dit : Moi ca fait 4 fois que je lit l'info

mercredi 21 décembre 2011 à 21:06 Jérôme dit : << Audi a imposé partout son "torsen" à travers un système de répartition de couple sur les quatre roues nommé quattro. C'est, de loin, son argument de vente le plus crédible, il manquait à l'A1.>> Sauf que ce n'est très certainement pas le Torsen mais l'Haldex qui sera utilisé sur l'A1

mercredi 21 décembre 2011 à 20:12 Géraldine dit : Cher mcferson, Le site autoplus.fr a la particularité de faire remonter dans son flux les informations de sportauto.fr, d'où ces doublons. A bientôt.

mercredi 21 décembre 2011 à 17:49 maxou dit : Beh...ta qu'à te casser d'ici alors ! Reste dans ton autre site.Pour information : Cette a1 quattro est fabuleuse,mais c'est un avis personnel.De plus,avec 256 chevaux,on n'est pas loin de la tts,qui elle partage 272 ch.Et quelle exclusivité ! 333 exemplaires seulement,comme notre grosse audi r8 gt.Il est vrai que le modèle de " 503 ch " est pas vraiment une a1.Imaginez,cette petite 3 portes plus puissant qu'une 911 turbo ! Par contre,avec cette nouvelle version ( 256 ch ) le pouvoir d'audi est bien là...

mercredi 21 décembre 2011 à 17:03 mcferson dit : Pauline a fait la même actu ce matin, c'est chiant d'avoir 3-4 ou 5 fois la meme actu dans une journée !