Détroit 2012: Lexus LF-LC

Detroit 2012 Lexus LF-LC Calty Design

La commande de Lexus au studio de design Calty est présentée au salon de Détroit. Ce coupé, élancé, incarne la direction prise par la branche luxe de Toyota.

Le LF-LC est un coupé 2+2 qui préfigure à l'avenir un concept avant une évolution définitive vers la série. Plus ébauche aboutie que concept prêt à prendre le chemin de l'usine, le LF-LC est un regard "extérieur" commandé par Lexus sur son évolution esthétique et commerciale. Après s'être imposé dans le registre de la transmission hybride de grand luxe, Lexus lorgne sur d'autres segments: le compact premium avec la CT 200h et la sportivité de haute volée avec la LFA. Ce coupé LF-LC, sans motorisation précise, serait la base de travail d'un coupé plus démocratique destiné à concurrencer les pontes du segments en Europe, à savoir Porsche et sa 911 et plus localement, Nissan et la GT-R.

Une vue intégrale

Véritable brouillon prodigieux, il accumule les signatures esthétiques de Lexus -la calandre trapézoïdale de la GS - avec les nouveautés encore impossible à réaliser en série. Par exemple, l'immense toit vitré posé sur les montant A et C filiformes (voire inexistant pour le C) dégage une impression de visibilité encore inédite dans le domaine du coupé. Le profil, très cohérent reprend largement les épreuves de la LFA, comme les ouïes latérales et la courbe de toit sans brisure. Jouant sur l'aluminium et la fibre laquée de rouge, le LF-LC sème sa symétrie parfaite d'avant en arrière en faisant répondre les optiques avant en L par des optiques arrière aussi similaires que profonds.

Tactile à tous les étages

A l'intérieur, Lexus accentue l'ambiance cockpit déjà présente (et nécessaire) dans la LFA. Le poste de pilotage, sobrement configuré mais richement doté, se compose d'un baquet très fin enchâssé dans un étroit habitacle. Toutes les informatisons sont contenues dans le LCD du tableau de bord et dans les deux écrans de la planche de bord. Les commandes, tactiles pour l'essentiel, sont contenues dans une seule interface. L'épuration stylistique n'est pas au détriment de l'ergonomie, un clavier se découvre au besoin. Pour permettre une potentielle vie à bord, Lexus a creusé les contreportes avant de les recouvrir de cuir surpiqué en vagues faussement aléatoires.

Probable, mais à développer...

Pour l'instant, Lexus reste très évasif quand à la motorisation potentielle retenue sur cette étude. A moteur central avant, ce LF-LC est promis en propulsion, associée au Lexus Hybrid Drive. Des éléments techniques et esthétiques de ce concept seront disséminés dans les productions Lexus de demain.

Dessiné par le studio de Calty en Californie, subdivision du design Toyota depuis les années 70, ce concept a été accueilli par Lexus comme étant la future ligne directrice esthétique des deux années à venir. Il prendra, dans une évolution future, le chemin de la production en passant par un concept plus proche de la réalité industrielle.

Photo de Quentin Charnole

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)1

mardi 10 janvier 2012 à 19:33 mike dit : Moche et nul ! On dirait un mixte de voiture !!!