Publié le 17/04/2012 à 15:46

Lotus : Dany Bahar éclaircit la situation

Lotus Dany Bahar interview DRB Hicom

Une interview dans CAR Magazine donne la parole à Dany Bahar. Après une semaine de rumeurs, le PDG de Lotus Group règle "un peu" ses comptes.

En quelques jours, Lotus Group s'est fait chahuter. Des mots doux des directeurs sportifs entre Caterham et Lotus F1 Team aux rumeurs de liquidation de Lotus Cars par son nouveau repreneur, tout s'est dit sur la marque anglaise aux capitaux malaysiens. A notre décharge, notez que la communication, via le facebook de Lotus, n'a pas aidé. Forcément, en jouant sur l'humour, l'autodérision et la vraie colère, Lotus a essayé de "noyer le poisson". En vérité, la marque a surtout semé le doute. Le silencieux dans l'histoire, c'est Dany Bahar, le PDG de Lotus Group. Cible de critique sur son ambitieux plan et sa façon de gérer Lotus, il n'avait pas encore parlé.

"Ce n'est pas dans leur habitude"

De retour d'un voyage en Asie, Dany Bahar a donné sa version des faits aux journalistes de Car Magazine. Concernant le rachat de Proton, et donc de Lotus Group par DRB-Hicom, Bahar ne nie rien mais affirme que les nouveaux propriétaires "ont besoin de comprendre", argumentant que ce rachat sort de l'ordinaire de DRB-Hicom. "Ils ont besoin de savoir à quel sorte d'animal ils ont à faire en achetant Proton (11.000 salariés) dont fait partie en petite partie Lotus". Dany Bahar précise que les nouveaux investisseurs ont déjà visité Hethel, le site de fabrication de Lotus.

"Foutaises"

Afin de couper court aux rumeurs, Dany Bahar, ex-Ferrari, précise immédiatement que Lotus n'est pas en faillite, que son placement dans cette case n'a jamais été envisagé auparavant. A ce sujet, "DB" évoque des "foutaises", précisant que "ce serait stupide d'investir autant d'argent pour ensuite liquider. Il y a certaines obligations morales et éthiques que nos investisseurs malaysiens, présent ou passé, respecteront à coup sûr". Comme le relève Car, il n'y a pas non plus de précision sur l'avenir, malgré des promesses.

Fuji, la nouvelle Esprit

L'avenir chez Lotus a débuté en 2010 au Mondial de Paris. Le plan de renouvellement de gamme à cinq modèles n'est pas assuré confie Dany Bahar. En revanche, il promet qu'il expliquera "ce travail engagé il y a deux ans", afin que les investisseurs "le soutiennent ou le modifient". Le projet Fuji (celui de la nouvelle Esprit) serait au stade des tests des premières mules, sans précision de l'état du nouveau V8 censée équiper ce modèle (à la place du moteur Toyota). Mais le gel des versements sur les trois derniers mois a stoppé l'avancée du projet Esprit.

Des dettes

En plus de stopper le développement, le manque d'argent a condamné Lotus à ne plus payer des fournisseurs. Les dettes ont probablement été le point de départ des rumeurs. Dany Bahar affirme que Lotus "rattrape chaque semaine" et assure "que ce problème sera réglé très bientôt. D'évidence, le PDG de Lotus rappelle que durant trois mois, la seule source de revenus de Lotus était la vente des voitures. A ce sujet, il déplore aussi l'arrêt du développement du reste du "plan des cinq". Elan, Eterne, Elite, Elise et Esprit sont toutes, pour l'instant, repoussées, voire suspendues pour certaines, en fonction des décisions à venir de DRB-Hicom.

L'Elise a 15 ans

En dernier lieu, Dany Bahar revient sur les 25.000.000 £ (30 millions d'euros) de pertes en 2011 de Lotus. Selon lui, il n'a jamais été prévu de gagner de l'argent avant 2014. Ce rachat, surprenant, de Proton et ce retard pris par manque d'argent repousse d'une année la date d'entrée en bénéfice.

Dany Bahar défend toujours son plan en affirmant "qu'une marque avec une gamme multiple plutôt que constituée d'un seul modèle" est nécessaire pour "partager les coûts et les responsabilités". Enfin, "il faudra remplacer l'Elise, qui va sur ses 15 ans" admet Danny Bahar.
Bon, et bien c'est clair.


Toutes les actualités Lotus.

Source : CAR Magazine

Photo de Quentin Charnole

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)1

mardi 17 avril 2012 à 19:10 max dit : clair mais pas rassurant...