Qui va racheter Aston Martin ?

Aston Martin Rachat Faillite Ford AMG

Ce n’est plus un secret, Aston Martin va passer d’une main à une autre dans les plus brefs délais. Ce nouvel investisseur serait italien ou indien.

Depuis une semaine, Aston Martin est le sujet principal de l’actualité économique automobile sportive. L’un des deux fonds d’investissement koweïtiens, Dar Investment, céderait ses parts (50%) acquises lors du rachat d’Aston Martin à Ford en 2007. L’acquisition de cet investissement équivaut à donner le contrôle de la marque. Aujourd’hui, deux bastions de la finance se disputeraient la moitié du pudding: l’italien Investindustrial et l’indien Mahindra & Mahindra. En jeu, la gestion du groupe donc, mais aussi la propriété des technologies et l’avenir de la marque.

Invesdustrial, avec AMG en embuscade

Investindustrial a été le premier à poser son offre. Contre 300-350 millions d’euros, l’ex-propriétaire de Ducati (désormais une marque du groupe Volkswagen) serait prêt à se lancer dans l’aventure. En plus d’apporter de l’argent, les italiens proposeraient aussi un partenariat avec AMG, bâtit sur les reliquats de l’entente AMG-Ducati. Cet argument est de taille: Aston Martin arrive au bout de son accord avec Ford concernant la fourniture des moteurs, et, très vite, aura besoin de V8 et V12 neufs, compétitifs et fiables. Des besoins auxquels AMG sait parfaitement répondre. Néanmoins, Dar Investement pourrait repousser l’offre, insuffisante face aux 600 millions d’euros déboursés en 2007.

Mahindra, roi du tracteur

Mahindra est un inconnu en terre européenne. Il s’agit de "l’autre" indien de l’automobile. Avec Tata Motors (hôte de Jaguar et Land Rover), Mahindra incarne l’avenir de l’investissement à moteur. Numéro un du tracteur et de la bétaillère, il pourrait faire sourire, mais, l’engin agricole a bien fait la fortune de Lamborghini. Introduit dans le milieu du SUV (70 % de SangYong), l’indien souhaiterait se doter d’une vitrine technologique et sportive sur son marché local. L’Asie est le marché le plus prometteur pour les mécaniques à haut rendement, posées dans des écrins prestigieux. Son offre actuelle porterait sur 40% (puis 50 %) d’Aston Martin pour un peu plus de 300 millions d’euros.

Racheté Aston Martin, pourquoi faire ?

Voilà les deux solutions remarquées par la presse économique. Reuters a noté que l’action de Mahindra a reculé depuis les rumeurs de rachat d’Aston Martin. Certains acteurs ne voient pas d’un bon œil cette prise de risque ressemblant, à s’y méprendre, à une copie du "coup" exécuté par Tata avec Jaguar et Land Rover en 2008. Un rapport de Barclays souligne qu’il ne s’agit pas d’acheter Aston Martin pour gagner, il faudra y "mettre des billes". En effet, malgré tout le respect que nous portons à Aston Martin (lire le dossier dans le Sport Auto 610), il faut reconnaitre qu’à Gaydon, la marque travaille sur une plateforme vieille de 10 ans, et des mécaniques en retard face à la concurrence.

L'actualité Aston Martin sur sportauto.fr

Retrouvez l'actualité Aston Martin sur ce lien.

Suivez-nous sur le compte twitter Sport Auto, rejoignez notre compte Google+ Sport Auto et n'oubliez pas notre application iPad Sport Auto.

Illustration: une Aston Martin V8 Vantage de 2005, se demandant bien ce qu'elle fait là.

Photo de Quentin Charnole

posté par :
Quentin Charnole

Réagissez

Commentaire(s)2

samedi 01 décembre 2012 à 11:12 33bordelais53 dit : Volkswagen leur ferait le plus grand bien justement Des moteurs performants, de nouvelles plateformes,... Que des avantages

jeudi 29 novembre 2012 à 10:54 ABVW dit : Anybody but VW.... Surtout pas eux....