Publié le 17/01/2013 à 15:18

F1 - Alonso dément être politique

F1 - Fernando Alonso affirme ne pas être politique

Fernando Alonso se dit surpris par les commentaires de Helmut Marko, qui le jugeait très politique. Le pilote Ferrari refuse d'entrer dans la polémique.

Fernando Alonso a jugé que Lewis Hamilton est son plus grand concurrent, tout en reconnaissant des qualités à Sebastian Vettel. Il a précisé que ce jugement n'avait rien de polémique. Helmut Marko, le conseiller spécial de l'équipe, avait cependant reproché à l'Espagnol d'abuser d'artifices politiques dans ses déclarations. Le principal intérêt s'en défend

« Je ne pense pas être très bon là dedans, » répond Alonso. « Je me contente de piloter des voitures. J'ai été surpris par ces déclarations, mais je pense que c'était des déclarations un peu mélangées, un peu sans sens. »

« Je ne pense pas que je devrais trop prêter attention à ces déclarations. »

Domenicali retourne la critique contre Marko

Stefano Domenicali a de son côté refuser d'entrer dans la polémique, en considérant les propos de Helmut Marko... très politiques.

« Comme d'habitude, il y a des gens qui tentent de jouer la politique, en croyant qu'ils provoqueront une réaction, mais je reste sourd à ces choses et je crois que Fernando est totalement concentré sur sa performance, et je peux vous assurer que l'équipe donnera sa réponse en piste, avec des actes, pas des mots, » a lâché le patron de la Scuderia.

- Toutes les infos sur Ferrari, Fernando Alonso, Stefano Domenicali et Helmut Marko

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

jeudi 17 janvier 2013 à 22:07 750106 dit : mettre la pression sur l'adversaire fait partie de la course que ce soit les mots de Marko ou de Fernando ,c'est le jeu....

jeudi 17 janvier 2013 à 20:44 Antoine dit : Etonnant de la part d'Alonso, qui l'année dernière n'a pas arreter : en combattant armé déclarant la guerre à RBR, en donnant le crédit à Newey, etc... Fernando n'apprécierait-il pas la petite guerre psychologique quand c'est lui qui est la cible?