Charles Morgan renvoyé de Morgan, son appel rejeté

Charles Morgan défiitivement renvoyé de Morgan

Charles Morgan a fait appel de son renvoi du conseil d'administration de la Morgan Motor Company dont il avait hérité, mais sa demande a été déboutée.

Mi-octobre, le petit constructeur anglais Morgan disait "au revoir" à son représentant le plus éminent, Charles Morgan. Le petit-fils du créateur de la société, dont il avait hérité de son père puis dirigé depuis 2003, avait déjà été écarté de la direction en mars 2013 au profit de Steve Morris, anciennement directeur des opérations. Son nouveau rôle sans pouvoir décisionnel n’aura donc duré que quelques mois.

Le britannique annonçait quelques jours plus tard qu’il faisait appel de son renvoi, mais celui-ci vient d’être définitivement rejeté par Morgan Motor Company.

Charles Morgan, visionnaire incompris ?

Sur son blog, Charles Morgan s’indigne, estimant que ce sont ses initiatives de dynamisation qui ont joué contre lui : "Durant les douze derniers mois, il est apparu de plus en plus clair que ma philosophie de modernisation de Morgan ne correspondait pas à celle de la direction actuelle."

Et d’ajouter: "L’avenir de Morgan ne peut pas reposer sur son seul héritage. Aussi, je me suis efforcé d’introduire notre marque unique sur de nouveaux marchés comme en Chine, de revenir à la compétition, et de faire naître la passion chez une nouvelle génération en utilisant les réseaux sociaux et en faisant des choses intéressantes comme le rallye Gumball avec un Three Wheeler."

Des motifs encore très flous

Les raisons du renvoi sont inconnues mais selon certaines rumeurs non vérifiées, l’ancien dirigeant aurait outrepassé ses fonctions plusieurs fois, notamment en apportant son support (financier?) sans le consentement du conseil d'administration à l’équipe OAK Racing, victorieuse aux 24H du Mans 2013 avec un doublé de Morgan-Nissan en LMP2.

Quittant l’entreprise familiale dans laquelle il était impliqué à plein temps depuis 85, Charles Morgan rappelle que les bénéfices de la firme ont doublé durant les 10 ans de sa direction, et reste préoccupé par le futur du constructeur duquel il reste un actionnaire majeur. Le conseil d’administration de Morgan compte encore des membres de sa famille.

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez

Commentaire(s)3

samedi 02 novembre 2013 à 08:47 Belgium4Ever dit : Se faire rejeter d'une marque qui porte son nom... Pauvre Mr Morgan... Espérons que la marque continuera malgré tout son expansion !

vendredi 01 novembre 2013 à 19:09 Scudric dit : Entièrement d'accord et ce licenciement (abusif?) risque de porter préjudice a la marque!

vendredi 01 novembre 2013 à 14:50 sport et collection dit : C est bien triste et nicolet doit être préoccupe mais pourquoi mettre la marque d autrui sur son propre proto ? Le sport auto perd son âme au profit de la pub et des sponsors titres