ATS rachète les droits de De Tomaso

ATS veut faire renaître De Tomaso

Le nom de De Tomaso revient sur le devant de la scène après que la marque italienne Automobili Turismo e Sport en a acquis les droits. Bientôt la renaissance?

De Tomaso, constructeur italien né en 1959. Une firme aussi connue pour ses modèles sportifs, citons les Mangusta et Pantera, que pour son histoire à rebondissements. Les derniers en date? Tout d’abord une résurrection en 2011 avec la présentation du concept Deauville au salon de Genève, puis une mise en faillite au cours de l’été 2012, faute de liquidités et d'investisseurs stables. Quelques mois après, des rumeurs d’intérêt pour la firme de Modène de la part de BMW s’étaient fait entendre. Puis plus rien... Jusqu’à aujourd’hui où l'on apprend qu'un confrère italien vient à sa rescousse.

Partage de plateforme

ATS, ou Automobili Turismo e Sport, fait une fois de plus parler de lui, un peu plus d’une semaine après avoir découvert les esquisses du roadster 300 Leggera. Selon Autoblog, cette firme aurait acheté les droits de la marque De Tomaso afin de la relancer. Si des annonces devraient être faites dans les prochaines semaines, ATS aurait déjà avoué compter sur le partage de plate-formes et de certaines technologies entre ses propres modèles et les futures De Tomaso.

Il faut dire que ATS et De Tomaso ont certaines similitudes dans leurs histoires respectives, comme celle d’avoir été parmi les premières à produire des sportives à moteur en position centrale arrière.

Projet de sportive

C’est ainsi que les ATS 2500 GT et De Tomaso Vallelunga voyaient toutes deux le jour en 1963, certes en même temps que la Matra Djet, mais trois années avant la Lamborghini Miura considérée comme LA première supercar.

Réinterprétée à la sauce moderne en 2012, l’ATS 2500 GT (photo) est justement celle qui pourrait être le point de départ de la collaboration entre les deux entreprises. L’occasion peut-être aussi de faire revivre le nom de Pantera. Quant au concept Deauville de 2011, simple Cadillac SRX rebadgé, il n’aurait aucune place dans la gamme De Tomaso voulue par ATS. Ouf!

Cependant ne nous emballons pas trop vite sur ces différentes annonces, bien qu'elles soient alléchantes!

Photo de Mael Pilven

posté par :
Mael Pilven

Réagissez

Commentaire(s)19

mercredi 13 novembre 2013 à 17:53 @percoide dit : Presque. De mémoire, même les F40 et 959 n'ont été qualifiées de supercars qu'à postériori. D'ailleurs, il leur manquait l'aspect luxueux des supercars. Avant la F40, il y eut la 288 GTO, qui tout comme la 959 avait été produite pour l'homologation en Groupe B, pas comme une vitrine technologique ou marketing comme c'est le cas aujourd'hui. La F40 fut développé à partir de la 288 Evoluzione et commercialisée en hommage à Enzo Ferrari et aux 40 ans de la marque. Et effectivement, le terme "supercar" fut d'abord employé pour désigner les productions des artisanaux. Quant aux séries limitées de Lamborghini, faut pas tomber dans le panneau. Il s'agit plus de versions "customisées" de voitures de (presque) série, avec le même châssis et parfois le même moteur.

mercredi 13 novembre 2013 à 13:38 véagé dit : elle concurrencerait alpine... mais je sais que renault catheram feront un carton !

mercredi 13 novembre 2013 à 13:27 bofbof dit : Comme d'hab, toujours un débat qui n'a rien a voir avec le sujet. C est déprimant.

mercredi 13 novembre 2013 à 11:47 percoide dit : Le terme "Supercar" est apparu vers la fin des années 80 à l'époque de la vogue des Porsche 959, Ferrari F40, Jaguar XJ220, Aston Martin V8 Zagato... qui étaient toutes des voitures ne figurant pas au catalogue "régulier" de leurs constructeurs mais considérées comme des séries limitées, contrairement aux Ferrari Testarossa et Lamborghini Countach qui elles étaient des modèles réguliers (du reste leur puissance, leurs performances et leurs prix bien que très élevés étaient pulvérisés de très loin par les "vraies" supercars citées précédemment). Avec l'apparition de constructeurs quasi-artisanaux ne produisant qu'un seul modèle (Bugatti EB110, Cizeta V16, McLaren F1 et beaucoup plus tard Koeniggsegg et Pagani...) la frontière entre "vraie" et "fausse" supercar est devenue plus floue, disons que pour être une vraie supercar il faut d'une part une puissance et un prix très supérieurs à ceux des modèles figurant au catalogue régulier des constructeurs de voitures de sport les plus emblématiques et d'autre part une production soit annoncée d'avance comme en série limitée soit ultra-confidentielle s'il s'agit d'un constructeur artisanal (par exemple dans la définition de 2013 une Ferrari F12Berlinetta ou une Lamborghini Aventador ne sont pas considérées comme des supercars malgré leurs 750 chevaux et les 300000 euros qu'il faut sortir de son compte en banque pour les acquérir, mais les Reventon, Sesto Elemento, LaFerrari et Porsche 918 sont de vraies supercars tout comme les McLaren P1, Koeniggsegg Agera, Pagani Huayra et bien sûr Bugatti Veyron)

mercredi 13 novembre 2013 à 10:56 @Mael dit : Un moteur arrière centrale n'est pas suffisant pour définir une supercar. D'autres ont précédées la Miura (250 LM). ET à ce compte là, l'Aston Martin One-77 ou la MB SLR ne seraient pas des supercars. A vôtre décharge, le terme lui-même n'est apparu que dans les années 90 avec la McLaren F1 entre autres. Même la Ferrari 288 GTO n'y a pas eu droit lors de son lancement. Ensuite, certains comme vous ont alors regardé dans le rétro et commencé à affubler du terme "supercar" tout et n'importe quoi. A tel point qu'aujourd'hui on qualifie les LaFerrari, P1 et 918 Spyder de "hypercar" tellement le terme "supercar" est galvaudé. Certains vont jusqu'à qualifier la 458 et la 911 Turbo de "supercar". Outre la puissance, les perfs, le prix, l'architecture, etc, le seul point commun entre toutes les définitions de "supercar" est, je me répète, le nombre d'exemplaire limité (cad l'exclusivité) dès le départ. Quand aux anglophones (ou anglophiles), si "supercar" voulait simplement dire "super voiture", pourquoi alors employer le terme "supercar" ?

mercredi 13 novembre 2013 à 10:37 Mael dit : @Otto: Effectivement la définition de supercar est un peu floue mais n'est vraiment pas le sujet ici. Pour vous répondre, la Miura est "considérée" (mot qui tempère le fait qu'elle soit ou pas la première supercar selon les acceptions de chacun) comme la première supercar de l'histoire pour son architecture avec moteur central arrière, auparavant dévolues aux voitures de compétition. Ferruccio Lamborghini a été reconnu comme un précurseur en ce sens. En l'occurence, la 250 GTO porte son V12 à l'avant. Le mot supercar n'a jamais été employé pour la décrire, on parlait plutôt de Grand Tourisme (GTO pour Gran Turismo Omologato).

mercredi 13 novembre 2013 à 09:53 Fredo dit : A noter que de Tomaso était plus un "assembleur" qu'un véritable constructeur au sens propre du terme, ce qui enlevait une certaine "noblesse" a sa production et n'a pas été sans incidence sur le devenir de la marque. Espérons que les repreneurs sauront retenir les leçons du passé...

mercredi 13 novembre 2013 à 07:21 louis83 dit : Et puis, où dans mon commentaire j'ai dis que une supercar était une super voiture ? x)

mercredi 13 novembre 2013 à 07:19 louis83 dit : Supercar, c'est une classe qui regroupe des voitures très puissantes, donc oui on peut considérer ça comme une super voiture. Donc réfléchis avant de poster des commentaires pourris.

mercredi 13 novembre 2013 à 07:12 Golf4 R32 dit : Beh si tu traduits mot a mot une supercar c'est une super voiture.... Mais bon après je dis ça je dis rien ^^

mercredi 13 novembre 2013 à 07:11 irneh dit : Quels sont les promoteurs qui se cachent derrière ce projet ? Les bases financières sont-elles assez solides pour assurer le développement , le lancement et la pérennité de cette entreprise ? En rachetant le nom de DeTomaso , les propriétaires de la marque italienne ATS (très confidentielle dans les années 63/64 et pratiquement inconnue du grand public)ont pour ambition de faire revivre une entreprise qui a marqué les esprits il y a quelques décennies . Le challenge est de taille , le pari audacieux en ces temps plutôt difficiles , le passé agité de ces deux marques prouve que ce n'est pas gagné d'avance . Bien sûr , voir renaître DeTomaso serait une bonne nouvelle , d'autant plus avec un modèle aussi joli , que leur souhaiter ? Bon courage !

mercredi 13 novembre 2013 à 07:06 @louis83 dit : T'aurais pas du sécher les cours d'anglais. Tu confonds super voiture et supercar.

mercredi 13 novembre 2013 à 03:28 chmareck dit : Du même avis que piet, plutôt des airs de Ford GT

mardi 12 novembre 2013 à 23:34 pier dit : Ça me fait penser a la Ford gt jolie voiture

mardi 12 novembre 2013 à 22:43 bofbof dit : En tous cas, sur la photo elle est magnifique!!!

mardi 12 novembre 2013 à 22:42 bofbof dit : Faudrait m'expliquer ce qu'elle a de la F430 je vois pas!!

mardi 12 novembre 2013 à 22:06 Romaiin dit : Outre le faite de la Miura super car ou pas, je pense que la "future" De Tomaso d'après la photo ci dessus, me fait penser étrangement a une F430... Que de copie dans le nouveau, c'est vraiment dommage quand on voit de quoi était capable la firme a l'époque...

mardi 12 novembre 2013 à 21:19 louis83 dit : Pour moi la Miura est bien une supercars, maintenant c'est sur qu'on peut se demander si s'en est une en regardant ses performances mais pour l'époque c'était vraiment une voiture très puissante et une supercars. Sinon pour toi, qu'elle catégorie appartient la Miura ? :)

mardi 12 novembre 2013 à 19:07 Otto dit : La Lamborghini Miura une supercar ?!? S'il existe plusieurs avis sur la définition du mot supercar, tous s'accorde sur le fait qu'une supercar se doit d'avoir une production limitée en nombre dès le départ. Ce qui exclu la Miura de la catégorie des supercars. Et le moteur en position arrière centrale n'a rien à voir dans cette histoire. La Ferrari 250 GTO qui l'a précédée correspond plus à cette définition. Je passe rapidement sur la 250 LM... D'une façon générale, mieux vaut éviter les "le premier", "la première", etc. Préférer "l'une des premières", c'est moi risqué.