F1 - Kovalainen: « Obtenir un meilleur résultat »

F1 - Interview avec Heikki Kovalainen

Interview avec Heikki Kovalainen. Le Finlandais a montré des signes encourageants aux Etats-Unis et il espère décrocher un bon résultat au Brésil.

Heikki Kovalainen a vite pris ses marques dans la Lotus à Austin, en remplaçant Kimi Räikkönen au pied levé. Il a cependant une course difficile, avec des soucis d'aileron avant et de KERS, et surtout des difficultés à trouver un bon rythme. Il veut faire mieux à Interlagos, même s'il se garde de tout pronostic.

Que pensez-vous d'Interlagos ?

C’est un circuit superbe. Il y a de très beaux virages, plus de montées et de descentes et il tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. La météo peut apporter du piment lorsque la pluie menace, parce qu’elle peut créer des situations vraiment délicates. Le tracé en lui-même est assez compliqué. Il est assez étroit par endroits et il faut faire en sorte de bien garder sa trajectoire, sinon la faute arrive très facilement. Il ne faut pas oublier aussi de dire que c’est une des ambiances les plus agréables de la saison. Le public est vraiment passionné de Formule 1. Les gens sont très amicaux et ils transforment le week-end en fête géante dans les tribunes.

Quel regard portez-vous sur votre course aux Etats-Unis ?

La course ne s’est pas déroulée comme nous le voulions et je ne sais pas si cela venait de la voiture ou du pilote qui était un peu rouillé ! J’ai eu un problème sur l’aileron avant qui perdait de l’appui, ce qui m’a fait baisser de rythme, mais cela s’est amélioré par la suite après le changement d’aileron avant. Il y a eu aussi un problème de KERS en milieu de course, mais ce n’était pas suffisant pour expliquer mon manque de rythme. Nous allons bien étudier les données et j’espère que nous aurons surmonté cela pour la course au Brésil.

Retenez-vous des choses positives avant Interlagos ?

En dehors de la course, le week-end a été encourageant, donc je me sens bien préparé pour le suivant au Brésil. La voiture est très rapide, il n’y a pas de doute, elle est fantastique à piloter quand tout va dans le bon sens. Donc si nous pouvons régler ces soucis, il y a certainement le potentiel pour faire un bon résultat. Je ne pense pas que nous puissions mieux commencer le week-end qu’ici, mais nous pouvons sûrement mieux le finir ! Nous verrons bien ce qui se passera. Mon but est d’aider l’équipe à atteindre son objectif au championnat des constructeurs, donc je donnerai tout jusqu’au bout.

Que pensez-vous de la monoplace ?

Elle se comporte bien, elle donne cette confiance qui permet d’attaquer d’entrée parce que vous pouvez vous fier à elle assez confortablement, elle ne vous échappera pas. Elle est vraiment très stable. C’est certainement une des raisons pour lesquelles j’ai pu trouver mon rythme très rapidement. Elle est aussi très douce avec ses pneus et cela se constate sur les longs relais. Dans l’ensemble, c’est une voiture formidable.

Avez-vous apprécier de travailler à nouveau avec les gens de l'équipe ?

Cela s’est passé très facilement, sans aucun problème et cela m’a permis de me concentrer sur la voiture et sur la course. Je retrouve des visages familiers que j’ai connus à l’époque de mon premier passage dans l’équipe et cela facilite les choses.

Quel est votre objectif pour le Brésil ?

Je vais essayer de faire un meilleur dimanche et d’obtenir un meilleur résultat. Le week-end à Austin s’est passé plutôt en douceur jusqu’à la course. Cela pourrait être une autre histoire, donc nous verrons bien comme cela se passera. Le principal est de se battre pour un bon résultat. La voiture est vraiment au top, la performance de Romain l’a démontré à Austin. Je ne veux pas faire de pronostic. Cela pourrait être un week-end difficile ou un week-end génial. Qui sait ? Il nous faut juste bien travailler avec la voiture comme à Austin. Si nous pouvons tout réunir, nous devrions faire une belle course.

Communiqué de presse Lotus F1 Team.

- Toutes les infos sur Heikki Kovalainen et Lotus,

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez