Coup de main du gouvernement anglais à Lotus

Lotus aidé par le gouvernement anglais

Une nouvelle subvention de 10 millions de pounds permet à Lotus de respirer un peu et de prévoir une embauche de quelques 300 personnes.

Peu à peu, le constructeur britannique Lotus sort d'une époque difficile, celle où il appartenait à Proton et se trouvait sous la houlette de Dany Bahar. Si cette mauvaise passe est finie, il reste quelques séquelles, notamment financières. Déjà en cours d’année, le nouveau propriétaire DRB-HICOM avait investi quelques 100 millions de livres (120 millions d’euros) dans un plan de revitalisation de trois ans, afin de remettre le bateau à flot.

Quelques mois plus tard, voici qu’une nouvelle aide arrive dans les comptes de Lotus, en provenance directe cette fois du gouvernement anglais.

"Participer à la vitalité de l'industrie automobile britannique"

Ce sont en effet pas moins de 10,44 millions de livres, ou 12,44 millions d’euros, qui viennent d’être injecté par le "Regional Growth Fund", un fond monétaire pour la croissance de la Grande Bretagne, officiant depuis 2011 et jusqu’en 2017.

"Cette subvention s’intègre dans la stratégie de Lotus et permettra de s’assurer de notre bon développement et de notre croissance" a expliqué Aslam Farikullah, qui tient les rênes de Lotus. "Nous avons des projets extrêmement excitants pour nos futures voitures de sport, et cette aide nous met dans une position de force pour créer de nouveaux emplois et participer à la vitalité de l’industrie automobile dans notre pays".

Nouveaux emplois et recherche et développement

Et ce sont en effet pas moins de 313 postes qui devraient très prochainement être créés dans l’est de l’Angleterre, l’Est-Anglie. Mais en plus de la mise en place de formations pour les nouveaux employés, les 12,44 millions d’euros reçus seront aussi largement utilisés pour la recherche et le développement des nouveaux modèles.

Photo de Mael Pilven

posté par :
Mael Pilven

Réagissez

Commentaire(s)6

samedi 30 novembre 2013 à 09:56 kazo dit : @percoide: il reste aussi Secma, constructeur dont on ne parle pas assez je trouve.... Leur F16 est très intéressant et un digne descendant de la berlinette alpine (de par sa conception)

mercredi 27 novembre 2013 à 10:12 percoide dit : Voila au moins un gouvernement qui a pris conscience de la valeur et du prestige de son patrimoine automobile national (un peu tardivement il est vrai, puisque des grands noms comme MG, TVR, Triumph... ont été massacrés) On imagine les cris d'orfraie si le gouvernement français faisait le quart du dixième de cet effort pour les rares entrepreneurs qui osent encore réaliser leur passion (aujourd'hui ils sont peu nombreux, il ne reste pratiquement plus qu'Exagon et PGO, il semble aussi que De La Chapelle existe toujours même si cette firme ne fait plus beaucoup parler d'elle mais Hommell a disparu, Mega a abandonné les supercars et Venturi est devenue monégasque...)

mercredi 27 novembre 2013 à 09:44 ATS dit : @Jean, faut pas exagérer non plus , l'ultra libéralisme c'était Thatcher. Quant à "l'arnaque",elle est également de gauche, voir la politique actuelle en france qui va piéger quelques "travailleurs" :)

mercredi 27 novembre 2013 à 08:43 Theo kalfleche dit : @gero la 4c concurrence la lotus élise, a partir de là je fais confiance a lotus pour sa capacité a faire mieux que va concurrence sur ce secteur !

mardi 26 novembre 2013 à 19:36 Jean dit : tiens, les ultra libéraux font du keynésianisme maintenant ? Il est vrai que leur système pourri s'est pété la gueule et que c'est le contribuable et les travailleurs qui paient le prix de toute cette arnaque libérale.

mardi 26 novembre 2013 à 19:19 Géro dit : La 4C risque de leur faire du mal