Publié le 04/03/2015 à 18:57

F1 - Fitzpatrick justifie le sauvetage de Manor

F1 - Stephen Fitzpatrick croit en Manor

Stephen Fitzpatrick a expliqué les raisons qui l'ont poussé à sauver Manor Marussia. Il est convaincu que l'équipe a désormais une base solide.

Manor Marussia a confirmé que Stephen Fitzpatrick est l'homme derrière le sauvetage de l'équipe. Alors que Manor Marussia se prépare à revenir à Melbourne, le fondateur d'Ovo Energy a confié qu'il rêvait d'avoir une équipe depuis longtemps.

« Jusqu'à novembre l'an dernier j'étais du mauvais côté du grillage en F1, » a expliqué Fitzpatrick selon AUTOSPORT. « Ma plus récente expérience en F1 a été de me rendre au Grand Prix de Singapour avec un ami, nous avons parlé sur la piste et à la fin de la course nous avons vu les supporters devant le muret des stands, qui regardaient les stands. J'ai dit que nous devions trouver un moyen d'y aller. »

« Pendant longtemps j'avais l'ambition de posséder une équipe de F1, j'espérais qu'Ovo Energy marcherait assez pour posséder une équipe, mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit en 2015. »

Le défi a séduit Fitzpatrick

Stephen Fitzpatrick a contacté l'administrateur en charge du sauvetage de Manor Marussia en novembre. La situation semblait désespérée mais le défi de sauver une équipe que Jules Bianchi avait amené jusqu'aux points à Monaco l'a séduit.

« Après avoir traversé cinq années difficiles, être entrée dans les points et pris la neuvième place au championnat, avec deux années dans le top 10, avoir atteint une stabilité financière et en devant recevoir l'argent, manquer d'argent au dernier moment... ça semblait être une trop belle histoire pour que ça s'arrête là, » estime-t-il.

« Une des choses qui m'a vraiment motivé était la belle histoire que ça pourrait être de trouver un moyen d'aider cette équipe à survivre. »

Les finances sont désormais solides

Au cours des derniers mois, Stephen Fitzpatrick et les gestionnaires de Manor Marussia ont dû négocier avec plus de 200 créanciers et fournisseurs pour que l'équipe puisse renaître.

« Nous les avons contactés un par un, en établissant des relations avec les créanciers et les fournisseurs, en passant de nouveaux accords commerciaux avec eux, et en sortant l'entreprise du redressement judiciaire, en gérant l'inscription à la FIA, en gérant la FOM, les contrats du moteur et pour le design, » détaille Fitzpatrick.

« Dans 10 jours nous serons à Melbourne avec une plateforme de business très solide et propre sur laquelle opérer. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez