Publié le 05/07/2015 à 08:27

F1 - CVC ne veut pas vendre les droits

F1 - CVC veut conserver les droits

Alors que le Qatar et RSE sont intéressés par les droits commerciaux, Bernie Ecclestone assure que CVC est obligé de vendre. Le fonds d'investissement dément.

Des rumeurs indiquent que le Qatar et RSE Ventures pourraient s'associer pour racheter les parts de CVC dans les droits commerciaux de la F1. A Silverstone, Bernie Ecclestone, gestionnaire de ces droits commerciaux, a confirmé cette possibilité.

Ecclestone assure même que la nature de CVC l'oblige à vendre ses 35,5% de parts, pour tirer un bénéfice de l'investissement, et qu'une date avait été fixée dans le contrat. Elle a été repoussée.

« C'est comme un fonds spéculatif, » a déclaré Ecclestone à Motorsport.com. « Ils investissent l'argent des gens pour une période donnée. »

« Peu importe s'ils le font bien, ils doivent leur rendre. Peut-être qu'ils réinvestissent, peut-être pas, je ne sais pas. Ils ont dépassé leur date de vente. Ils l'ont repoussée quelques fois. »

Bernie Ecclestone a ajouté que Donald Mackenzie, le Président de CVC, « ne veut pas vendre ». Si la vente au Qatar et RSE ne se confirme pas, Ecclestone et Mackenzie pourraient racheter les parts en leurs nom propre, peut-être avec d'autres investisseurs. « Nous parlons, » a simplement précisé Ecclestone.

CVC ne veut pas vendre

CVC assure de son côté que rien ne l'oblige à vendre ses parts, et que le fonds d'investissement n'en a pas la volonté. Il confirme son besoin de rembourser ses investisseurs mais il assure que cela est déjà fait. Une clause l'oblige-t-elle à revendre les parts ?

« Non, ce n'est pas le cas, » a assuré Donald Mackenzie à Reuters. « Nous avons un fonds sur 12 ans, après nous devons rembourser l'argent. Nous avons déjà fait ça. Donc la pression n'est plus là. »

« Nous aimons être propriétaires (de la Formule 1), nous ne voulons pas la vendre. Il y a toujours des gens qui aimeraient l'acheter, c'est un très bon business. »

Reuters affirme cependant qu'une vente des droits au Qatar et à RSE pourrait se faire d'ici six semaines. En niant une volonté de vendre, Mackenzie cherche peut-être à faire monter les enchères.

Le reste des parts appartient à BlackRock, Waddell & Reed et Norges Bank, qui ne semblent pas avoir l'intention de les vendre pour le moment.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez