Publié le 08/07/2015 à 08:00

Suspense et spectacle dans l'histoire de la F1

Enquête sur le spectacle dans l'histoire de la F1

La F1 2015 est fortement critiquée pour son manque de spectacle et de suspense. Qu'en est-il vraiment ? Réponses avec ce qui, historiquement, a marché ou pas.

Voici notre troisième dossier sur la F1 moderne. Après celui sur les critiques puis celui sur les performances, nous avons étudié l'évolution du spectacle, du suspense et des dépassements au fil des âges, décennie par décennie. Cette analyse se base uniquement sur des chiffres, qui, par définition, ont aussi leur limite. Libre à chacun d'avoir sa propre sensibilité, selon ses pilotes favoris ou écuries fétiches. Peu de suspense mais du spectacle, du suspense mais pas de spectacle, des performances mais pas de dépassements, des dépassements mais pas de performances... Les combinaisons, on va le voir, sont infinies.

Entre fantasme et réalité, la F1 ne va pas naturellement de pair avec des notions comme le suspense, l'équité et le spectacle garanti à tous les coups. Ce sport, un des rares à mettre autant en avant une dimension technique, porte en lui-même une partie du poison qui de temps en temps agit contre ses propres intérêts.

Jugez plutôt avec ces quelques constatations premières :
- en 65 ans de F1, seules neuf saisons ont vu un pilote être titré au volant d’un voiture qui, elle, n’a pas remporté le titre des constructeurs (crée en 1958) : 58, 73, 76, 82, 83, 86, 94, 99, 08.
- depuis 1958, il n’y a eu que 15 écuries sacrées chez les constructeurs, et encore, certaines étaient en fait les mêmes, seul le nom ayant changé (ex : Tyrrell appelée Matra International en 69, redevenue Tyrrell, rachetée par BAR, puis Brawn et enfin Mercedes ; ou encore Benetton puis Renault). Cela en fait finalement 11 seulement.
- 40 saisons sur 65 ont vu une écurie gagner plus de la moitié des GP dans une saison. Avec des taux parfois autour de 80%, jusqu'à même 100% !
- seuls 28 titres pilotes se sont décidés à la dernière course, en 65 ans.
- il n’est arrivé que 10 fois de voir 3 pilotes ou plus '4) en lice pour un titre.

Maintenant, voyons la tendance, décennie par décennie.

- Les années 50

Ce sont les débuts du championnat du monde pilotes. Les statistiques sont déjà claires et peu favorables (accentuées par un calendrier encore peu fourni). C’est la décennie la moins ouverte de l’histoire.
Les dix saisons ont vu une écurie gagner plus de 50% des GP, dont deux avec le taux historique de 100% de réussite (1950 avec Alfa et 1952 avec Ferrari).
Chez les pilotes, six saisons ont vu un pilote gagner 50% de GP et plus. 1952 et 1954 sont les saisons où le taux atteint des records : 85% en 1952 et 75% en 1954. Fangio a remporté 5 titres sur 10.
Malgré cela, cinq titres se sont joués à la dernière course (50, 51, 56, 58, 59) mais c’était surtout dû au petit nombre de GP et au faible barème de points (8 pts pour le vainqueur, 6 pour le second).
A la fin des années 50, le nouveau format des courses (300 km au lieu de 500) a changé la donne. Le départ à la retraite de Fangio aussi ! Après l'Argentin, et bien aidé par la nouvelle formule 1,5 litre, il y a eu 6 champions du monde différents en 7 ans.

- Les années 60

Elles démarrent dans la tradition des 50’s. En 1960 et 1961, une écurie domine les débats avec plus de 60% de victoires.
En 1963, Clark atteint les 70% de victoires. Jamais un champion n'avait marqué 2 fois plus de points que son dauphin. C'est le plus gros écart jusqu'en 1971 et 1992 ! Pendant dix ans, le champion du monde a toujours été titré sur la voiture championne du monde des constructeurs.
A partir de 1966 et le lancement de la formule 3 Litres, tout s'équilibre enfin. La F1 change. Le titre se joué à 4 reprises à la dernière course. On atteint pour la première fois le total de 7 vainqueurs différents dans une saison (1968). Cela augure d'une prochaine décennie fantastique.

- Les années 70

Justement, ce sont les années où tout devient de plus en plus disputé. Hormis 1973, aucune écurie n’a jamais gagné plus de 50% des GP. Un seul pilote a atteint ce taux (1971). Jamais il n'y a eu ni n'aura aussi peu de domination.
A partir de 1974, il y a toujours au moins 6 vainqueurs différents, jusqu'à 9 en 1975.
1976 est dans le Top 5 des saisons les plus serrées de l’histoire, l’accident de Lauda ayant un peu superficiellement changé la donne. Avant son accident, il était largement en tête.
C’est en 1973 seulement que, pour la première depuis 1958 (création de la coupe constructeurs), un pilote a été champion sur une voiture non titrée chez les constructeurs. Stewart l’a emporté sur une Tyrrell. Lotus a été titrée.
Le titre, pendant cette décennie, ne s’est pourtant joué qu’à 2 reprises à la dernière couse (74 et 76). Comme quoi on ne peut pas tout avoir !

Le pire ennemi ? Les dominations outrancières !

- Les années 80

Le show des 70's perdure. Mieux, le suspense est à son comble. Mieux il s'accentue encore un peu plus. Le titre s’est joué à 5 reprises à la dernière course, de 1981 à 1984, puis en 1986.
En 1982, le taux de victoire d'une écurie chute historiquement à 25%, 12 pour un pilote (Keke Rosberg, champion). Cela s'explique par la mort de Gilles Villeneuve et l'accident de Pironi chez Ferrari. Il y a cette année-là 11 vainqueurs différents, le record absolu. Les autres années, c'est entre 5 et 8.
Le taux de victoire d'un champion du monde se réduit à 5 et moins pendant 9 ans.
A trois reprises, le pilote champion l’a été sur une voiture non titrée chez les constructeurs (82, 83, 86). Hormis en 1988, aucun pilote n’a remporté plus de 50% des GP.
Les dépassements sont à une excellente moyenne de 40 par course. Les meilleurs saisons en ce domaine sont 1985 et 1984.
Mais cette tendance s'effondre au milieu des années 80. On arrive à un nouveau tournant, celui des dominations. Les écarts se creusent violemment lorsque la technologie turbo est prise en main par les constructeurs : Porsche, Honda...
En 1988, McLaren écrase le championnat avec 93% de victoires. Le deuxième taux le plus fort de l'histoire. En 1989, avec l'arrivée de l'ère du V10 atmo, McLaren domine moins mais remporte plus de 60% des courses.
Aucun titre ne se joue à la dernière course à partir de 1987. Heureusement, il y a le duel Prost/Senna qui fait oublier que la F1 est alors sous le joug d'une domination. Et cela vient seulement de commencer...

- Les années 90

Les dominations s'amplifient : McLaren, Williams, Benetton dépassent toutes les 60% de victoires. Jusqu'à 75% pour Williams en 1996. Six pilotes remportent le titre avec plus de 50% de victoires.
A partir de 1994, les dépassements s’écroulent. Exactement quand les ravitaillements en essence sont de retour. La moyenne chute à moins de 20 par GP. Le pire étant 1996, avec autour de 10 par gp. C'est la deuxième pire de l'histoire côté dépassements (après... 2005!).
Deux champions atteignent le nombre de 9 victoires par saison. Ce n'était jamais arrivé avant (il y avait déjà plus de 15 gp depuis longtemps).
Pourtant, nouvelle contradiction, cinq titres se sont joués à la dernière course, dont consécutivement de 1996 à 1999. Mais jamais entre plus de 2 pilotes.
En 1994 et 1999, l’écurie championne des constructeurs laisse échapper le titre mondial chez les pilotes.

- Les années 2000

Le nouveau millénaire a des airs de F1... des années 50 ! Ferrari enregistre des taux effrayants de victoires : 88% de victoires en 2002 et 83 % en 2004. 72% pour Schumacher en 2004. Un seul titre se décide à la dernière course jusqu'en 2006. 11 et 13 victoires sont inscrites dans une saison par Schumacher. Seuls Mansell en 1992, Clark en 1963 et Stewart en 1971 ont autant écrasé un championnat dans l'histoire de la F1. Les dépassements sont dans la zone rouge, entre 13 et 18 par GP.
2005 est la pire saison de l'histoire pour les dépassements. Il n'y avait alors qu'un train de pneus pour toute la course. 2 dépassements seulement en Espagne, 5 en Australie, 4 à Magny-Cours, 6 au Brésil... Les F1 ne sont jamais allés aussi vite, mais elles ne se dépassent pas.
Il y a heureusement un rayon de soleil éphémère : la saison 2003, avec d'un coup 8 vainqueurs différents.
Ensuite intervient une rupture dans la décennie. A partir de 2006, ça bouge. Jusqu'en 2011, aucun pilote ne remportera plus de 38% des courses. On n'avait pas vu mieux depuis le début des années 80.
Trois fois de suite, le titre se joue à la dernière course. Dont entre 3 candidats en 2007. Pas plus de 50% de victoires pour une écurie.
2007 et 2008 deviennent les 2e et 3e saisons les plus serrées de l’histoire, après celles de 1984.
2008 voit Hamilton être titré alors que c’est Ferrari qui remporte le titre constructeurs.
On sacre champion du monde 5 nouveaux pilotes en 6 ans : Alonso, Räikkönen, Hamilton, Button et Vettel. Comme entre 1978 et 1982.
Rechute en 2009, avec la domination BrawnGP puis Red Bull et des dépassements qui en pâtissent à nouveau : 0 à Valence.

- Les années 2010

A partir de 2011, les dépassements explosent littéralement. C’est l’effet conjugué du DRS et des pneus Pirelli. En 2011, la moyenne de dépassement atteint les 60 par GP ! Le double du début des années 90. Ils sont devenus assez artificiels, mais il y en a !
Chez les pilotes, Vettel domine largement les saisons 2011 et 2013, avec plus de 68% de victoires lors de cette dernière année.
Malgré cela, le titre se joue à la dernière course en 2010, 2012 et 2014. Avec un record historique en 2010 : 4 pilotes étaient pour la toute première fois mathématiquement titrable.
2012 est tout de même la 4e saison la plus serrée de l’histoire. Il y a eu 8 vainqueurs différents. Ce n'est pas il y a un siècle, mais il y a 3 ans.
Petit à petit, les dépassements reperdent du terrain. Les pneus créent moins de spectacles.
A partir de 2014, tout rebascule dans le négatif. La domination Mercedes revient à des niveaux des années 50 : 84% de victoires. Pour la première fois depuis 1988 et surtout 1963, il n'y a que 3 vainqueurs différents. Hamilton remporte 11 courses en 2014. Mais les dépassements sont quand même au rendez-vous : 67 en Malaisie, 43 à Bahreïn, en 2015.
2014 ressemble à s'y méprendre à la saison 1988. Avec une lutte entre équipiers. Hamilton et Rosberg ont joué le titre à la dernière course. Ce qui a limité la casse.

Conclusion

Plusieurs périodes émergent comme les meilleurs en termes purement spectacle et suspense : 1958-1961, 1966-1984, 1986-1991, 1997-1999, 2006-2012.
Plusieurs autres en revanche n'ont pas été prolifiques : 1950-1957, 1962-1965 (hors 1964), 1992-1996, 2001-2004 (hors 2003), et 2014-2015.
Cela n'a pas toujours été la fête en F1 côté suspense et spectacle. Surtout depuis un tournant, la fin des années 80. Sur les 29 dernières saisons, 26 ont vu une écurie gagner plus de la moitié des GP.

Même les plus belles ères (Fangio, Clark, Stewart, Lauda, turbos, Prost/Senna, V10...) ont un temps déçu après nous avoir régalé. Rien n'est jamais gravé dans le marbre. L'histoire de la F1 est un tout, et le présent en fait partie.
Le plus intéressant à noter est que l'influence des règlementations est en fait assez faible. Au sein d'un même règlement, on a à la fois des saisons extraordinaires puis des saisons ternes. On a eu par exemple 2010 et 2012, avec la lutte Vettel/Alonso, mais ensuite 2011 et 2013 avec la domination Vettel. Même chose entre 2003 et 2002/2004. Pareil dans les années 80, avec une année de domination outrancière de McLaren (1988) après des années ouvertes comme jamais.

Finalement, on semble souvent oublier que le pire ennemi de la F1 est la supériorité technique d'une voiture et d'une écurie. Or, là-dessus, aucun règlement n'a vraiment de prise... A toutes les époques, c'est arrivé, souvent d'un coup, et pas forcément à l'occasion d'un changement règlementaire.
Deux autres éléments ont beaucoup réduit l'impression de spectacles dans la F1 moderne. Tout d'abord la fiabilité mécanique qui limite les surprises. Il n'était pas rare, jusqu'au début des années 90, de ne voir que 5 ou même 4 voitures à l'arrivée (hors Monaco 1996, avec 3 voitures à l'arrivée). Ensuite, le nombre de participants qui a chuté dramatiquement. On est allé jusqu'à 19 écuries, la dernière fois en 1989. Il y en avait encore 16 en 1992, 14 en 1994. Depuis 1996, il y en a eu entre 10 et 12. On a vu 50 pilotes en 1971, 45 en 1994. Il n'y en a plus que 20 cette année... Cela change aussi tout. Sans oublier que pendant des décennies, les accidents tragiques et les morts de pilotes ont énormément redistribué les cartes.
Contrairement à ce que l'on entend, les 10 dernières années apparaissent plutôt dans le haut du panier. On est très dur avec une époque où l'on ne voit plus des écarts aussi monstres que dans le passé. Il y a plusieurs fois eu 1 tour d'écart entre le 1er et le 2 d'un grand prix. Ce n'est plus le cas depuis 1995.
A partir de 1984, la grande tendance négative est de ne voir souvent que trois ou quatre voitures dans le même tour. Cela a duré très longtemps, jusqu'à environ 1997.

Il est vrai que 2014 et 2015 ont noirci le tableau. Et le problème n°1 s'appelle... Mercedes ! 2015 voit s'exercer sous nos yeux la domination la plus nette de l'histoire, avec 1988. Celle de Red Bull en 2010-2013 ou même Williams 1992-1993 n'est rien à côté. En Malaisie, sous l'effet de la victoire de Vettel, d'un coup, les critiques avaient disparu. Le dernier grand prix de Grande-Bretagne, avec la surprise Williams, a mis le feu à une saison jusque-là sous le joug de Mercedes. Pareil l'an passé avec les trois succès de Ricciardo. Là, plus personne se plaignait. Il faut évidemment changer tout ce qui ne va pas en F1: trop de pénalités, trop de règles, un moteur qui crée trop d'écart... Mais pas sûr que toute la bonne volonté du monde fasse perdre 7 dixièmes de secondes au tour aux Mercedes !

Photo de Thibault Larue

posté par :
Thibault Larue

Réagissez

Commentaire(s)20

mercredi 15 juillet 2015 à 03:24 bast dit : je suis jeune et les seul duel que j ai pu voir sont ceux livrer par alonzo , vetel et autres et n ayant connu le reste que par écrit presque par rumeurs je trouve les dernières saisons intéressante bien que les domination gâche un peu le suspens mais il est ainsi en f1 il s'agit d'un cycle d une ère qui finira comme les autres par disparaître soyons patient

dimanche 12 juillet 2015 à 17:06 ManorMarussia dit : Aaahhh niki... t'es vraiment qu'un sal gamin et encore je suis gentil ! Apprends a reflechir avant de parler. T'as quel age ? 7 ans ? tu connaissait meme pas la periode hunt.lauda et senna.prost. Ayayay,... Pauvre minable. Tu me fais pitié. Auvun respect.

samedi 11 juillet 2015 à 23:42 niki dit : Conclusion … maintenant la F1 est FADE ,pas intéressante pas regardable a moins de payer 30 euros pour une chaîne de merde , il faut compter 1000 euros pour voir un grand prix donc le spectacle sans spectateurs c'est assez drôle de voir que le wec en profite pour gagner de la popularité car la il y a du suspens jusqu'à la fin de la course .pour moi l'apogée de la F1 restera le duel niki lauda /James Hunt même si prost /senna en jette pas mal 😉

samedi 11 juillet 2015 à 11:30 SCHUMI33 dit : Merci Thibault pour cet énorme travail. Je suis tout à fait d'accord. la fiabilité il faut l'avouer est un peu tueuse de suspens car lorsque je me replonge dans les batailles Schumacher/Hakkinen, je réalise qu'à l'époque les pilotes avaient des soucis mécaniques au moins une fois sur 3, voir 2 courses, ce qui permettait de garder en haleine le championnat. Mercedes loin devant et les autres pas là où ils devraient être et l'on obtient des saisons tristounettes. Soyons patients.

jeudi 09 juillet 2015 à 14:23 LLM 01 dit : Super article. Vivement le suivant!

jeudi 09 juillet 2015 à 12:50 Nanbawan dit : La domination de l'équipe Mercedes est le principal facteur du manque de suspense. Avec son moteur mais je dirais surtout sa voiture comme on l'a vu sur les courses récentes qui ont démontré à quel point ce châssis était abouti dans toutes les circonstances en plus de pouvoir exploiter au maximum le potentiel du groupe propulseur. Pas de miracle, ils ont de loin dépensé le plus dans le développement et très bien préparé leur coup avec une équipe très pro mais il est vrai qu'en plus les circonstances leur sont globalement favorables. Red Bull - Renault n'est pas là où elle devrait être et ne parlons même pas des Mac Laren - Honda et donc de Button et Alonso, ce qui retire un bon nombre de compétiteurs du haut de l'affiche. Ferrari s'est parfois pris les pieds dans le tapis et ils ne sont pas aidés par Pirelli qui a décidé de ne pas prendre de risques avec ses gommes qui obligent à effectuer un seul arrêt en course et donc empêchent la Scuderia de jouer sur le facteur pneus pour combler l'écart. Pirelli n'a pas su ou pas voulu fournir des gommes qui permettent d'attaquer tout en forçant plusieurs arrêts et de ce fait, ces gommes dures amplifient l'avantage de Mercedes qui n'a plus aucun point faible. Après, le règlement technique qui ne permet pas aux pilotes de se battre sans des gadgets comme le DRS ; un règlement moteur dont le législateur et les constructeurs n'ont pas bien perçu les conséquences ; les difficultés pour les non top teams ; des monoplaces pas très jolies et dans une moindre mesure un son qui a changé ainsi qu'un tas d'autres petits facteurs contribuent à une perception négative très amplifiée par les gémissements et les complaintes perpétuelles et exagérées du monde du Net. Pourtant... Un safety car ou quelques gouttes et la magie semble de retour, comme quoi il ne manque pas grand chose... Mais c'est vrai qu'on a pas été super gâté jusque là cette saison pour ce qui est des rebondissements.

jeudi 09 juillet 2015 à 10:23 Kotjed dit : Article très intéressant comme d'habitude ! Merci M. Larue.

jeudi 09 juillet 2015 à 08:03 Thibault Larue (Sport Auto) dit : Merci à tous ! Continuons le combat ! 😜

jeudi 09 juillet 2015 à 02:39 capitaine flam dit : Très bon article.

mercredi 08 juillet 2015 à 23:13 @guigui dit : J'ai pu lire ces derniers mois qq articles dans la presse d'outre manche ou les pilotes décrivent la conduite d'une F1 actuelle par rapport aux F1 de 2013. Selon eux une F1 actuelle est tout sauf "facile" a conduire. Avant c'était très "physique". Il y avait plus de G's dans les virages et au freinage. Par contre ils pouvaient accélérer a fond des le point de corde (apex) et même en deuxième, sans que la voiture "branche". Aujourd'hui c'est moins physique, soit moins de G's dans les virages certes, mais la puissance des groupes propulseurs actuels fait patiner les roues arrière même en 4e, sans parler qu'ils doivent maintenant gérer plus les pneus et veiller sur la consommation de carburant. La conduite n'est pas devenu plus facile mais différente ;-) en qq sorte ils sont passés d'une conduite ultra physique a une conduite ultra technique. Mais je suis d'accord qu'il faut augmenter la conduite physique. Mais pas qu'avec plus d'aero mais aussi et surtout avec plus de grip mécanique ;-) Et merci a Thibault pour ce article majestueux ;-)

mercredi 08 juillet 2015 à 20:35 SCHUMI-CORSE dit : @Thibault, merci encore pour tes analyses documentées et détaillées. Tu as grandement contribué à ma (nouvelle) vision de la F1, même s'il subsiste toujours un peu de "mauvaise foi" dans mes commentaires (surtout au niveau du bruit des moteurs, auquel je n'arrive toujours pas à me faire), quand je lis ceux d'autres fans (hors de ton blog) je comprends ta consternation et le petit "coup de pompe" que tu as eu l'an dernier. Merci encore pour ton énorme travail!

mercredi 08 juillet 2015 à 17:42 MB1 dit : Le tracé en Inde était sympa pour les pilotes mais pas pour le spectacle, les deux courses là bas ça a été des purges...

mercredi 08 juillet 2015 à 14:28 guigui dit : analyse très intéressante!! néanmoins il y a tout de même 2 éléments non cités qui, probablement, aurait mérité de l'être: 1. le pilotage moins physique et plus "facile" des F1, devenues moins sélectives. il y a moins d'erreurs et des gamins peuvent piloter ces autos. ce sont des pilotes moins charismatiques. ajd il est difficile d'aimer un pilote plus qu'un autre. 2. Ecclestone, à force de courir après un argent qu'il ne pourra bientôt plus dépenser, a installé trop de GP dans des pays dont les tribunes sont vides, sur des circuits sans saveur (trop peu de nouveaux circuits offrent de spectacles, et les bons sont supprimé, comme le GP d'Inde...), ce qui renforce cette impression d'ennui à la TV. tandis qu'à silverstone ce weekend: 140 000 spectateurs déchainés!!

mercredi 08 juillet 2015 à 13:22 avocado dit : Comme il l'est dit dans cet article très statistique c'est la course à la technologie qui tue un peu la F1 en donnant un avantage décisif en course. Mais la F1 a toujours fonctionné de cette maniére. Aujourd’hui ce sont ces règles stupides de jetons sur les groupes propulseurs ainsi que ces pénalités parfois incompréhensibles qui empoisonnent l'esprit de la F1. Il faut redonner un peu plus de liberté aux motoristes pour qu'ils comblent leur retard sur le(s) meilleurs et nous retrouverons alors des GP beaucoup plus attractifs.

mercredi 08 juillet 2015 à 12:38 gil49 dit : Le coup de grace, c'est quand même des usines à gaz et des bruits de pétrolette !

mercredi 08 juillet 2015 à 11:03 ManorMarussia dit : Super article, bravo a Thibo Larue. Pour la conclusion, j'aurais pas dis mieux !

mercredi 08 juillet 2015 à 09:58 Patatrice dit : Oui super article comme d'habitude, je rajouterai juste que la domination actuelle de Mercedes est exacerbée par son duo de pilotes excellent et très homogène . Et si d'un côté cette domination assomme le championnat, de l'autre la rivalité Hamilton/Rosberg tient en haleine le public jusqu'au bout de toutes les courses ou presque tant les écarts sont faibles entre ces deux pilotes.

mercredi 08 juillet 2015 à 09:24 zarquos dit : C'est un détail, l'article est bon, comme d'habitude :)

mercredi 08 juillet 2015 à 09:19 Thibault Larue (Sport Auto) dit : Exact ! Je vais rajouter les prénoms ! Merci

mercredi 08 juillet 2015 à 09:05 zarquos dit : Il y a des fois où le prénom des pilotes peut servir, ça fait un peu bizarre de lire "Rosberg, champion" ou "la mort de Villeneuve" O_o Ca fait aussi bizarre de lire "A partir de 2011, les dépassements explosent littéralement. C’est l’effet conjugué du DRS et des pneus Pirelli", on a tendance à oublier que les pneus Pirelli étaient bons pour le spectable au début (surtout ceux qui explosaient en cours de route, on se demandait "A qui le tour ?" avec du pop-corn à la main). Mercedes domine oui mais il ne faut pas oublier qu'ils ont rongé leur frein pendant des années et des années, donc tant mieux pour eux, aux autres de faire leur retard (et à la réglementation d'aider les autres à faire les retards sans placer artificiellement du lest sur les voitures Mercedes).