F1 - Comment Häkkinen a battu Schumacher à Spa

F1 - Häkkinen et son dépassement sur Schumacher

Mika Häkkinen a réalisé un dépassement sur Michael Schumacher resté dans l'histoire en 2000 à Spa. Le Finlandais raconte la préparation de cette manoeuvre.

A Spa en 2000, Mika Häkkinen a réalisé l'un des dépassements les plus spectaculaires de l'histoire, sur Michael Schumacher. Cette course ne pouvait pas lui échapper.

Häkkinen avait signé la pole et il menait en début de course, sur une piste humide. Il a ensuite fait une erreur, ce qui a offert la tête à Schumacher.

« J'ai fait une petite erreur à Stavelot, en touchant un vibreur, et le résultat a été un désastre : j'ai fait un demi-tête-à-queue dans l'herbe, et avant que je puisse contrôler la voiture et repartir, Michael était passé, me reléguant à la deuxième place, » déplore le Finlandais dans son blog sur le site de McLaren.

« Je m'en voulais. Mais j'étais déterminé à ne rien faire de stupide, donc je me suis concentré pour avoir un pilotage doux et sensible, en consolidant ma deuxième place. Devant moi, Michael enfonçait vraiment le clou, et au 20ème tour il était 10 secondes devant. »

Häkkinen a commencé à réduire l'écart : « Une trajectoire était sèche sur la piste, mais c'était encore humide hors trajectoire, donc rouler à fond était un risque, parce que je savais que la moindre erreur serait punie par un nouveau demi-tête-à-queue, ou pire, ce que je ne pouvais pas me permettre. Mais, malgré ça, j'ai commencé à attaquer plus, et j'ai commencé à rapprocher ma McLaren-Mercedes argentée de la Ferrari rouge écarlate de Michael. »

La première tentative a été ratée

Une fois revenu sur Michael Schumacher, Mika Häkkinen a voulu attaquer une première fois Michael Schumacher après l'Eau Rouge. L'Allemand a réagi avec un manoeuvre discutable.

« Au 40ème tour, j'étais dans ses roues, » explique Häkkinen. « En arrivant à l'Eau Rouge dans ce tour là, nous avons tous les deux momentanément levé le pied, et nous avons ré-accéléré avant Les Combes. L'Eau Rouge était un virage majestueux à cet époque, presque à fond mais pas totalement, un vrai défi pour l'homme et la machine. Je l'avais bien pris, peut-être un peu mieux que Michael, et, en approchant la zone de freinage pour Les Combes, j'ai décidé de tenter de freiner plus tard que lui. »

« J'ai plongé le nez de ma McLaren-Mercedes aux côtés de sa Ferrari, et j'étais préparé à freiner tard. Mais Michael m'a vu arriver, et il s'est rapproché de moi, à 300km/h (...), son pneu arrière-droit a touché la dérive gauche de mon aileron avant et j'ai levé le pied pour abandonner la manœuvre. »

« Après la course, Michael a reçu beaucoup de critiques pour cette manœuvre à haute vitesse mais, maintenant, 15 ans après, je n'ai pas de problème avec ça. J'ai énormément aimé ma carrière en Formule 1, et l'un de ses moments forts a été ma rivalité permanente avec Michael. Je le respectais, et je pense qu'il me respectait. On se battait vraiment, mais la plupart du temps nous nous battions également sportivement. C'était un concurrent d'une combativité terrifiante, mais on pourrait dire ça de tous les grands champions. On ne remporte pas sept championnats du monde en étant doux, et Michael ne l'a jamais été, mais il était un superbe pilote, l'un des meilleurs de l'histoire du sport en fait. »

Häkkinen devait prendre un risque

Les dégâts sur la McLaren étaient minces et dans le tour suivant, Mika Häkkinen a décidé de s'attaquer une nouvelle fois à Michael Schumacher, en prenant plus de risques.

« Dans le reste du tour 40, je pouvais voir que, même si ma dérive d'aileron avant était un peu endommagé, ma voiture avait toujours un bon comportement, » souligne-t-il. « Je sentais que l'entrée des Combes était le seul endroit où je pouvais doubler Michael, mais je savais aussi que ma manœuvre devait être très décisive, tout simplement parce que Michael n'abandonnerait pas la tête facilement. Il l'avait déjà clairement montré. Donc, quand nous avons débuté le tour 41, j'ai décidé de prendre un risque. »

« C'était un gros risque, mais un risque calculé. J'allais prendre l'Eau Rouge à fond. A cette époque, prendre l'Eau Rouge à fond n'était pas une chose pour les timorés. C'était extrêmement difficile, et la sanction si on se manquait était en général un énorme accident. Pire que ça, la piste était encore humide hors de la trajectoire, donc je savais que je devais être parfait au millimètre, une chose pas évidente à faire dans le virage le plus intimidant au monde, le pied au plancher, en visant la corde dans une sortie à l'aveugle. »

L'Eau Rouge à fond

Pour prendre l'Eau Rouge sans lever le pied, Mika Häkkinen a dû accepter de prendre un grand risque. S'il échouait, tout espoir était perdu.

« En approchant ce fameux virage, j'étais juste derrière Michael, » précise-t-il. « En tournant, chaque fibre de mon être m'implorait de lever le pied. J'ai décidé de compter jusqu'à trois, en me préparant à garder le pied planté sur la pédale en comptant, en sachant qu'en arrivant à trois, soit j'aurais pris l'Eau Rouge à fond, soit j'aurais fini dans les barrières. Il n'y avait pas de demi-mesure, j'en étais sûr à 100%. »

« "Un", ai-je dit à haute voix, et la voiture a commencé à trembler, prise d'assaut par d'énormes forces G, latérales et frontales. Je savais que je devais me battre avec la voiture si je voulais éviter un accident, et je serai honnête : je savais aussi que je devais combattre ma propre peur. »

« "Deux", ai-je haleté, en regardent le volant alors que la voiture allait dans un sens puis l'autre. Durant une fraction de seconde, juste au milieu du virage, j'ai pensé que je n'allais pas pouvoir pas la contrôler. La voiture était vraiment sur un fil, mais après elle a repris l'adhérence. »

« "Trois", ai-je lâché, alors que la voiture sortait avec effroi du virage. Encore une fois, la voiture est restée en piste. Je l'avais fait. J'avais pris l'Eau Rouge à fond, dans une course, pas une séance de qualifications, avec seulement une fine trajectoire humide sur laquelle le faire. »

Zonta au centre du dépassement

C'est alors que Mika Häkkinen a pu réaliser son célèbre dépassement sur Michael Schumacher. Les deux hommes prenaient un tour à Ricardo Zonta, et sa présence a aidé le Finlandais.

« Devant moi, dans la ligne droite, Michael n'avait clairement pas pris l'Eau Rouge à fond, parce que je revenais très vite sur lui, » décrit-t-il. «En approchant des Combes, devant nous j'ai vu la BAR-Honda de Ricardo Zonta. »

« Je me suis dit "Quel que soit le côté où Michael ira, j'irai de l'autre". Il est allé sur la gauche, donc je suis allé sur la droite, en freinant aussi tard que je l'osais, sur une piste encore humide, à 300km/h (...). En tournant, je l'avais fait, j'avais doublé Michael, j'avais repris la tête. »

Schumacher a tenté de mettre la pression sur Häkkinen, en vain: « J'ai conservé mon calme, en murmurant "Mika, reste calme, reste calme, reste calme", » s'amuse-t-il.

Häkkinen a finalement décroché l'un de ses plus célèbres succès.

Schumacher reste dans un état inconnu

Les duels entre Michael Schumacher et Mika Häkkinen appartiennent désormais à l'histoire. Cette rivalité a laissé place à une certaine complicité. Schumacher conserve des séquelles inconnues de son grave accident de ski et Häkkinen souhaite le revoir sur pieds.

« Je ne prétends connaître aucun détail sur sa condition, mais j'ai été satisfait de voir que dans une interview vidéo diffusée il y a quelques mois, sa manager Sabine Kehm a dit que sa condition s'améliorait lentement, » indique-t-il.

« J'espère et je prie pour que ces signes encourageants se poursuivent. Non, il ne fera plus jamais de course, non, il pourrait ne jamais remarcher, il pourrait ne jamais reparler, d'après ce que je sais. Mais, de l'autre côté, il pourrait. Les miracles se produisent parfois, et j'espère vraiment qu'un miracle se produira pour Michael rapidement. »

« Continue à te battre, mon vieil ami. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)15

jeudi 20 août 2015 à 18:46 SCHUMI-CORSE dit : Bonjour à tous! @élgé, parles de racket, d'ailleurs je peux te comprendre vu le piètre spectacle...mais je n'oublie pas une chose, c'est que malgré tout, nous qui avons regardé ce GP sur TF1, n'avons pas vu ce dépassement en "live" car il a eu lieu pendant la coupure pub!!!! Je ne l'ai jamais pardonné à cette chaîne qui est, depuis, tombée bien bas... Concernant ce dépassement, je ne suis pas prêt de l'oublier! Il était magnifique! Même si, à l'époque j'ai pesté contre Hakkinen, que je détestait plus que tout (il n'y a qu'à lire mon pseudo pour comprendre pourquoi...)! Aujourd'hui je reconnais volontiers que ce grand Monsieur fait définitivement partie des Grands de la F1, et qu'il aurait mérité de décrocher au moins un titre supplémentaire...malheureusement pour lui, il est tombé sur un Michael au sommet de son art. Mais ça ne changera jamais la très haute estime que j'ai (appris à avoir) pour ce grand pilote!

jeudi 20 août 2015 à 09:53 toufou dit : @hugolin ,c'est vrai on oublie souvent la carrière de Michel(le) Mouton en F1,n'importe quoi!!!

jeudi 20 août 2015 à 00:19 de barros dit : Récit palpitant qui rappelle la F1 de l'époque (les fameux V10 atmo qui hurlaient à 19000tr/min). Manfred7 ta précision est vraiment instructive car en F1 c'est toujours dans les détails que la course se joue. J'avais 10 ans lorsque Mika hakkinen fait ce dépassement et je m'en rappelle encore!

mercredi 19 août 2015 à 20:45 Antho dit : Merci MANFRED pour ces précisions !

mercredi 19 août 2015 à 17:42 emmanuel dit : Exact MANFRED7, d'ailleurs P.Tambay dans ses commentaires de l'époque sur Kiosque l'avait très justement remarqué.

mercredi 19 août 2015 à 12:11 chris31 dit : Mika Hakkinen devrait se reconvertir comme écrivain de polar ! ;) Quel mec sympa !

mercredi 19 août 2015 à 12:03 GmaXgac15 dit : Quelle Course je me rappelle comme si c'était hier... Puis il en a eu des Grand prix passionnant a Spa comme en 2008 ou en 2010. C'est pas cette année Qu'il aura Une course aussi Spectaculaire Que celle la

mercredi 19 août 2015 à 11:22 MANFRED7 dit : Le récit de ce dépassement par Mika Hakkinen était passionnant. Toutefois, le pilote finlandais a omis de préciser que malgrès son courage et sa détermination, un élément extérieur tout à fait indépendant de sa volonté l'a grandement aidé dans cette manoeuvre. Il s'agit d'une erreur commise par les mécaniciens de Ferrari. Je vous explique, La Scudéria, en contrat avec Météo France à l'époque avait obtenu des prévisions météo très fines qui tablaient sur un début de grand prix pluvieux puis une éclaircie avec une piste totalement sèche en fin de course. Les ingénieurs Ferrari avaient donc opté pour une F1 fortement chargée en appuis aérodynamiques favorisant la tenue de route au détriment de la vitesse de pointe. Il était donc prévu de programmer le ravitaillement dès que les conditions de piste s'amélioreraient et d'enlever en même temps cet appui aéro. superflu. Mais celà ne fut pas possible ! Les mécaniciens avaient en effet monté par erreur sur la voiture de Schumacher un aileron équipé de cornières dites en "X" ou enlever l'appui est impossible au lieu d'un aileron modifiable équipé de cornières en"Y" . Le résultat de cette bourde, ou "cagade" provoqua des conséquences catastrophiques : Schumi, handicapé par un appui trop fort et désormais inutile dans ces conditions dégrada ses pneus de manière excessive et fut pénalisé de 10 Km/H en vitesse de pointe par rapport à Hakkinen. Dés lors, la messe était dite et la Mc Laren du "blondinet" revint comme un boulet de canon dans les rétroviseurs du "Kaiser". La manoeuvre fut belle, mais sans cette erreur, jamais Hakkinen ne serait passé. Les grandes victoires sont parfois dûes à peu de choses. (Je pense que Jean TODT a du exécuter le mécanicien incriminé !) Il convenait donc de raconter l'histoire en totalité afin que la vérité soit connue... ce qui n'enlève rien au beau dépassement de Hakkinen ... mais faut-il rappeler qu'en fin de saison c'est Schumacher qui décrocha le titre (Je vous invite d'ailleurs à revoir le GP de Suzuka 2000, un autre moment d'antologie !). Bonne lecture.

mercredi 19 août 2015 à 11:12 CarCircus dit : Grand prix mémorable, encore plus pour le pilote au milieu, incrédule à la vue de ce dépassement historique, la classe Hakinen

mercredi 19 août 2015 à 01:14 Antho dit : Merci celui qui m'a fait découvrir la F1 (la vrai) et qui m'a fait supporter Mc Laren ! Merci également pour ton autographe !

mardi 18 août 2015 à 20:08 witura dit : Grand respect pour ce pilote , revenu de loin lui aussi après un terrible accident , celui que certains qualifiaient de froid et insensible a montré parfois qu'il n'en était rien , la discrétion et la réserve faisaient partie de son caractère en plus de ses qualités de pilotage . Je me souviens de cette course , malgré son erreur , mon intuition me disait que ce grand-prix ne pouvait pas lui échapper , et la suite avec ce fameux dépassement fut , naturellement , a son avantage , ce jour là , il était imbattable , touché par la grâce . Cette bagarre avec le grand rival Shumacher restera parmi les faits marquants de cette époque .

mardi 18 août 2015 à 19:45 alex dit : superbe souvenir de cette magnifique époque avec MR Hakkinen ! quel pilote ! quel bagarre ! pour ceux qui veulent la vidéo est sur YouTube ;-)

mardi 18 août 2015 à 18:32 avocado dit : Récit fascinant de ce pilote qui aura marqué son époque par son talent et sa générosité.Spa à l'époque c'était aussi l'arrêt de bus à négocier et il y avait souvent du grabuge à cet endroit.

mardi 18 août 2015 à 18:10 NandoCampeon dit : un des plus spectaculaire depassement de la F1 des années 2000 avec les v10 hurlants à 18 000 trs/mns !et oui c'était mieux avant ...

mardi 18 août 2015 à 17:57 elgé dit : récit passionnant pour les passionnés qui se rappellent de ce moment vécu en direct dans la petite lucarne. et dire que maintenant faut payer pour voir un spectacle 2 crans en dessous. non merci, pas de racket pour moi.

poool/views/script not found