Publié le 23/08/2015 à 19:04

Les notes des pilotes et du GP

Le carnet de notes du GP F1 de Belgique 2015

Sport Auto.fr note tous les pilotes à l'issue de chaque grand prix. La meilleure, à Spa, est de 18 pour Hamilton et Grosjean, la pire de 10 pour Nasr.

Lewis Hamilton - Mercedes - 18/20

Maitrise parfaite et sans encombre d’une pole position une nouvelle fois acquise de mains de maître. Sur un tour, il est royal. Et cette fois il n’a pas tremblé au départ, contrairement à Silverstone et Budapest, conservant sa position de tête malgré la menace de Pérez. Il a juste connu une petite alerte en baissant de rythme après son premier changement de pneus et lors de la gestion de la voiture de sécurité virtuelle, Rosberg revenant d'un coup de 4 à 2 secondes. Mais cette règle est tellement difficile à comprendre que même les pilotes semblent avoir du mal à l'appliquer. Lewis n'a pas eu d'adversaires directs, Rosberg perdant des places au départ. Hamilton est le boss cette saison.

Romain Grosjean – Lotus - 18/20

Meilleur qualif (4e) depuis les USA 2013, et premier podium toujours depuis Austin 2013, Grosjean est un des héros du week-end. Surtout qu’il n’avait pas roulé le vendredi matin, puis peu l’après-midi, et qu’il avait en plus hérité d’une pénalité de 5 places sur la grille. Grosjean a multiplié les dépassements (deux sur Bottas) et a bénéficié de la très bonne stratégie de Lotus qui l’a arrêté sous la voiture de sécurité virtuelle. Il est remonté lentement mais sûrement sur un Vettel sur une stratégie à un arrêt de moins, avant la crevaison de ce dernier. Serait-il passé sinon ? Sans doute vu l’état des gommes arrières de l’Allemand. Un podium au final mérité.

Sebastian Vettel – Ferrari - 17/20

Course encore une fois intelligente de Vettel, un week-end où Ferrari n'était étonnamment pas dans le coup. Mal qualifié, il était parti pour revenir sur le podium à l'aide d'une stratégie à un arrêt. Etait-ce trop risqué ? Non, car Vettel est coutumier du fait, et faire plus de 28 tours en mediums n'est pas non plus mission impossible, la limite étant de 35 tours selon certaines estimations. Il avait adapté son rythme pour aller au bout. Oui, si l'on considère que la voiture de sécurité virtuelle lui offrait une occasion en or de changer de pneus à moindre frais. Ce qu'ont fait ses adversaires directs pour le podium. Le pari maintenu a toutefois été perdu la faute à une crevaison. On n'en connait pas encore les causes, mais même si Pirelli inquiète après l'explosion d'un pneu sur la Mercedes de Rosberg vendredi (pas de même nature), on doit quand même noter que Vettel mettait souvent les roues hors-piste. A voir si ces passages sur les bas-côtés sont la cause ou non de cette explosion. Quoiqu'il en soit, Vettel, choqué à l'arrivée, peut brûler un cierge. Si cette crevaison était arrivée 100 m avant dans le Raidillon....

Daniil Kvyat – Red Bull - 16/20

Pilotage musclé, notamment dans les dépassements, mais de quoi remonter de la 12e à la 4e place. Le Russe, même s’il était devancé par Ricciardo avant l’abandon de ce dernier, a été chercher cette 4e place au courage, dans une bonne Red Bull. Il a commis une erreur, sans conséquence, au 9e tour dans sa lutte face à Bottas. Bonne stratégie aussi de son équipe lors de la voiture de sécurité virtuelle.

Nico Rosberg – Mercedes – 16/20

Au final, il ne fait pas un mauvais grand prix, pour un pilote qui a perdu 3 places au départ. De sa faute, comme il l'a reconnu. Alors qu'il semblait sans réaction en début de course, d'un coup, il a réussi à revenir à 4 secondes d'Hamilton puis à 2 secondes, sous la voiture de sécurité virtuelle. Mais Hamilton va plus vite quand il le souhaite et a géré ensuite un écart de 4 secondes. Dommage qu’en qualif, Nico soit si fébrile et se voit autant dominé en vitesse pure. Cela accentue l'impression négative sur son compte.

Sergio Pérez – Force India - 16/20

Sa Force India allait très vite en ligne droite mais a souffert dans les courbes du secteur 2. Cela lui a toutefois permis, excellent 4e sur la grille, d’être à deux doigts de prendre la tête au 1er tour. Ensuite, il n’a évidemment pas pu suivre le rythme des Mercedes mais s’est battu avec les Red Bull, reprenant en piste la place que Ricciardo lui avait subtilisée au stand. Il a aussi tenté de passer Rosberg, comme il l'avait fait avec Hamilton, après sa sortie des stands. En pneus tendres, il a souffert, avant de se reprendre avec les gommes mediums. Un excellent week-end tout de même pour le Mexicain même si, un temps, il ambitionnait la 3e place du podium. Elle n'était en fait pas envisageable à la régulière.

Max Verstappen – Toro Rosso - 16/20

Malchanceux aux essais (problème mécanique + pénalités), Verstappen a sorti la grosse attaque en course, avec une stratégie agressive à 3 arrêts. Il a notamment réalisé le plus beau dépassement en faisant l’extérieur à Nasr dans Blanchimont. Brouillon parfois (hors-piste au 10e tour), il a passé Bottas... en deux temps. Il a tout tenté aussi sur la fin sur Räikkönen, mais trop large aux Combes, il a vu le Finlandais reprendre l'avantage. Il est toujours porté vers l’offensive, tant mieux !

Daniel Ricciardo – Red Bull - 15/20

Abandon étrange de l’Australien alors qu’il pouvait espérer viser le podium, se trouvant devant Grosjean avant que tout se coupe à bord de sa monoplace lors d'une attaque sur Pérez. Il s'était fait, comme aux essais, une sacrée frayeur en haut du Raidillon.

Kimi Räikkönen – Ferrari - 14/20

Course difficile à juger tant sa mésaventure en qualif lui a coûté cher. 16e sur la grille, Kimi n’a pas réalisé un excellent départ et a ensuite dû batailler pour remonter. La Ferrari manquait de compétitivité et Kimi s’est plusieurs fois fait doubler, notamment par Kvyat. 7e à l’arrivée est un peu décevant mais vu les difficultés des SF15-T, c'est mieux que rien. Dommage qu’il n’ait pas tenté une stratégie décalée à 1 arrêt (quoique, vu la mésaventure de Vettel à la fin).

Valtteri Bottas – Williams - 13/20

De retour pour la première fois de la saison dans le top 3 en qualif, Bottas a souffert en course. La Williams détruisait les pneus et les mécanos ont encore commis une bourde en montant un mauvais pneu lors de son premier changement de gommes. Il a donc été pénalisé d’un drive through. De toute façon, Rosberg puis Vettel et Grosjean n’avaient fait qu’une bouchée de lui.

Felipe Massa – Williams - 13/20

Loin de Bottas en qualifs en termes de positions (mais proche en chrono), Massa a connu une course sage, sans incident. Ce qui lui a permis de terminer devant son équipier. On l’a très peu vu à l’antenne si ce n'est quand Kvyat l'a avalé à la toute fin, mais le Brésilien ramène des bons points. La Williams n'avançait pas en ligne droite !

La malchance de Sainz, le super départ d'Alonso

Carlos Sainz Jr – Toro Rosso - 13/20

Rapide mais malchanceux : c’est un peu la règle ! Quatrième abandon de suite pour l’Espagnol qui, dès le tour de chauffe, a dû rentrer au stand suite à une perte de puissance, la faute à une erreur d'installation d'un câble moteur. Reparti à 1 tour, il a ensuite abandonné pour sauver le kilométrage de son Power Unit. Dommage car il ne peut plus, en course, exprimer son talent.

Marcus Ericsson – Sauber - 13/20

Il a bénéficié des problèmes devant lui mais le Suédois se transforme en collectionneur de points. Il en marque peu, mais petit à petit il grignote un point ici et là. Ce qui est crucial pour son écurie pour ne pas se laisser distancer par Toro Rosso.

Fernando Alonso – McLaren – 13/20

Alonso a encore souffert ce week-end. Psychologiquement, en étant largement battu par Button en qualif, mécaniquement, en étant victime de soucis mécaniques le samedi, et, en course, où sa voiture marchait par intermittence. Il s’est mis à dépasser une Sauber, avant, un tour après, de perdre deux places, sur les mêmes Sauber... Il a fait ce qu’il pouvait surtout au départ avec un bond de 6 places !

Roberto Merhi – Manor - 12/20

Et de 4 ! Merhi finit devant Stevens pour le 4e GP consécutif. Aux mêmes places qu’en Hongrie. L’Espagnol, sur un circuit qu’il connait bien, n’a pas commis d’erreur et a imprimé un rythme intéressant à seulement 1 tour des leaders. Il finit 11 secondes devant son équipier.

Jenson Button – McLaren - 12/20

Il n’était pas peu fier de la demi-seconde infligée à Alonso en Q1. Mais en course, l’Anglais a baissé de rythme, et a terminé à 44 secondes de l’Espagnol. Son Power Unit ne parvenait plus à déployer l'énergie récupérée aux échappements et au freinage. Il ne pouvait rien faire contre cela.

Will Stevens – Manor – 11/20

Bon en qualif, Stevens l’a moins été en course. Il termine derrière son équipier. Il s'est frictionné au départ avec une autre monoplace.

Felipe Nasr - Sauber - 10/20

Tout comme en Hongrie, Nasr échoue à la porte des points alors que son équipier en marque un. Le Brésilien n’est pas dans une bonne passe. Il est dominé en qualif et en course. Au final, il s'est plaint de soucis de freins, comme au Canada.

Pastor Maldonado - Lotus – Non noté

Abandon anticipé du Vénézuélien, pourtant bon 7e sur la grille. Cette fois il n’y est pour rien, même si l'écurie soupçonne un passage trop violent sur le vibreur en haut du Raidillon.

Nico Hülkenberg – Force India – Non noté

Abandon sur la grille de départ. Impossible de le noter. Son week-end avait mal commencé, Pérez le dominant largement aux essais.

Le GP : 15/20

Une course épicée sur la fin, après un début poussif. Aucun suspense pour la victoire mais une belle empoignade, derrière, pour la troisième place du podium. Comme aux essais, les écarts étaient très serrés de la 4e à la 9e place. Beaucoup de dépassements, dont certains superbes : comme celui de Verstappen sur Nasr. Il aura juste manqué un peu de pluie à la fin et un adversaire à Hamilton.

Photo de Thibault Larue

posté par :
Thibault Larue

Réagissez

Commentaire(s)3

dimanche 23 août 2015 à 20:14 kimii dit : En effet , la com de honda , Mc laren , pilotes compris est complètement aberrante. Je passe l'épisode Arai avec le moteur a hauteur de Renault voir presque Ferrari, les pilotes s'y mettent est cela en devient ridicule et trahit l'ambiance plus qu'électrique du team. Le samedi Button ce fait féliciter pour avoir battu Alonso et le répercute au interview, aujourd hui , alonso monte sur une tirade sur laquelle c'est son meilleur gp de spa de sa carrière et qu'il est très fier d'avoir mis 40 sec a button , alors qu'il était amputé de son ers. Vraiment pas de quoi être fier pour Nando qui fini juste au dessus des Manor et en dessous des Sauber. Ca en devient pathétique.

dimanche 23 août 2015 à 20:04 zarquos dit : Félicitations à Grosjean pour son podium, avec peu de roulage, une pénalité et des bouts de scotch sur sa voiture, de quoi fermer un peu le clapet à ses détracteurs. Une belle course de Verstappen dans un style peu académique mais efficace. Et une grosse déception avec l'abandon de Ricciardo, il avait conservé les pneus tendres pour des tours qualif en fin de grand prix, je suis sûr qu'il avait les moyens d'aller titiller les Mercedes et de rendre le grand prix encore plus intéressant. Il n'aura sans doute plus l'occassion de vraiment briller si on se référe à l'année 2014, en tout cas pas dans le temple de la vitesse à venir (peut-être sur des circuits urbains). Certains disent que la F1 c'est nul, mais je trouve au contraire que la F1 est toujours très intéressante, et la FE va bientôt démarrer aussi :)

dimanche 23 août 2015 à 20:01 ferdinandchristophe dit : Je pense qu'il ne faut absolument pas tenir compte des qualifs des McLaren, avec toutes ces pénalités, ils n'ont ,je pense,pas chercher à faire la moindre performance, surtout Alonso avec ses 55 places de pénalités, il partait obligatoirement dernier !! Donc arrêtez de dire qu'il a été dominé par Button ,c'est du gros n'importe quoi !!