F1 - Red Bull se donne jusqu'à fin octobre

F1 - Red Bull se décidera fin octobre

Red Bull se décidera sur un départ à la fin du mois d'octobre. L'équipe ne restera impliquée que si elle estime avoir un bon moteur.

Red Bull cherche toujours un moteur pour la saison prochaine. L'équipe a l'intention de quitter Renault à la fin de la saison, un an avant la fin du contrat, estimant que des progrès sont impossibles. Mercedes a refusé un accord par crainte de se voir battu par un concurrent. Ferrari semble prêt à fournir son moteur, malgré la même crainte d'être devancé, mais ce pourrait être celui de la saison précédente.

Un tel moteur sera refusé par l'équipe, qui menace donc de partir. La situation n'a pas semblé avancer mais si une solution n'est pas trouvée avant la fin du mois, ce départ pourrait être validé. L'équipe l'a annoncé par le biais de Speedweek, un média propriété de Red Bull dont elle se sert souvent pour faire passer des messages.

« Nous tentons de trouver un moteur, mais nous n'en n'avons pas, » a déclaré Dietrich Mateschitz, le propriétaire de Red Bull, à Speedweek.com. « L'élément pré-requis pour rester est d'avoir de bons moteurs. »

Il a fixé une date limite pour trouver une solution : « Quelque part fin octobre, » précise-t-il.

Les visions sont en désaccord

Deux volontés s'opposent pour le moment. Ferrari ne souhaite pas être battu par un concurrent et Red Bull ne veut pas d'un moteur qui l'empêcherait de jouer le titre.

Le règlement actuel interdit de fournir un moteur de l'année précédente mais les motoristes veulent l'autoriser. Red Bull pourrait bloquer cette décision, puisqu'il faut un accord unanime pour valider une telle décision dès l'an prochain, mais cela compliquerait des discussions avec le motoriste. Ferrari souhaite aussi maintenir le développement pendant l'année en 2016, ce qui ne doit plus être autorisé. Red Bull a là aussi la possibilité d'empêcher ce changement mais une nouvelle fois en rendant difficiles les négociations.

Au delà des discussions, cette polémique met en avant l'immense pouvoir pris par les motoristes avec l'introduction des groupes propulseurs. Être le partenaire principal d'un motoriste semble être devenu une nécessite pour espérer gagner, ce que Ron Dennis, le grand patron de McLaren, a souvent mis en avant pour justifier l'accord avec Honda, malgré les difficultés actuelles du motoriste.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

samedi 10 octobre 2015 à 13:48 Denis dit : La F1 se meurt chaque année un peu plus... Politique, fric, circuits en faillite, baby pilotes assistés, voitures télécommandées, équipes "bidons", et l'Argentier toujours en place pour monnayer le cirque ! Que l'équipe de boisson "poison" parte, elle n'est pas indispensable. Par contre, il ne va plus rester grand monde à force avec ces mascarades ! Au final, le public se désintéresse de cette discipline sportif où le fric et les magouilles ont pris le dessus, orchestré par Ecclestone.

vendredi 09 octobre 2015 à 09:55 titeuf dit : ... ou ils vont réellement partir. perso, je m'en cogne de la F1 , mais tout ça me fait carrément bien rire. chaque mois qui passe la F1 se ridiculise un peu plus....

vendredi 09 octobre 2015 à 05:13 witura dit : Les choses étaient plus simples avant , aujourd'hui , a l'image de ces motorisations ultra sophistiquées ou bien de ce pilotage ultra assisté , la F1 ressemble a une immense business-party ou les enjeux politico-commerciaux l'emportent sur l'aspect purement sportif . RedBull a voulu imposer ses choix alors qu'ils ne sont pas maîtres du jeux , désormais ils sont dans une situation très délicate et ils seront bien obligés d'accepter les conditions de leur futur motoriste pour pouvoir continuer .