Dans les coulisses de la Ford Focus RS, épisode 6

Dans ce 6ème épisode du documentaire consacré à la Ford Focus RS, découvrez comment le moteur de 350 ch a été mis à l’épreuve sur le banc de puissance.

Dans l’épisode précédent de "Ford Focus RS : La Renaissance d’une icône", le documentaire consacré à la nouvelle sportive compacte, on a quitté Ford et ses ingénieurs dans une situation délicate : celle où la voiture venait d’être révélée au monde, alors que les tests routiers, notamment sur un lac gelé de Suède, révélaient quelques anomalies de comportement à revoir.

Poursuivons la découverte des coulisses du développement de cette Focus RS avec un sixième épisode qui nous emmène dans le Centre Technique Ford Dunton, en Grande-Bretagne, pour découvrir à la fois comment le moteur a été testé sur le banc de puissance, et comment a été mis au point le fameux système "Launch Control", qui permet des départs canons. Un nouvel épisode à découvrir sur ce lien !

Production exclusivement en Allemagne

Et tandis que le développement continue en Angleterre, c’est une autre étape qui se prépare en Allemagne : l’usine Ford de Saarlouis qui produit notamment les prototypes du modèle, commence à préparer ses lignes de production pour l’arrivée prochaine de la Focus RS. C’est en effet là que la sportive sera produite, et ce pour le monde entier. Découvrez le 6ème épisode de "Ford Focus RS : La renaissance d’une icône" en vidéo sur ce lien !

Et pour vous replonger encore un peu plus dans l’histoire de cette nouvelle génération de la Ford Focus RS, vous pouvez revoir les quatre épisodes précédents, le premier sur l’expertise demandée au pilote Ken Block (à revoir ici !), le second au cœur du Centre de Crash Test de Cologne (à revoir ici !), le troisième sur le road-trip des ingénieurs du Colorado à l’Arizona au volant des prototypes (à revoir ici !), le quatrième sur les facéties de Ken Block à son volant (à revoir ici !), et le cinquième sur les tests du modèle sur les lacs gelés du grand nord (à revoir ici !)

Photo de Mael Pilven

posté par :
Mael Pilven

Réagissez