Publié le 17/11/2015 à 19:15

La montre Omega Seamaster 300 Spectre à l’essai !

Omega Seamaster 300 Spectre

Découvrez l’essai de cette série limitée au look vintage Omega Seamaster 300 Spectre, éditée à 7007 exemplaires.

La longue histoire qui unit Omega à James Bond débute en 1995 à l’occasion de Goldeneye dans lequel Pierce Brosnan campe 007, une Seamaster Diver 300M au poignet. Actuellement en salle, le 24ème opus des aventures de l’agent secret britannique, Spectre, est l’occasion de découvrir une série spéciale de la Seamaster 300 Master Co-axial. Elle joue à fond la carte vintage en s’inspirant de la première Seamaster de 1957 tout en bénéficiant d’une conception contemporaine. La Seamaster 300 Spectre adopte tout d’abord ce même boîtier acier, aux lignes simples et aux dimensions certes contemporaines mais très raisonnables pour une montre de plongée (41 mm). Deux petites adaptations ont été effectuées au niveau de la lunette. "Tout d’abord, Omega remplace la pastille luminescente caractéristique des montres de plongée par le chiffre zéro et modifie les graduations, remplaçant la graduation toutes les cinq minutes par une échelle de 0 à 11. Ensuite, la lunette unidirectionnelle 120 crans de la Seamaster 300 Master Co-Axial laisse place à une lunette bidirectionnelle", explique notre partenaire The Watch Observer.

Essai complet

Comme sur la version standard, l’Omega Seamaster 300 Spectre dispose d’un calibre à la pointe du progrès mécanique : le calibre 8400.

"Les ingrédients de ce mouvement automatique certifié Chronomètre par le COSC en font une bête aussi agréable à regarder qu'efficace et précise : résistance au champ magnétique jusqu'à 15.000 gauss grâce à l'usage de matériaux amorphes, double barillet, 60h de réserve de marche, structure moderne et robuste, réglage précis et durable dans 5 positions et décoration originale en arabesque de côtes de Genève. En d'autres termes, un mouvement conçu pour durer", explique The Watch Observer.

Découvrez l’essai complet de la montre Omega Seamaster 300 Spectre, ainsi que tous les prix Omega.

Gardez le contact avec Sport Auto !

Suivez également l'actualité de Sport Auto via le compte Twitter Sport Auto, Facebook Sport Auto ou sur la page Google+ Sport Auto. Et ne manquez pas de suivre l'actualité de Sport Auto sur smartphones via nos applications: Android, iPhone, Windows et Samsung. Feuilletez le sommaire de Sport Auto ou lisez-le directement sur iPad via l'application Sport Auto HD, ou sur PC et tablettes Android avec Google Play.

Photo de Jean-Philippe Peden

posté par :
Jean-Philippe Peden

Réagissez

Commentaire(s)3

mercredi 18 novembre 2015 à 07:15 Tritus dit : ça me rappel un dialogue du film casino royal (un dialogue servant uniquement de pub). eva green "= jolie monture. une rolex?" james bond "- non, une omega"

mercredi 18 novembre 2015 à 06:16 Citoyen SP98 dit : La toute première montre est la Rolex Submariner au poignet de Sean Connery dans "James Bond 007 contre Dr. No" en 1962. Alors qu'avec Oméga c'est depuis 1995. Les montres Oméga ne sont pas mal et relativement abordables, mais je préfère les montres Rolex acier jolies, d'une grande fiabilité et qui garde une certaine valeur dans le temps.

mardi 17 novembre 2015 à 20:16 Jimboulle dit : Je possède la seamaster de golden eye et franchement très belle montre elle joue la carte du vintage et ça j'adore à quand james bond en speedmaster !!