F1 - Le moteur alternatif rejeté

F1 - Le moteur alternatif refusé

La Commission F1 a refusé l'idée d'un moteur alternatif voulu par la FIA, mais les motoristes ont jusqu'au 15 janvier pour proposer des mesures.

Le groupe stratégique puis la Commission F1 se sont réunis mardi. Sans surprise, l'idée du moteur alternatif souhaité par la FIA pour réduire les coûts et limiter le pouvoir des motoristes a été rejetée. Il fallait un accord à la majorité et la plupart des constructeurs et leurs clients voulaient que les groupes propulseurs restent les seuls moteurs.

Les motoristes se sont en revanche accordés pour trouver des solutions pour améliorer la situation. Ils devront faire des propositions avant le 15 janvier, avec quatre impératifs, la garantie de fournir des groupes propulseurs aux équipes, alors que les motoristes sont pour l'instant limités à trois et doivent demander une dérogation pour en avoir plus, le besoin de baisser le prix pour les clients, avec une FIA qui souhaitait faire passer le prix de 20 millions d'euros à 12 millions d'euros avant de faire face au refus de Ferrari, une simplification des groupes propulseurs et un bruit amélioré, ce qu'un échappement supplémentaire va favoriser l'an prochain.

Le but est que les motoristes soient obligés de fournir un minimum d'équipes en 2017 au plus tôt ou en 2018 au plus tard, pour être sûr que toutes les équipes peuvent avoir un groupe propulseur, ce qui a été compliqué pour Red Bull. Une première réunion autour de ces propositions se tiendra cette semaine à Yas Marina.

Le moteur alternatif pourrait revenir

La FIA a prévenu que les propositions ne sont pas satisfaisantes, l'idée de la motorisation alternative sera relancée. Plus qu'une véritable mesure, ce moteur reste donc un moyen de pression, une méthode que Max Mosley, l'ancien patron de la FIA, employait souvent. Trois candidats s'étaient faits connaître, Ilmor, AER et Mecachrome, et la FIA a précisé qu'il y en avait un quatrième.

Tous ces motoristes ont déjà des moteurs existants, pour d'autres catégories, qui n'ont besoin que de quelques modifications pour correspondre à la volonté de la FIA.

Le but serait d'avoir un V6 bi-turbo de 2,5 litres avec un KERS.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

mercredi 25 novembre 2015 à 15:01 majax dit : tu m'étonne que Renault revient à reculons, pas une semaine ne passe sans une embrouille coté règlements.

mercredi 25 novembre 2015 à 14:49 titeuf dit : j'étais devant ma Tv lorsque Ayrton est mort, alors tu vois... je dis juste que c'est "rires et chansons" cette F1 , un vrai cirque ! je persiste, et je signe ! entre reglements plus débiles les uns que les autres ( 50 places de pénalité, laisse moi rire ) et des futurs moteurs alternatif qu'au final on veut plus... c'est pire que la caméra caché cette F1 qui n'a de F1 plus que le nom. mais au moins, on rigole bien, c'est tjs ça

mercredi 25 novembre 2015 à 14:19 avocado dit : Finalement ce n'est pas plus mal et ça évitera de créer une sous catégorie ce qui n'est pas dans la philosophie de la F1. D'autre part,même si cette technologie hybride est décriée elle est quand même une solution pour l'avenir de l'automobile en général et la F1 ne peut pas passer à côté de cette évolution.Par-contre,il serait urgent aujourd’hui d' harmoniser les puissances des différents motoristes afin de redonner de l’intérêt à la compétition et cela permettrait de réduire les coûts au lieu de courir sans succés derrière le premier de la classe.

mercredi 25 novembre 2015 à 13:54 MB1 dit : titeuf, tu ne dois pas connaître la F1 depuis longtemps pour dire ça... La guerre FISA/FOCA dans les années 80 c'était bien pire !

mercredi 25 novembre 2015 à 11:36 titeuf dit : les clowns sont de retour !!! apres les appels d'offres, finalement NON ... on change d'avis. non mais sérieux, c'est quoi ce Gag qu'est devenu la F1 ???