Publié le 18/01/2016 à 09:59

F1 - Todt confiant pour baisser le coût des V6

F1 - Des réunion pour baisser le coût des V6

Jean Todt pense que les motoristes ont fait des propositions intéressantes pour réduire les coûts. Des réunions vont se tenir cette semaine.

Le pouvoir pris par les motoristes depuis l'introduction des groupes propulseurs, en 2014, bouleverse les équilibres et la FIA veut y remédier. Les coûts sont très élevés, l'accès à un moteur n'est pas garanti, les performances ne sont pas assez bonnes et le bruit n'est pas assez présent. Ferrari a par ailleurs visiblement refusé une mesure pour encadrer le coût des groupes propulseurs. Pour faire pression sur les motoristes, Jean Todt, le Président de la FIA, et Bernie Ecclestone, le gestionnaire des droits commerciaux, ont proposé d'introduire une motorisation alternative en 2017, en plus des groupes propulseurs, moins coûteuse.

La proposition a été retirée mais les motoristes avaient jusqu'à vendredi pour faire des propositions. Todt en juge certaines intéressantes et des réunions sont prévues cette semaine pour trouver une solution.

« J'ai eu des propositions et je sens que la plupart des éléments vont dans la bonne direction et lundi après-midi, à 15h00, nous avons une réunion stratégique à Genève, » a expliqué Jean Todt selon Sky Sports. « Le lendemain nous avons la Commission F1 à Genève. »

Todt est confiant pour que des mesures efficaces soient prises: « Je pense que nous en sommes très proches, » souligne-t-il. « Je suis optimiste. J'espère que les gens feront appel au bon sens parce que c'est notre championnat. C'est dans notre intérêt, c'est dans l'intérêt de l'équipe, c'est dans l'intérêt du détenteur des droits commerciaux. »

« Je pense que dans un monde normal avec des personnes sensibilisées, nous devrions pouvoir nous accorder sur une bonne solution. »

Selon Sky Sports, le but est d'avoir un moteur à 12 millions d'euros par an, contre une vingtaine actuellement. Les motoristes perdent déjà de l'argent avec les groupes propulseurs. Pour réduire les coûts, le nombre de groupes propulseurs par an pourrait baisser et des pièces pourraient être standardisées, mais cela pourrait empêcher des motoristes de faire la différence et être refusé.

Bernie Ecclestone a de son côté reproché à Ferrari et Mercedes de ne protéger que leurs propres intérêts et il souhaite leur imposer des mesures.

Les moteurs alternatifs ne sont qu'un moyen de pression

Les difficultés financières de plusieurs équipes et les soucis de Red Bull à trouver un moteur, avec le refus de Mercedes, Ferrari et Honda pour Red Bull, qui conservera finalement le V6 Renault, et un moteur Ferrari de la saison précédente pour Toro Rosso, ont poussé la FIA à agir. L'idée des moteurs alternatifs est surtout un moyen de pression pour forcer les motoristes à prendre des mesures.

« Nous ne sommes pas satisfaits de certaines situations, surtout autour des groupes propulseurs, » précise Todt. « Pas le fonctionnement des groupes propulseurs, mais le coût pour les équipes et la possibilité qu'ils soient fournis. »

« Pour moi c'est tout simplement inacceptable si une équipe n'a pas un moteur à mettre dans chaque voiture. Donc nous nous occupons de ça. »

« C'est la raison derrière ça, c'est pour cela que nous avons dit "la seule solution si les constructeurs n'acceptent pas nos demandes, c'est d'introduire un moteur client qui sera disponible pour toutes les équipes". C'est comme ça que ça a débuté, nous étions dans une situation où nous devions trouver une solution d'urgence. »

Le pouvoir de la FIA sera limité

Si une solution n'est pas trouvée cette semaine, l'idée de la motorisation alternative pourrait faire son retour, mais une telle situation n'est pas encore envisagée.

« Je veux mettre les gens devant leurs responsabilités, » a indiqué Todt à AUTOSPORT. « S'il y a des raisons claires qui font que la situation ne me convient pas, je verrai quelles seront les étapes suivantes. »

Imposer des idées aux motoristes, comme le souhaite Bernie Ecclestone, pourrait cependant être difficile : « Nous avons une gouvernance, si nous faisons quelque chose qui est inacceptable aux yeux d'une tierce partie, elle nous attaquera, » déclare Todt.

La FIA a cependant fixé un mandat à Todt et Ecclestone pour formuler des propositions avant la fin du mois, ce qui renforce leur position dans le débat face aux motoristes.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

lundi 18 janvier 2016 à 17:40 leon dit : Marrant la photo :on dirait qu'ils vont se rouler une pelle entre FIA et FOM .