Le retour de la reine : Omega Speedmaster CK2998

Omega lance une édition limitée de la Moonwatch : Speedmaster CK2998

Dans l'histoire des chronos, quelques références ont fait date. Parmi elles, la CK2998, seconde Speedmaster de l'histoire. Omega a décidé de la ressortir.

La CK2998 fait son retour en 2016. Si vous ne voyez pas de quelle montre nous parlons, c'est que vous n'êtes simplement pas ''Speedmasterophile'' (et ce n'est pas un vilain défaut !). Lancée en 1959, la CK2998 est la seconde génération du fameux chrono d'Omega, qui n'est pas encore, à l'époque, la Moonwatch (les tests de la NASA sur la Speed commenceront en 1964). En 1962, les astronautes du programme Mercury la sélectionnent pour qu'elle les accompagne et la CK2998 sera la première Speedmaster portée dans l'espace. Ce qui change par rapport à la mouture originelle, lancée en 1957 : les aiguilles ''broad arrow'' sont remplacées par des modèles ''Alpha''.

Le calibre 321, d'origine Lemania, est toujours de la partie, tout comme les anses droites et le boîtier symétrique. Au salon de Bâle 2016, Omega a décidé de rendre hommage à cette légende de l'horlogerie. La marque n'en produira que 2998 exemplaires mais a pris quelques libertés esthétiques. Revue de détails...

Bleu saphir

Première d'entre elles, qui fera râler les puristes, l'adoption d'un verre saphir en lieu et place de la fameuse glace hésalite qui confère pourtant au cadran de la Speed beaucoup de chaleur. La raison : nous sommes en 2016 et les futurs possesseurs de cette nouvelle CK2998 tolèreraient mal débourser 5.300€ et se retrouver avec un plexiglas susceptible de se rayer au moindre contact. Au moins Omega a-t-il eu la bonne idée de conserver le galbe convexe... Le cadran prend lui aussi quelques libertés par rapport au modèle de 1959. Fini la monochromie noire, place à du bicolore (argent et bleu). Les aiguilles Alpha sont rhodiées et la grande trotteuse centrale ''lollipop'' (sucette en anglais) est lancée grâce au poussoir à 2 h. Dernière excentricité de cette CK2998 du XXIe siècle : sa lunette. Rassurez-vous, elle est toujours tachymétrique mais elle n'est plus en aluminium mais en céramique bleue. Bref, ça fait beaucoup de différences par rapport à la version de 1959...

L'essentiel, invisible aux yeux

Heureusement qu'Omega a conservé l'essentiel : le mouvement 1861, petit-fils du 321 qui équipait la Speed originelle, est de la partie. Ce calibre chronographe (non certifié COSC) est manuel et, une fois la couronne tournée une quarantaine de fois, il assure une réserve de marche de deux jours. Il ne se laisse pas admirer, le fond de la CK2998 étant plein et orné de l'hippocampe cher à Omega. Contrairement à la Moonwatch ''normale'', ce modèle ne fait que 39,7 mm de diamètre (au lieu de 42). La raison : le côté droit (celui des poussoirs et de la couronne) n'est pas enflé. La CK2998 est montée sur un bracelet en cuir bleu, avec surpiqures contrastées. Le prix de ce chrono intemporel : 5.300€.

Photo de Sylvain Vétaux

posté par :
Sylvain Vétaux

Réagissez

Commentaire(s)2

vendredi 25 mars 2016 à 12:28 loule dit : Tres belle , mais c est tout de meme dommage que les plus belles montres soient des modeles Vintage ou des rééditions ( j ai un faible pour la 2915 ).

jeudi 24 mars 2016 à 16:03 Citoyen SP98 dit : Une des trois marques les plus emblèmatiques. Elle est très jolie, mais je préfère ma Daytona acier.