F1 - Philippe Bianchi veut identifier les erreurs

F1 - La famille de Jules Bianchi explique son action en justice

Philippe Bianchi, le père de Jules Bianchi, pense que l'action en justice permettra d'identifier les erreurs qui ont mené à l'accident.

La famille de Jules Bianchi a lancé une action en justice contre la FIA, Marussia et Formula One Group pour établir des responsabilités dans l'accident qui a causé son décès à Suzuka en 2014. Elle souhaite identifier les erreurs qui ont été commises.

« Au départ, ce n'est pas du tout la volonté de la famille de faire une action en justice, » a expliqué Philippe Bianchi, le père de Jules Bianchi. « Il se trouve qu'on considère qu'on a été lâché complètement par le milieu de la F1. Je mettrais à part les pilotes, parce que les pilotes sont toujours là, il n'y a pas eu de problème. »

« On ne peut pas trouver les circonstances dans lesquelles Jules a eu son accident normales. Il y a eu des erreurs qui ont mené à l'accident et au décès de Jules. »

Pour les proches de Jules Bianchi, les mesures prises suite à l'accident prouvent que les conditions n'étaient pas suffisamment sûres.

« Ces erreurs, pour nous, ont été reconnues puisque tout a été changé, » souligne Philippe Bianchi. « L'horaire du Grand Prix, le fait qu'on est resurfacé le virage, le fait qu'on ait mis une grue à l'extérieur, le fait qu'on est fait la voiture de sécurité virtuelle, ce qui pour nous est une excellente chose. »

« Qu'une justice soit rendue »

Philippe Bianchi évoque une famille « détruite » par le décès de Jules Bianchi. Il n'accepte pas que son fils soit considéré comme le seul responsable de l'accident dans le rapport de la FIA.

« Ce qui est le plus difficile à supporter est que le rapport interne de la FIA, qui n'engage qu'eux pour moi, conduit a la responsabilité de Jules, » rappelle Philippe Bianchi. « Pour nous, c'est absolument insupportable d'entendre que Jules a une responsabilité dans cet accident. »

« On a pris du temps pour avoir les meilleures personnes pour nous aider dans ce combat. Ce qu'on veut, c'est qu'une justice soit rendue. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

vendredi 27 mai 2016 à 07:40 Reg dit : "le fait qu'on est fait la voiture de sécurité virtuelle" Pareil ici avoir vs être.

vendredi 27 mai 2016 à 07:39 Reg dit : "L'horaire du Grand Prix, le fait qu'on est resurfacé le virage" Plutôt que l'on ait resurfacé le virage non ?