24H du Mans - La Porsche N°1 en tête

24H du Mans - Départ

La Porsche N°1 occupe la première place après le début de la course aux 24 Heures du Mans. L'épreuve a débuté sous la pluie et l'Audi N°7 a eu un problème.

La Porsche N°2 (Dumas/Lieb/Jani) était en pole sur une piste détrempée, à cause d'une averse qui a débuté une demi-heure avant le départ. La course, lancée par Brad Pitt, a débuté derrière la voiture de sécurité.

La course est partie pour de bon après 50 minutes. Dans le deuxième tour de course, Mike Conway, au volant de la Toyota N°6 (Conway/Sarrazin/Kobayashi), a pris l'avantage sur les deux Porsche. Il a doublé Timo Bernhard, qui roulait dans la N°1 (Bernhard/Webber/Hartley), puis Neel Jani, aligné dans la N°2.

Il s'est retrouvé en tête et la piste a commencé à s'assécher. André Lotterer, au volant de l'Audi N°7 (Lotterer/Tréluyer/Fässler), est passé aux stands avant les autres. Quand ses rivaux l'ont imité, il a récupéré la premoère place.

La Porsche N°1 mène la course

Lotterer a dû rentrer aux stands, avec visiblement un problème de turbo. De la fumée a été aperçue dans le stands. Elle a pu reprendre la piste après un arrêt de 19 minutes.

Brendon Hartley a récupéré la première place avec la Porsche N°1. Il devançait Loïc Duval, au volant de l'Audi N°8 (Jarvis/di Grassi/Duval), et Mike Conway, en piste dans la Toyota N°6.

Après de nouveaux ravitaillements, Hartley est toujours en tête avec la Porsche N°1. Il devance Mike Conway, dans la Toyota N°6, et Loïc Duval, dans l'Audi N°8. Les trois leaders se tiennent en moins de 10 secondes.

Sébastien Buemi est quatrième avec la Toyota N°5 (Buemi/Davidson/Nakajima), devant Romain Dumas, qui roule dans la Porsche N°2.

Roberto Merhi occupe la première place avec l'Oreca-Nissan Manor (Graves/Rao/Merhi) en LMP2. Richard Westbrook est en tête avec la Ford Ganassi USA N°69 (Briscoe/Westbrook/Dixon) en GTE Pro. Patrick Long mène au volant de la Porsche Abu Dhabi-Proton (Al Qubaisi/Long/Heinemeier Hansson) en GTE Am.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez