F1 - Vidéo: Lopez défend sa gestion de Lotus

Vidéo. Gérard Lopez ne regrette rien dans sa gestion de Lotus. L'ancien propriétaire de l'équipe a dû faire face à plusieurs difficultés les dernières années.

Lotus était en grande difficulté la saison dernière. Sans le rachat par Renault, l'équipe aurait peut-être fermé ses portes. La gestion par Genii Capital, alors propriétaire de l'équipe, a été mise en cause. Gérard Lopez, copropriétaire de Genii et alors patron de l'équipe, attribue cette situation des difficultés successives. Une mauvaise saison, une répartition des revenus inéquitable, l'introduction des groupes propulseurs, autant de facteurs qui ont dégradé les finances de Lotus et créé une spirale négative. 

« Tout à coup, vous ne gagnez plus, » a expliqué Lopez dans 19h30 Sport sur Canal + Sport (vidéo). « Non seulement, vous ne gagnez plus, mais vous vous retrouvez à sortir en Q1, vos sponsors ne sont pas contents, vos pilotes ne sont pas contents. Vous vous retrouvez, non pas à vous battre contre 10 ou 11 autres écuries, mais contre un environnement. Contre le propriétaire des droits (Bernie Ecclestone), parce que vous lui dites que le partage n'est pas équitable. Contre les constructeurs, en leur disant "C'est n'importe quoi, on passe de 12 à 30 ou 40 millions (par an) pour les moteurs qui n'était pas budgétisés", et en plus ça ne marche pas. Vous vous battez contre d'autres écuries parce qu'elles essaient de médire pour essayer d'aller vous prendre un pilote. Et vous essayez de retenir, tant bien que mal, des sponsors, parce que vous n'avez plus d'histoire à leur raconter. Ils ne vont pas croire que vous aller gagner des courses la saison suivante, parce que vous-même, vous le savez. »

Face à cette situation, Gérard Lopez a choisi de réduire le train de vie de l'équipe, une décision inévitable pour ne pas perdre d'argent. Il a voulu maintenir l'équipe à un niveau suffisant pour qu'elle puisse être rachetée par Renault: « Vous avez un choix, » indique-t-il. « J'ai viré 250-300 personnes, plus jamais je ne gagnerai une course, mais je ne perdrai pas d'argent, ou vous faites en sorte que l'usine ne ferme pas ses portes. Vous faites surtout en sorte de maintenir les 500 personnes qui sont employées, parce que vous savez qu'un constructeur n'achètera pas une équipe avec 200 personnes. On a dû souffrir un peu, mais il n'y a aucun regret. A refaire, ça serait exactement pareil. »

Les premières années ont été très bonnes

Avant ces difficultés, l'investissement de Genii était une réussite, tant sur le plan sportif que sur le plan financier. L'équipe a décroché plusieurs succès, elle a relancé Kimi Räikkönen et elle a fait grandir Romain Grosjean.

« La Formule 1 a très bien fonctionné pour nous, » souligne Gérard Lopez. « La grande satisfaction, ça a été d'être l'une des seules écuries complètement privées à gagner des courses, à monter sur des podiums. Pas deux, trois ou quatre, je pense qu'on en a fait 25 ou 26. A faire revenir quelqu'un en qui personne ne croyait, Kimi Räikkönen. A faire d'un pilote dont on savait qu'il était rapide et qu'il était potentiellement très bon mais qui faisait beaucoup d'erreurs, Romain Grosjean, quelqu'un qui fait partie des pilotes qui sont, je pense, les plus talentueux en Formule 1, et qui arrive aussi à développer une voiture et qui est beaucoup plus posé. »

A l'époque, l'équipe tournait bien : « Vous faites des podiums, vous allez chatouiller tout le monde et financièrement, ça tient la route, » rappelle Lopez.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

vendredi 09 septembre 2016 à 12:16 avocado dit : Désolé mais tout ça l'environnement hyper compétitif et les obstacles qui vont avec il le savait avant ou alors il ne fallait pas y aller surtout pour finir avec une voiture à l'agonie faite de bric et de broc pour terminer la saison 2015. Pas terrible comme bilan. On a l'impression que c'était un jeu pour lui;...j'ai viré 250-300 personnes comme ça sur un claquement de doigts...la dictature du rendement ! Et son salaire de l'époque il y a touché? on connait la réponse.Quand je pense que ce gars là voulait reprendre l'OM (je ne suis pas fan mais ils l'ont échappé belle).Et il ose encore en plus.

poool/views/script not found