"Petite" Mazda MX-5 : un achat presque raisonnable

Essai Mazda MX-5 1.5 Roadster 2016 par la rédaction de Sport Auto

Pour profiter des derniers rayons de soleil, Sport Auto vous propose l'essai de la Mazda MX-5, en version 1.5 de 131 ch. Un roadster poids plume incontournable!

Comment renouer avec l’essence même de la sportivité automobile sans se ruiner? Spécialiste du genre, la Mazda MX-5 distille un maximum de sensations, en s’oxygénant et en profitant d’un toucher de route très pur. Elle accentue ici le côté raisonnable en démarrant à 25.000€ (le prix du nouveau Scénic !), grâce à un petit 1.500 cm3. Pardon? Inutile de faire la moue, ce quatre cylindres à injection directe de 131 ch suffit à secouer ses 1.015 kg... et à se faire plaisir.

Petite cylindrée pour la MX-5

Ce bloc présente même quelques avantages par rapport au 2 litres. Il grimpe plus haut dans les tours (7 500 tr/mn) au bénéfice de l’émotion, tout en conservant une progression linéaire. Il fait preuve de souplesse à bas régime et gratifie d’un grognement métallique accentué par rapport au 2 litres. Pour mémoire, voici ce que nous pensons de la MX-5 2 litres, à travers une vidéo. Nous lui avions aussi opposé une autre plume, la Caterham Seven 165, à découvrir ici en vidéo.

Le 1,5 litre n'est pas fulgurant, mais colle parfaitement à l'état d'esprit de ce roadster. En sus, il est loin d'être à la traîne par rapport au 2 litres : + 0''4 de 0 à 100 km/h (8''1) et + 0''8 au 1 000 m D.A. (29''3). Sur le plan mécanique, la raison peut donc l'emporter et le 1,5 litre suffit, y compris sur de longs trajets où le niveau sonore est équivalent : les moteurs tournent à 3 500 tr/mn en 6e, à 140 km/h.

Comportement tout en souplesse

En revanche, en matière de dynamisme, la réflexion s'impose. La version 1,5 litre privilégie la souplesse à la précision. Logique, elle se passe de combinés Bilstein/Eibach et de l'autobloquant. Même en option (cliquez ici pour le configurateur) ! Dommage.
Résultat : l'efficacité régresse et les mouvements de caisse pénalisent les placements. Les amateurs de piste et les plus pointilleux le regretteront. Les autres utilisateurs se satisferont de ces réglages moins sportifs. Le plaisir est d’ores et déjà largement au rendez-vous grâce aux qualités intrinsèques du roadster. La légèreté et le super-équilibre rendent euphorique, comme la mobilité de l’arrière aux placements, en conservant les freins ou au lever de pied.
Au-delà du coût à l’usage, les pneus rikiki ont pour avantage d’accentuer les côtés joueur et progressif des réactions, faciles à appréhender... au point de couper les aides sans arrière-pensée.

L'avis de Sport Auto

Bref, du bonheur, qui se prolonge jusqu’aux freinages, à condition de ne pas en abuser sur piste. De toute manière, les acheteurs de cette version n’ont rien à y faire et s’apparentent davantage à des épicuriens souhaitant redécouvrir les plaisirs simples de l’automobile et voir la route autrement. Oui, la version 1,5 litre est une bonne affaire ! Mais elle s'adresse plus aux hédonistes qu'aux sportifs.

L'essentiel est là : un maximum de plaisir, une facilité de conduite indéniable et un prix serré. Les sensations mécaniques et les performances restent proches de celles du 2 litres, mais le dynamisme s'en éloigne en raison de réglages assouplis.

Quelques chiffres

Voici quelques données techniques sur ce craquant roadster... N'hésitez plus, foncez l'acheter !

Moteur : 4 cyl. en ligne, 1,5 litre, injection directe
131 ch à 7.000 tr/mn
15,3 mkg à 4.800 tr/mn
Transmission : roues AR, 6 rapports manuels
Poids mesuré : 1 015 kg
Prix de base/modèle essayé : 25.300€ / 27.900€
Nos performances :
V-max : 205 km/h
0 à 100 km/h : 8''1
1 000 m D.A. : 29''3

Photo de Julien Diez

posté par :
Julien Diez

Réagissez

Commentaire(s)13

jeudi 22 septembre 2016 à 22:59 Oui. dit : La mx-5 est la voiture la plus courrue en sport auto. Mais, effectivement, elles sont très souvent modifiées. :) C'est aussi ça la force de la mx-5: une grande capacité à l'upgrade et un potentiel énorme que beaucoup ont su exploiter intelligemment.

jeudi 22 septembre 2016 à 21:31 bimbamboum dit : lol, les MX-5 qu'on croise sur circuit sont tres tres loin de celles de série (pour celles qui tournent vite). Même pas sûr qu'elles soient street legal. Donc d'origine, une MX-5 n'a rien a faire sur un circuit: trop souple, trop...lourd pour la puissance (une saxo vidée ca fait 800kg). Par contre, avec une prepa chassis qui va bien et un p'tit compresseur ...

jeudi 22 septembre 2016 à 21:04 Antoine MEBS dit : Continuez vos essais! :D Très heureux possesseur d'une brave NC 1.8 de 10 ans, j'avais attendu votre essai de cette version. Craquante cette ND, même si sur certains points elle régresse par rapport à la 3e génération.L'hésitation reste dure, dure, dure, même si la 2.0 a ma préférence (couple, suspension moins souple)....;) Enfin, un coup de gueule (rare) envers vous Sport Auto, sur la conclusion : "De toute manière, les acheteurs de cette version n’ont rien à y faire" (de la piste). J'ai trouvé ça un peu.... abusé comme remarque, voir hautain. Au contraire, la MX-5 y a toute sa place, elle est légère, vive, généreuse en émotion, un freinage correct, et pas vicieuse pour un sou. Un pur bonheur à provoquer. Certes, ma brave 1.8 n'est pas une bombe, avec seulement 126ch (je dirais presque, son seul défaut). Surtout sur les plus grosses pistes (à Spa, Kemel était un calvaire, en faux plat, après le raidillon), mais moins grave sur les nombreuses petites pistes de notre beau pays, type LFG. En ces temps de répression insupportable, c'est un des derniers espaces où on peut l'y pousser dans ses retranchements, sans se faire peur. Et les MX-5 y sont souvent de la partie! Sans rancune aucune, et vivement le prochain numéro!

jeudi 22 septembre 2016 à 20:42 Mimi dit : @mouche et quid du talon pointe sur les routes montagneuses? Les dsg à la fiabilité désastre doivent rester dans les abysses de l'automobile allemande! Ne prononce surtout pas ces 3 lettres dans une banlieue chinoise ou Australienne, ils ont déjà morflés!

jeudi 22 septembre 2016 à 18:53 mouche dit : @mouche Pour juger il faut avoir conduit des voitures à boite DSG ou autres appellations en fonction des marques avec palettes au volant comme sur les F1 Évidemment il n'y en a pas chez Dacia Sur ce point on est d'accord Continue à vivre ton moyen âge

jeudi 22 septembre 2016 à 14:28 Ben dit : Chouette caisse. Il lui manque juste une version plus puissante

jeudi 22 septembre 2016 à 13:55 moi dit : J ai conduit la version2 1l8 avec les amortos filetés , au ras du sol , c était jouissif .Je vais essayer les 2 versions mais plus ca prend des tours mieux ça sera !!

jeudi 22 septembre 2016 à 13:24 Olivier dit : MX5 le roadster le plus vendu au monde. C'est pas pour rien .....

jeudi 22 septembre 2016 à 12:37 @mouche dit : Une boite auto là dessus ? On doit pas avoir la même notion du mot plaisir alors ^^

jeudi 22 septembre 2016 à 12:22 Mimi dit : Une bouille terrible, une auto sérieusement construite (on fait confiance à Mazda), un futur best seller pour le roadster le plus vendu au monde!

jeudi 22 septembre 2016 à 11:56 karuk dit : la boite auto existe sur la version 2.0 l.

jeudi 22 septembre 2016 à 11:46 mouche dit : Dommage que sûr une telle voiture qui a surtout une vocation plaisir plus que performance il n'y a pas de boite auto au moins en option, pour moi une boite manuelle c'est obsolète et donc rédhibitoires

jeudi 22 septembre 2016 à 10:40 beuyot dit : Chouette !