Publié le 26/10/2016 à 21:38

24H du Mans - L'ACO triste du départ d'Audi

24H du Mans - L'ACO s'attriste du départ d'Audi

L'ACO, l'organisateur des 24 Heures du Mans, est attristé par l'annonce du départ d'Audi. Son objectif est de réduire les coûts et de préparer l'avenir.

Audi a confirmé son départ du WEC et des 24 Heures du Mans à la fin de la saison. Pour l'Automobile Club de l'Ouest, l'organisateur des 24 Heures du Mans, c'est évidemment une mauvaise nouvelle puisque la lutte entre Porsche, Audi et Toyota a suscité beaucoup d'intérêt ces dernières années.

« C’est avec émotion que nous avons tous appris ce matin la décision d’Audi de quitter l’Endurance, » déclare Pierre Fillon, le Président de l'ACO. « Bien que préparés à cette décision, nous regrettons le départ d’un acteur majeur de l’Endurance pour une autre aventure. Présente au Mans depuis 1999, la firme allemande a écrit parmi les plus belles et les plus intenses pages de l’histoire des 24 Heures du Mans et plus récemment du WEC. Plus qu’un compétiteur, la marque aux quatre anneaux a été un véritable contributeur de la formidable croissance de l’Endurance ces dernières années, et ce partout dans le monde. »

Le WEC va voir l'un de ses principaux constructeurs quitter le championnat : « Bien évidemment nous regrettons ce départ d’un acteur majeur du WEC, » souligne Gérard Neveu, le patron du championnat. « Audi a marqué ces 15 dernières années en Endurance et plus particulièrement les 5 premières saisons du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. »

« Aujourd’hui nous avons une pensée d’abord pour les personnes d’Audi Sport et du Team Joest. Pilotes, ingénieurs, mécaniciens et membres du team pour qui cette nouvelle est une grande peine. Nous leur témoignons toute notre admiration et notre gratitude pour leur extraordinaire performance sportive en WEC depuis 2012. »

L'ACO veut préparer l'avenir

Ce départ est en grande partie due à une restructuration au sein du groupe Volkswagen, mais il n'aurait peut-être pas été décidé si les coûts avaient été plus faibles. Les dépenses des équipes sont de plus élevés en LMP1, et l'ACO a conscience qu'il est nécessaire d'agir.

« Réduire les coûts pour les constructeurs est un axe majeur pour l’ACO en partenariat avec la FIA, » souligne Pierre Fillon. « Par ailleurs, ces deux entités ont clairement donné le cap pour les prochaines années : rester à la pointe de l’innovation tout en proposant la meilleure plateforme possible pour les nouvelles technologies qui préparent la voiture de demain. »

L'ACO et la FIA vont déterminer les règlements pour ces nouvelles innovations : « La technologie hybride et les moteurs électriques sont déjà le quotidien de l’endurance, » rappelle Pierre Fillon. « Les évolutions du règlement technique vers une propulsion électrique à hydrogène répondront dès demain à la transition énergétique de cette nouvelle ère. »

« Je donne rendez-vous à tous les fans d’Endurance et les passionnés de sport automobile dès la fin de la semaine prochaine pour l’avant dernière manche du FIA WEC et dès 2017 pour les 24 Heures du Mans. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

mercredi 26 octobre 2016 à 23:37 avocado dit : Faisons confiance à l'ACO qui avec son expertise à réussi cet incroyable brassage de cylindrées et de moteurs essence et diesel au point d'en faire une compétition où les concurrents en LMP1 n'étaient séparés que de quelques secondes après plusieurs heures de course. Oui toutes ces évolutions ont un coûts encore aurait-il fallu que l'Europe s'accorde pour apporter un soutien (peut-être pas moral avec la France de la censure) financier à ces technologies qui s'orientent vers une optimisation et un meilleur rendement du moteur à combustion.