Publié le 28/10/2016 à 11:10

L’Audi R8 à l’attaque sur le Tour de Corse [vidéo]

X
Prochaine vidéo dans 5Annuler Supertest Jaguar XE SV Project 8
Revoir la vidéo Vidéo suivante

L'Audi R8 V10 Plus ose affronter les spéciales du Tour de Corse, juste après les acrobates du WRC. Au programme: 1 400 km de routes paradisiaques et 4 épreuves!

Dans le numéro de novembre, Sport Auto vous plonge au cœur du Tour de Corse, épreuve du championnat du monde des rallyes. Et pas avec n’importe quelle monture... Une supersportive, guère adaptée aux routes étroites semées d’embûches, relève le défi : l’Audi R8 V10 Plus. Un sacré outil, très proche de la Lamborghini Huracan, que nous connaissons par cœur après avoir réalisé un comparatif contre la McLaren 570S, un supertest au Mans avec Christophe Tinseau ou tenté d’atteindre 330 km/h sur la piste de Mons de Marsan. Cette fois, elle se met au rallye et voici ce que cela donne... On vous embarque par ici !

Plateau de rêve

La FFSA propose un évènement unique au monde au travers du Tour de Corse 10.000 Virages : pouvoir arpenter des spéciales du WRC, juste après le passage des pilotes officiels. Pour la seconde édition, le plateau se compose de 108 sportives, dont une majorité de Porsche... Le vainqueur s’est d’ailleurs illustré à bord d’un Cayman GT4. Mais il y a aussi un beau panel d’anglaises (Elise, Seven, Jaguar, Aston), d’italiennes (Ferrari, Lamborghini) et de ninjas japonais : des GT-R ! La R8 n’a pas à rougir, grâce à son châssis alu/carbone, sa transmission intégrale et son V10 atmosphérique de 610 ch grimpant à 8 800 tr/mn ! Imaginez le fauve rugissant dans toutes les vallées et les montagnes... Le pied. Retrouvez la R8 V10 Plus en action.

Humilité

Le cadre est certes idyllique et l’auto très rassurante, mais mieux vaut rester sur ses gardes après le passage des WRC. Les cordes sont piochées et la route est recouverte de graviers, poussière et autres pierres coupantes. L’adhérence changeante et les multiples pièges corses obligent à improviser à chaque virage. Et oui, le système quattro ne peut pas vous aider si vous évoluez sur l’équivalent du verglas ! Il faut donc adopter une trajectoire spéciale, pour ne pas glisser ni frotter le beau museau en carbone sur les pierres. De prime abord, le plus dur est de se dire que l’on est vraiment seul sur la route et que l’on peut traverser les villages pied au plancher. Pas évident. A cela peut s’ajouter la nuit ou la pluie, que n’apprécient pas les pneus semi-slicks retaillés. Ce rallye a aussi la particularité de proposer les spéciales les plus longues au monde. Elles oscillent entre 30 et 54 km ! Difficile de rester concentrer tout ce temps. Cela permet de prendre conscience de l’effort physique et du mental d’acier des pilotes de WRC. Des surhommes ! L'extrait de la spéciale proposé en vidéo se déroule entre Antisanti et Poggio di Nazza.

Paradis

Ce cocktail explosif made in Corse procure surtout des sensations d’une rare intensité. A vivre une fois dans sa vie ! La variété des paysages laisse bouche bée. Les applaudissements et les hurlements du public transcendent. Le terrain de jeu n’est certes pas adapté à une super GT large et frottant partout. Mais on est d’autant plus fier de rallier l’arrivée sans bobo, du côté de Porto-Vecchio. La prochaine édition du Tour de Corse 10.000 Virages aura lieu début avril. Sport Auto a l’honneur d’être à nouveau partenaire de cette fantasmagorique épreuve de régularité, qui réclame un bel effort financier (environ 5.000€ par équipage hors carburant) et qui en retour marque à jamais. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, allez jeter un œil à la vidéo en ligne. Découvrez l’intégralité de cette fabuleuse aventure corse dans le Sport Auto 658 du mois de novembre, en vente actuellement.

Quelques chiffres

Voici quelques chiffres sur cette seconde édition du Tour de Corse 10.000 Virages :
> 1 400 km, dont 188 km de spéciales
>  Durée : 4 jours
> 108 équipages
> Réservé aux sportives modernes
> Droit d’entrée : environ 5 000 €.
> www.tourdecorse10000.com

Et pour terminer, voici un aperçu des dessous et des performances de l’Audi R8 V10 Plus :
> Moteur : V10 bi-injection, 5,2 litres, 610 ch à 8 250 tr/mn, 57,1 mkg à 6 500 tr/mn
> Transmission : intégrale, boîte 7 robotisés
> Poids annoncé/mesuré : 1 555 / 1 678 kg
> Accélérations mesurées : 0 à 100 km/h en 3’’1, 1 000 m D.A. en 19’’8
> Vitesse maxi annoncée : 330 km/h
> Prix : à partir de 199 000 €

Photo : L. Villaron / EMAS

Photo de Julien Diez

posté par :
Julien Diez

Réagissez

Commentaire(s)7

dimanche 30 octobre 2016 à 13:25 Yann dit : Et encore, heureusement qu'il s'agit là d'une Audi. Ce sont effectivement des routes très cassantes pour ce genre de véhicules. Ça me fait penser à un numéro de Top Gear dans laquelle Jeremy Clarkson et ses acolytes effectuaient un Road trip en Espagne au volant de 3 supercars (Ferrari 458 italia, McLaren 650 S et Audi R8). Les présentateurs vantaient alors, la qualité de fabrication du modèle allemand par rapport à ses concurrentes. En effet les carrosseries, notamment de l'italienne ont subit les assauts des graviers et autres projectiles (peinture poncée, carénage fissuré...), là où l'allemande n'a pas eu le moindre mal. Alors même si tu n'aimes pas Audi, il fait quand même admettre que le constructeur allemand produit des véhicules de qualité.

samedi 29 octobre 2016 à 17:01 Whisky Essence dit : une Audi sur des routes sinueuses c est comme demandé a un sumo de faire de la danse classique avec de la grâce pauvre R8 elle doit etre dans un état proche de l epave apres ce périple; (

samedi 29 octobre 2016 à 17:01 Whisky Essence dit : une Audi sur des routes sinueuses c est comme demandé a un sumo de faire de la danse classique avec de la grâce pauvre R8 elle doit etre dans un état proche de l epave apres ce périple; (

samedi 29 octobre 2016 à 02:06 Yann dit : ... le son du V10 est envoûtant!

samedi 29 octobre 2016 à 01:30 Yann dit : Il faut dire que ces routes corses ne sont vraiment pas le terrain de jeu de prédilection de la R8. Vu le poids de la bête et sa puissance, les freins sont mis à rude épreuve. Pour avoir déjà conduit une Gallardo LP 560, l'inertie du V10 est telle que je conçois aisément que sur ces petites routes sinueuses, les freins, aussi efficaces soirent-ils, montrent leur limites. D'ailleurs il n'y a pas que pour le liquide de frein que ça doit être chaud bouillant... Ce moteur est vraiment jouissif! Ça marche très fort et le son

vendredi 28 octobre 2016 à 13:26 avocado dit : Je suis surpris qu'une voiture de ce niveau ne "tienne" pas la distance au niveau des freins avec l'huile qui surchauffe.

vendredi 28 octobre 2016 à 11:51 Daniel dit : Quel son fabuleux ce V10 !