F1 - Les pneus restent un mystère pour les équipes

F1 - Le comportement des pneus est dur à anticiper

Les équipes ont du mal à anticiper le comportement des pneus pour la saison 2017, malgré les nombreux essais. Le nouveau règlement complique la situation.

Parmi les nombreux changements du règlement 2017, ceux sur les pneus seront peut-être les plus difficiles à gérer pour les équipes. Les pneus vont devenir plus larges. A l'avant, la largeur passe de 245mm à 305mm, et à l'arrière, elle passe de 325mm à 405mm. Le comportement des pneus sera donc totalement différent, surtout avec des monoplaces aux appuis aérodynamiques plus fort, ce qui augmentera les charges en courbe. Les 12 000km d'essais effectués en 2016 ont permis de recueillir de nombreuses données mais les équipes ne savent pas encore précisemment comment les pneus se comporteront.

« Comprendre ce que les pneus feront vraiment a été un gros défi, » explique Tim Goss, le directeur technique de McLaren, sur le site de l’équipe anglaise. « Pirelli a fait un programme d’essais très intense en 2016 pour développer les nouveaux pneus, avec le soutien de trois équipes (Mercedes, Ferrari et Red Bull). Ils ont fait un gros kilométrage en 2016, et toutes ces données ont été fournies à toutes les autres équipes. Mais, après ces essais, essayer de déterminer ce que nous pensons que les pneus feront dans les performances, la dégradation, la stabilité thermale, etc, reste assez difficile. »

« Il y a plusieurs raisons : même aujourd’hui, il reste assez difficile de comprendre le comportement des pneus, même quand on fait des essais en piste. En plus, les voitures d’essais de 2016 ne se comportaient pas comme les voitures de 2017, donc nous devons essayer d’identifier quels domaines de performances dépendent des pneus ou des voitures d’essais. C’est un énorme défi. »

L'anticipation est difficile

Des changements sur les pneus sont difficiles à anticiper lorsque le règlement est constant. Le fait que cette évolution soit couplée à une nouvelle génération de monoplace complique la situation pour les ingénieurs.

« Nous savons assez bien ce que les pneus vont donner, mais comprendre vraiment comment ils s’associeront aux nouveaux règlements sera assez dur, » reconnaît Tim Goss. « On apprendra beaucoup durant les essais avant la saison. »

Le problème se pose également chez Pirelli. Le manufacturier doit développer des pneus adaptés aux nouvelles monoplaces et anticiper les gros progrès qui devaient être faits durant la saison.

« Dans ces calculs, il faut prendre en compte le fait que les voitures (de la saison 2017) généreront beaucoup plus d’appuis que ce que nous avons eu sur les voitures d’essais, et que l’évolution technique durant la saison devrait être assez importante, » soulignait Paul Hembery, le patron de Pirelli Motorsport, sur le site du manufacturier en décembre.

Pour anticiper d'éventuelles erreurs, Pirelli a prévu une version de secours pour chacun des cinq types de pneus slicks, destinée à remplacer les pneus utilisés en début de saison s'ils ne sont pas adaptés aux monoplaces.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

lundi 09 janvier 2017 à 19:35 jpo dit : Comme disait l'autre, il y en a de plus en plus chaque année...

lundi 09 janvier 2017 à 12:03 joedimajo dit : citoyen95 le jour ou elle suce pas c le jour ou je lui fais une crampe a ka mâchoire

dimanche 08 janvier 2017 à 21:11 chevalier dit : Les voitures vons être bocous plus belles

dimanche 08 janvier 2017 à 18:43 UUUUX dit : 405 a larriere wow