Publié le 11/02/2017 à 19:17

F1 - Les écarts vont-ils s'accroître en 2017 ?

F1 - Head émet des réserves sur le règlement 2017

Patrick Head, figure historique de Williams, pense que le règlement 2017 va augmenter les écarts entre les équipes. Il s'inquiète aussi pour les dépassements.

Les gros changements du règlement 2017 pourraient chambouler la hiérarchie, si certaines équipes trouvent de meilleures solutions que leurs rivales. Mais si la hiérarchie ne sera peut-être plus la même, les écarts entre les équipes risquent d'être encore plus gros.

« Si quelqu’un a pensé ces règlements avec l’objectif de réduire les écarts, il est fou, » a déclaré Patrick Head, ancien directeur technique de Williams, au Guardian.

Pour lui, les équipes avec plus de ressources auront un net avantage : « A chaque fois qu’on fait des changements de règlements significatifs, ça avantage les plus grosses équipes, » explique Head. « Parce qu’elles ont plus de ressources, elles ont une plus grande capacité à travailler sur le développement de leur voiture existante et à travailler sur la conception de leur nouvelle voiture. Quand on a 750 employés ou plus contre, disons, les 300 de Force India, évidemment que les grandes équipes peuvent en faire plus. Toute idée que ça puisse resserrer le plateau n’a aucun sens. »

« Je ne pense pas que tout le monde a dit que c’était l’objectif, je pense que l’objectif était de rendre (la F1) plus attirante et de la rendre un peu plus passionnante. »

Head a aussi des doutes sur le spectacle

La nature même des changements suscite le débat. Les appuis aérodynamiques seront beaucoup plus élevés et même si les pilotes pourraient faire plus d'erreurs, avec des monoplaces plus dures à manier, ils devraient aussi avoir plus de difficulté à suivre une voiture, et donc à la doubler.

« S’ils voulaient une solution qui permet plus de dépassements sans bénéficier d’une aide artificielle comme le DRS, ils auraient choisi une solution qui aurait réduit les appuis aéro, mais ils ont fait l’inverse, » souligne Head.

Au cours des trois dernières saisons, les performances ont été très influencées par les groupes propulseurs. Augmenter les performances en améliorant les châssis peut donner l'impression que les moteurs auront un rôle moins important. Head assure que ce sera l'inverse. Avec un châssis plus performant, les limites du groupe propulseur seront plus vites atteintes.

« Il est évidemment que les monoplaces vont générer plus de traînée, » explique Head. « Mais ça rend le moteur d’autant plus important puisqu’avec plus d’appuis, ce qu’ils auront sans aucun doute, le temps passé à pleine accélération, le pourcentage du tour où on est plus limité que la puissance que par l’adhérence, sera plus élevé, donc si on a un peu plus de puissance, on aura un petit avantage. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

lundi 13 février 2017 à 08:16 jmc dit : Il ne faut pas prendre pour argent comptant toutes les déclarations faites actuellement par les personnes "autorisées à penser"... concernant la saison à venir... seul le résultat sur la piste sera un bon indicateur. Et ne compter pas sur les essais privés non plus.... sauf grosse cata (Mc Laren Honda la 1ere saison du retour) ou (Red Bull Renault).. Quand a dire qu'une équipe avec 700 personnes a plus de chance qu'une équipe de 300... c'est oublié le cas d'école Brawn GP... que personne n'a vu venir et qui a fini tout de même championne du monde

dimanche 12 février 2017 à 08:56 ManorMarussia dit : Dans ce cas la j'arrête de regarder cette F1 en décrépitude